09/04/2016

Ange

angeli2.jpg

 

Le mot "ange" nous vient du grec angelos, "messager", et du latin chrétien angelus. Cette origine se retrouve aussi en italien, angelo, en catalan et en espagnol, ángel, en portugais, anjo, en anglais, angel, et en allemand, Engel.

En français, le mot a connu de nombreuses variations orthographiques au fil des siècles: angele et angle au XIème siècle, angre au XIIème siècle. Le mot s'écrit sous la forme que nous connaissons aujourd'hui depuis le XVIème siècle.

 

Dans le langage religieux, un ange est un être spirituel, intermédiaire entre Dieu et les croyants, ministre des volonté divines. Il y a les "bons anges" ou les "anges de lumière", qui sont restés fidèles à Dieu, et les "mauvais anges", "anges déchus" ou "anges des ténèbres" qui sont au service du démon car ils refusèrent de se soumettre à la volonté divine. "L'ange du mal" est l'autre nom que l'on donne à Satan. Et il existe l'expression "être le bon/le mauvais ange de quelqu'un": la personne qui exerce une bonne ou une mauvaise influence sur quelqu'un.

L'ange se retrouve aussi dans de nombreuses autres expressions:

-Ange gardien: ange attaché à chaque fidèle pour le protéger et, au sens figuré, personne qui veille, guide et protège une autre personne. Joséphine en est l'incarnation moderne et télévisée.

-Être aux anges: être dans le ravissement, au comble de la joie.

-Rire aux anges: sourire dans son sommeil et, par extension, rire ou sourire sans raison apparente.

-Un ange passe: se dit lorsqu'une conversation est interrompue par un silence embarrassé et prolongé.

-Une patience d'ange: une patience exemplaire.

-Discuter du sexe des anges: se livrer à des discussions inutiles au lieu de parer à une situation difficile.

-La part des anges: nom donné à l'alcool qui s'évapore lors du vieillissement des eaux-de-vie ou du vin.

-Saut de l'ange: saut ou plongeon qui s'exécute les bras écartés.

-Cheveux d'ange: guirlande fine et brillante que l'on utilise pour décorer les arbres de Noël.

-Comme un ange: parfaitement, à la perfection. Il/elle chante/danse comme un ange. Beau/belle, sage comme un ange. Dormir comme un ange: dormir calmement et profondément.

-Faiseuse d'anges: autrefois, nom donné à une femme pratiquant un avortement illégal. Le film de Claude Chabrol "Une affaire de femmes", sorti en 1988 avec Isabelle Huppert dans le rôle principal, s'inspire de l'histoire vraie de Marie-Louise Giraud, l'une des dernières femmes guillotinées en France pour avoir été une faiseuse d'anges durant l'Occupation.

 

Dans la religion chrétienne, les anges sont répartis dans trois hiérarchies selon leur proximité ou leur éloignement de Dieu, et leurs noms varient d'une hiérarchie à l'autre. Ainsi, on distingue notamment les séraphins et les chérubins, qui appartiennent à la première hiérarchie, des archanges et des anges gardiens qui se situent dans la troisième hiérarchie. L'étude des anges, de leurs noms, de leur place et de leur rôle dans la hiérarchie divine est l'angéologie.

En art, les anges sont représentés sous la forme d'une figure humaine portant des ailes. Plus particulièrement, l'iconographie religieuse représente le chérubin sous la forme d'un enfant grassouillet.

 

310px-Raphael-cherubini.jpg

 Détail de La Madone Sixtine de Raphaël, Madonna Sistina, 1513-1514, avec deux chérubins appelés putti en italien.

 

Par analogie, dans le langage courant, le mot "chérubin" décrit un bel enfant aux joues rondes et roses.

 

Au sens figuré, le mot "ange" qualifie une personne dotée de toutes les perfections esthétiques ou morales: cette femme est un ange; cette personne est un ange de bonté, de douceur, de piété, de pureté. Par extension "ange" est également un terme d'affection,  d'amitié, de tendresse: mon ange, mon cher ange, mon petit ange; merci, tu es un ange.

 

Plusieurs mots dérivent du mot "ange":

-Angelot: petit ange représenté dans l'art religieux.

-Angélique: adjectif signifiant "qui a la douceur ou la perfection d'un ange". Une voix, un sourire angélique. Contraires: démoniaque, diabolique.

-Angélique ou herbe aux anges: plante aromatique dont la tige et les pétioles peuvent être confits dans le sucre. Le nom de cette plante vient de ses propriétés médicinales: les anciens lui attribuaient toutes sortes de pouvoirs magiques et recommandaient notamment sa racine contre les morsures de serpent. De nos jours, elle est utilisée en phytothérapie contre les problèmes de digestion.

-Angélisme: candeur, manque de réalisme et/ou d'esprit pratique. Synonymes: naïveté, candeur.

-Angélus: dans la religion catholique, prière en latin évoquant l'annonce de l'ange Gabriel à Marie, récitée ou chantée le matin, à midi et le soir. Dire l'Angélus. Avec un "a" minuscule, l'angélus est la sonnerie de cloches appelant les fidèles à cette prière. "L'angélus" est aussi le nom d'une toile de Jean-François Millet (1814-1875), peinte entre 1857 et 1859, symbole réaliste de piété paysanne et populaire. On y voit en effet deux paysans qui se sont arrêtés de travailler dans leur champ pour prier lorsque sonne l'angélus du soir.

 

Beim-Angeluslaeuten.jpg

 

***

 

L'ange de mer est un poisson marin du groupe des requins, dont la forme du corps rappelle la raie.

"Poisson-ange" est le terme générique de plusieurs espèces de poissons, pour la plupart marins et très colorés.

Enfin, Ange est le nom d'une dynastie qui régna sur l'Empire byzantin de 1185 à 1204.

 

***

 

En guise de conclusion, cette définition de Gustave Flaubert, tirée de son "Dictionnaire des idées reçues": "Ange: fait bien en amour et en littérature."

 

13:20 Publié dans Allemand, Anglais, Culture, Espagnol, Gustave Flaubert, Italien, Latin, Portugais, Religion | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

16/10/2015

Nickel

 

nickel-8510253.jpg

 

Le nickel est un métal blanc argenté résistant à la corrosion. Le nickel a été découvert en Suède au milieu du XVIIIème siècle. Ce mot qui est apparu dans la langue française vers 1765 possède une étymologie surprenante. Les mineurs suédois avaient d'abord pris le nickel pour un minerai précieux. Détrompés plus tard et vexés, ils voulurent exprimer la sorte de tromperie qu'ils avaient subie et affublèrent le minerai du nom de "Nickel", diminutif de Nikolaus, "Nicolas", prénom d'un lutin malicieux des mines dans la mythologie germanique, qui s'amusait à transformer le minerai précieux en cailloux (Littré). Il existe un autre métal qui nous plonge dans le monde des légendes germaniques: le cobalt, forme française de l'allemand Kobalt, lui-même variante de Kobold, nom d'un autre petit lutin espiègle des mines, qui avait pour mission de voler le minerai d'argent pour le remplacer par du minerai de cobalt, longtemps jugé inutilisable.¹

Aux Etats-Unis et au Canada, un nickel est une pièce de monnaie d'une valeur équivalente à environ cinq centimes de nos francs, composée de 75 % de cuivre et de 25 % de nickel.

Par allusion à l'aspect brillant et au beau poli que peut prendre le nickel, on utilise ce substantif sous forme d'adjectif pour qualifier quelque chose qui est d'une propreté impeccable: après avoir fait le ménage à fond, mon appartement est nickel. Par extension, "nickel" signifie aussi "parfait, irréprochable": un dossier, un plan nickel. On peut ajouter "chrome" pour intensifier le degré de perfection ou de propreté: la finition est nickel chrome. Cet emploi est très utilisé dans le langage courant depuis les années 1960.

L'adjectif "nickel" possède de nombreux synonymes:

-L'anglicisme "clean" désigne ce qui a un air propre, soigné: une allure, un look, une maison clean. On utilise aussi cet adjectif pour parler d'une personne qui est saine, honnête et, plus spécialement, qui n'a pas consommé d'alcool ou de drogue: je peux prendre le volant, je suis clean. Cet adjectif est invariable.

-En Suisse romande, l'adjectif "tip-top" ou "tip top", invariable lui aussi, est très répandu. Il s'agit là encore d'un anglicisme, composé de tip, "extrémité", et de top, "sommet". Cet hôtel est tip-top, comprenez "impeccable". On peut remplacer "tip-top" par l'expression familière "au poil": correct, très bien, parfait. Faire quelque chose au poil, s'en tirer au poil. Vu la taille minuscule d'un poil, cette expression sous-entend que l'on fait preuve d'une extrême minutie. On dit d'ailleurs aussi, pour souligner davantage encore le degré de précision et d'exactitude, "au petit poil".

Bien sûr, on ne confondra pas "au poil" avec "à poil": sans vêtements, nu. Cette expression possède une origine tirée de l'équitation: autrefois, monter un cheval "à poil" signifiait qu'on le montait sans selle, autrement dit "à cru". "Cela dit, à cru s'employait également pour les personnes dès le XVIIe siècle pour « à peau nue ». « Leurs transparents seraient plus beaux si elles voulaient les mettre à cru », suggère Madame de Sévigné (les transparents étaient des robes de dentelles portées sur des habits de brocart). Il est difficile de savoir si l'on disait également « à poil » dans le sens de « nu comme un ver » dès cette époque, mais il est probable que non. À poil avait alors un tout autre sens: celui de « brave, courageux ». « Un homme à poil, un homme résolu », dit Littré. C'est ce sens qui a donné les fameux « poilus » (les intrépides), dès avant la guerre de 14-18. Le poil de la virilité, de la bravoure, le poil guerrier — lequel a donné aussi avoir du poil au ventre, et même « au cul » — nous vient de loin."²

-De "tip-top", montons un cran dans l'échelle de la perfection et passons à "top". Quelque chose ou quelqu'un qui est "top" est extraordinaire, remarquable: cette fille/ce garçon est vraiment top (adjectif invariable). Un(e) "top model" est un mannequin vedette à la carrière internationale. Model signifie mannequin en anglais. On rencontre aussi la variante à demi francisée "top-modèle". "Le top" (de quelque chose) qualifie l'excellence, ce qu'il y a de mieux dans un domaine: cet hôtel représente le top du confort, ce style vestimentaire est le top de l'élégance. On dit aussi "c'est le top" ou, par surenchère, "c'est le top du top". "Le top" (suivi d'un chiffre) donne le classement de ceux ou de ce qui est en tête: le top 10 des joueurs de football les mieux payés, le top 15 des meilleures citations sur l'amour. "Être au top", c'est avoir atteint le plus haut niveau, être au mieux de ses capacités: je suis au top de ma carrière professionnelle. On dit aussi "être au top niveau": ce magazine vous donne des conseils pour rester au top niveau de votre énergie pendant l'automne. Ceux que les anglicismes rebutent auront recours aux mots "sommet" ou "apogée": être au sommet de la gloire, être à l'apogée de sa carrière.

Enfin, le mot "top" est également employé comme onomatopée pour désigner un signal sonore qui détermine ou enregistre avec précision le début et/ou la fin d'une opération: envoyer/donner le top départ de la course.

 

***

 

¹Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Éditions Robert Laffont, Paris, 1997.

²Claude Duneton, La puce à l'oreille, anthologie des expressions populaires avec leur origine, Éditions Stock, 1978.

13:26 Publié dans Allemand, Anglais, Culture, Équitation, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | |

28/05/2015

Lustre(s)

 

chapel-bridge-lucerne.jpg



Tous les sens actuels du mot "lustre" dérivent du latin lustrare, "purifier", soit "par un sacrifice expiatoire", soit "au moyen des torches, de la flamme", d'où, par extension, "parcourir de sa lumière quelque chose, répandre sa lumière sur quelque chose" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934).


Le premier sens du mot se rapporte à l'éclat naturel ou artificiel d'un objet brillant ou poli: lustre de l'argenterie que l'on vient de frotter ou du parquet que l'on a récemment ciré. "Donner du lustre à quelque chose", c'est "faire briller quelque chose". On peut aussi simplement utiliser le verbe "lustrer": lustrer des bottes, des ustensiles. Et l'adjectif "lustré" signifie bien sûr "brillant, luisant, poli".


Au sens figuré, le lustre est l'éclat que confère la beauté, le mérite ou toute autre qualité particulière qui met quelque chose ou quelqu'un en valeur. Autrefois, il existait l'expression "dans (tout) son lustre": elle parut au bal dans tout son lustre. Et "servir de lustre" se disait "de ce qui, par le contraste de son imperfection, rehausse ou fait valoir l'agrément, le mérite d'une personne ou d'une chose: la laideur de cette femme sert de lustre à celles qui l'entourent."¹


Enfin, depuis la deuxième moitié du XVIIème siècle, un "lustre" qualifie "l'appareil d'éclairage suspendu au plafond et formé de plusieurs branches portant autrefois des chandelles, aujourd'hui des lampes électriques": lustre de cristal. L'expression "à en décrocher le(s) lustre(s)" décrit un son particulièrement fort ou un mouvement très important: "Elle chante ce soir à décrocher le lustre !" (Gaston Leroux, Le Fantôme de l'Opéra, 1910). En anglais, "lustre" se dit chandelier, du latin candela, en référence aux chandelles qui ornaient autrefois cet appareil d'éclairage. Il s'agit d'un faux ami car en français, le mot "chandelier" est l'objet qui sert de support à des bougies, objet que l'on peut transporter de pièce en pièce, contrairement au lustre qui, lui, et cela vaut mieux pour notre sécurité, est solidement fixé au plafond. Pour tout savoir sur la chandelle: https://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/ch....


Il existe un sens où le mot "lustre" est employé exclusivement au pluriel. Ce sens, par l'intermédiaire du verbe lustrare que nous avons vu au début, vient du latin lustrum, "sacrifice expiatoire, fait par les censeurs tous les cinq ans à la clôture du cens pour purifier le peuple romain" (Gaffiot), le terme "cens" se rapportant au recensement des citoyens romains durant l'Antiquité. En effet, au sens premier, "lustres" signifie "cinq années":  dans ses "Confessions" de 1782, Jean-Jacques Rousseau recourt à la formule "mes douze lustres" pour parler de ses soixante ans. Aujourd'hui, on utilise le mot pour parler d'une période longue et indéterminée: je ne l'ai pas vu(e) depuis des lustres. On peut aussi dire: depuis des siècles, depuis une éternité.


Le mot "lustre" appartient à la famille étymologique du verbe "luire", issu du latin lucere, "luire, briller". Dans cette même et vaste famille, citons le verbe "illustrer", "éclairer" à l'origine; l'adjectif "illustre" ("éclairé, bien en lumière", d'où "en vue"); la "luciole", insecte qui produit des signaux lumineux la nuit pour signaler sa présence à des partenaires sexuels, attirer des proies ou éclairer un site de vol; et la "luzerne", plante dont les graines sont brillantes. Sans oublier des prénoms comme Luce, Lucie, Lucien ou encore Lucifer (au sens propre "celui qui apporte la lumière, la clarté"). "Luzerne" a été emprunté par l'anglais (lucerne) et l'allemand (Luzerne). "Lustre" au sens d'"éclat" aussi a été emprunté par l'anglais (lustre en anglais britannique et luster en américain). En Suisse, la ville de Lucerne (Luzern en allemand) tirerait son origine de la même source, plus spécifiquement du latin lucerna ("lampe"), car un fanal ou une lanterne aurait été placé à l'endroit où, depuis, a été construite la ville, de manière à guider les bateliers dans leurs courses nocturnes sur le lac.²


***


¹Dictionnaire de l'Académie française, 1835.

²Alexandre Martin, La Suisse pittoresque et ses environs, Hippolyte Souverain, Paris,1835.


07:16 Publié dans Allemand, Anglais, Jean-Jacques Rousseau, Latin, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |