20/02/2020

Fi !

Hugo.jpg

 

En janvier nous avons examiné le mot "if". Passons maintenant à l'onomatopée "fi" qui n'est plus employée dans le langage courant, mais qui a survécu dans une locution.

 

Autrefois, "fi !" était une interjection exprimant la désapprobation, le dédain, le mépris ou le dégoût: Fi ! Que c'est mauvais ! On disait aussi "fi donc !" pour accentuer le fait de trouver indigne et méprisable d'avoir telle ou telle attitude ou de souscrire à telle ou telle idée, comme dans cet extrait tiré de Stendhal ("Le rouge et le noir", 1830):

"Julien était fort embarrassé, il ne savait comment se conduire, il n'avait pas d'amour du tout. Dans son embarras, il pensa qu'il fallait oser, il essaya d'embrasser Mathilde. "Fi donc !" lui dit-elle en le repoussant."

 

Autre interjection familière, désuète aussi, pour exprimer le dégoût ou le mépris: pouah ! Ce mot apparaît pour la première fois en 1668 dans "George Dandin ou le mari confondu", de Molière, orthographié "poua":  "Oh ! la farouche, la sauvage ! Fi, poua ! La vilaine, qui est cruelle" dit Lubin à Claudine. Vous aurez remarqué que Molière n'hésite pas à combiner "fi" et "poua" pour rendre la réplique plus cinglante.

 

De nos jours, en particulier pour exprimer un dégoût concernant la nourriture, nous disons "berk" ou "beurk".

 

Au Québec, les gens disent "ouache !" Intégré dans le vocabulaire québécois au XVIIème siècle, ce mot désignait la cache de certains animaux sauvages comme les castors, les ours ou les orignaux. Cet usage s'est perdu au fil du temps, et maintenant les Québécois emploient couramment "ouache" comme exclamation de dédain ou de dégoût.

On ne confondra pas "ouache" avec "houache" qui désigne le "sillage d'un navire en marche". On peut aussi dire "houaiche".

 

Revenons à notre mot "fi". La comédie "L'intervention" de Victor Hugo, écrite en 1866, débute par une scène de dispute, et avec le mot "fi" échangé entre Edmond, fabricant d'éventails, et sa femme Marcinelle, couturière:

-Fi, la jalouse !

-Fi, le jaloux !

 

Aujourd'hui, le mot "fi" se retrouve dans la locution "faire fi de quelque chose": il a fait fi de mes conseils. Comprenez: il n'a pas tenu compte de mes conseils. Dans l'usage moderne, l'idée du mépris a disparu: "faire fi" se rapproche de "dédaigner" au sens de "rejeter".

 

(Si vous aimez le théâtre, ne manquez pas "L'intervention" à l'Étincelle, Maison de quartier de la Jonction, 18 bis avenue de Sainte-Clotilde à Genève, du 29 avril au 2 mai prochains à 20h00 (relâche le 1er mai), où j'aurai le plaisir de jouer le rôle du baron de Gerpivrac: https://mqj.ch/etincelle/)

16:53 Publié dans Culture, Molière, Québec, Théâtre, Victor Hugo | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | |