23/10/2019

Ris, riz

 

riso.jpg

Autrefois, "riz" s'orthographiait "ris". Attention à ne pas confondre ces deux mots.

 

Le mot "ris" est l'ancienne forme du substantif "rire". Il vient du latin risus, lui-même issu du verbe ridere. Au pluriel, "ris" se rencontre dans la locution littéraire et aujourd'hui datée "les jeux et les ris": les jeux et les plaisirs. "Ris" a donné naissance aux mots "risée" et "risette".

 

Autrefois, une "risée" était un "rire bruyant poussé par plusieurs personnes à la fois", en particulier un "grand éclat de rire de plusieurs personnes qui se moquent". Aujourd'hui, "risée" qualifie une "moquerie collective envers une personne, accompagnée ou non de rires". Ce mot se rencontre dans des expressions comme "'être un objet de risée", "s'exposer à la risée de" ou "subir, essuyer, être la risée de". Lorsque l'on est victime de moquerie, on devient "ridicule", adjectif qui nous vient aussi du latin ridere, de même que l'adjectif "risible".

 

Dans le langage marin, une "risée" est une "augmentation subite et momentanée du vent". Une "risée" dure plus longtemps qu'une "rafale". Dans ce sens-là, "risée" est issu de l'ancien scandinave. D'origine identique, et toujours dans le langage marin, "ris" désigne "la bande horizontale d'une voile que l'on replie, en cas de mauvais temps, pour diminuer la surface de la voilure présentée au vent".

 

Le mot "risette", diminutif de l'ancienne forme "ris", qualifie le "sourire gracieux d'un jeune enfant": faire risette, faire des risettes.

 

***

 

Le mot "riz" est issu de l'italien riso, venu lui-même par le latin oryza du grec oruza. À l'origine, le mot s'écrivait "ris". L'orthographe actuelle, qui date de la fin du XIVème siècle, a été reprise au latin.

Le "riz" est une "céréale des régions chaudes, cultivée sur un sol humide ou submergé (rizière), dont le grain est préparé pour la consommation". Le riz et le blé sont les deux principales céréales nourricières.

Le riz se retrouve dans de nombreuses spécialités culinaires du monde entier, parmi lesquelles le risotto (le terme "risotto" dériverait de risottiera, le nom du plat rond ou ovale dans lequel était traditionnellement servi le riz), la paella, le riz cantonnais, les sushis. On peut cuisiner le riz "blanc" ou "nature", l'accompagner de curry ou de safran (le fameux risotto "à la milanaise"), l'agrémenter de champignons. On peut le déguster en salade ou sous forme de croquettes. Enfin, il se décline aussi en plat sucré sous le nom de "riz au lait".

Il existe des milliers de variétés de riz. Selon les recettes, on utilisera du riz à "grains courts" qui ont la particularité de devenir collants, et sont moelleux une fois cuits, ou à "grains longs", légers et non collants (le riz basmati est l'un des plus connus). 

La cuisson du riz varie selon les spécialités. Cuisson à l'eau (riz créole, riz au lait) ou au gras (risotto, paella, pilaf). Avant la cuisson à l'eau, il est recommandé de rincer le riz pour le débarrasser de l'amidon qu'il contient. Cela rendra vos grains de riz plus légers, plus aériens. "Au gras" signifie que l'on jette les grains de riz, non lavés, dans de l'huile pour qu'ils s'en imprègnent profondément. C'est seulement ensuite qu'on les mouille de bouillon, de jus de poisson ou simplement d'eau de manière à ce que leur volume augmente. Le "riz cantonnais" se cuit d'abord à l'eau, puis on le fait revenir à l'huile dans une poêle avec des oignons, des crevettes, de la viande de porc, des petits pois, des morceaux d'omelette, etc.

Le "saké" est une eau-de-vie d'origine japonaise, obtenue par fermentation du riz.

Jadis, la "poudre de riz", obtenue à partir de grains de riz moulus, servait à embellir la peau des nobles, hommes et femmes, et à blanchir leurs perruques.

 

En Suisse romande, on trouve la "brosse à risette" ou "brosse à rizette". Non, ce n'est pas une brosse pour les enfants. Il s'agit d'une brosse à poils durs, sans manche, le plus souvent une brosse à récurer ou une brosse à ongles. Originellement fabriquée à base de racine de riz, elle est aujourd'hui confectionnée avec de la racine de chiendent.

 

Enfin, il y a le "ris de veau". Cette spécialité culinaire à base de thymus (glande située au niveau de la gorge de l'animal, et qui disparaît à l'âge adulte) fait partie de la garniture des bouchées à la reine traditionnelles. Comme il s'agit d'un plat, on serait tenté de l'écrire "riz de veau". L'origine du mot "ris" est ici inconnue.

09:31 Publié dans Cuisine; gastronomie, Culture, Homonymes, Italien, Latin, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |