14/11/2015

Exprès ou express ?

orient-express,-train-a-vapeur,-timbre,-dessin-anime-160275.jpg

 

 

"Exprès" et "express" sont deux adjectifs qui se prononcent de façon identique. Ils ont toutefois des sens bien distincts. Éclairage.

 

"Exprès" vient du latin expressus, participe passé de exprimere, "faire sortir en pressant, extraire, exprimer". En effet, "exprès" signifie "nettement exprimé, catégorique": ordre exprès, défense expresse. Adjectifs synonymes: explicite, formel. Sous une forme invariable, "exprès" prend le sens de "remis sans délai au destinataire": lettre exprès, envoi (par) exprès. Et cet adjectif invariable peut se transformer en substantif: un exprès, envoi qui porte cette mention.

 

"Express" est toujours invariable. "Express" vient de l'anglais express, lui-même tirant son origine du latin expressus que nous venons de voir. "Express", qui est apparu dans la langue française à la fin du XIXème siècle, veut dire "qui assure un service, une liaison rapide": un "train express" ne s'arrête que dans les gares importantes et son horaire est étudié pour desservir les principales correspondances. Autrefois, on utilisait "express" sous forme de substantif pour désigner un train express: prendre l'express de 20h00; l'Orient-Express. En France, le terme "R.E.R." est la forme abrégée de "réseau express régional". On parle aussi de routes ou de voies express: dont les chaussées sont à sens unique, ce qui permet une circulation plus rapide, et interdites à certains véhicules lents.

"Express" qualifie aussi quelque chose qui se prépare rapidement: un repas express. On peut aussi dire: repas minute.

Un "expresso", "café express" ou simplement "express" est un café très corsé à l'arôme puissant, obtenu par le passage de vapeur d'eau sous haute pression à travers de la poudre de café. On retrouve bien sûr la même origine: "expresso" est tiré de l'italien espresso, lui-même venant du latin exprimere, "extraire par pression". 

En Suisse romande, nous possédons de nombreux régionalismes pour désigner les différentes sortes de cafés. Un "café au lait" se dit "renversé" et on emploie le mot italien ristretto, parfois francisé en "ristrette", à la place de "café serré". Un autre usage suisse romand est de dire "café sans caféine", alors qu'en France ont dit "café décaféiné" ou "déca" en abrégé. Et on appelle "café complet" un repas léger du soir composé de pain, fromage, beurre et confiture accompagnés de café au lait. L'expression "café complet" n'est pas seulement présente en Suisse romande. Elle est aussi utilisée telle quelle en Suisse alémanique, tandis que les Tessinois l'ont rebaptisée caffè completo. Enfin, on nomme "sous-tasse" la soucoupe sur laquelle on pose une tasse à café ou à thé.¹

 

Revenons à "exprès" qui est également un adverbe signifiant "avec une intention spéciale, à dessein". En tant qu'adverbe, le "s" final ne se prononce pas, contrairement à l'adjectif. Adverbes synonymes: délibérément, intentionnellement, spécialement, volontairement. Je suis venu exprès/tout exprès pour vous voir. Dans le langage courant, on utilise aussi souvent l'expression "faire exprès": excusez-moi, je ne l'ai pas fait exprès; il/elle fait exprès de vous contredire. Familièrement, on dit "c'est exprès": c'est voulu, c'est intentionnel. Toujours dans le registre familier, on peut aussi dire: c'est fait pour. Enfin, un "fait exprès" qualifie une coïncidence curieuse et plus ou moins fâcheuse qui, bien que due au hasard, semble planifiée: nous étions pressés et comme un fait exprès (comme par un fait exprès), le bus avait du retard.

 

***

 

¹Georges Arès, Parler suisse, parler français, Éditions de l'Aire, 1994; Dictionnaire suisse romand, particularités lexicales du français contemporain, Éditions Zoé, 1997.

Pour en savoir davantage sur le "parler romand": http://salem.blog.24heures.ch/archive/2007/11/14/le-parle...

10:36 Publié dans Adverbe, Anglais, Culture, Homonymes, Italien, Latin, Suisse, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

30/10/2015

Éphémère

 

90544.jpg

 

 

Le mot "éphémère" est à la fois adjectif et substantif. Il a connu une grande variation orthographique au fil des siècles: il s'est d'abord écrit efimere ou effimere, puis ephimere et finalement ephemere qui a donné l'orthographe actuelle. "Éphémère" est un terme issu du grec des médecins et signifiant "qui dure un jour". Il semblerait qu'à l'origine, en tant qu'adjectif, ce mot servait à qualifier une poussée de fièvre.

La signification première de l'adjectif "éphémère" est le sens grec de "qui ne dure ou ne vit qu'un jour". Mais par extension, dans le langage courant, on le comprend dans le sens plus général de "qui est de courte durée, qui ne fait que passer": une gloire, un succès, un bonheur éphémère. Adjectifs synonymes: fugace, fugitif, momentané, passager, temporaire. On peut aussi utiliser l'expression "sans lendemain", particulièrement dans le registre amoureux: une aventure/une liaison/une rencontre sans lendemain.

En tant que substantif, "éphémère" qualifie un insecte qui ressemble à une petite libellule et dont la larve aquatique met plus d'une année à se développer, mais dont l'adulte ne vit qu'un seul jour: on retrouve ici le sens originel du mot. "Mes baisers sont légers comme ces éphémères / Qui caressent le soir les grands lacs transparents": Charles Baudelaire, "Femmes damnées", Les Fleurs du mal, 1857.

Au Québec, les éphémères sont appelés "mannes". "Manne" est un terme biblique désignant la nourriture miraculeuse envoyée aux Hébreux pendant la traversée du désert. Au sens figuré, le mot signifie "nourriture abondante, don ou avantage inespéré", et c'est ainsi qu'il faut comprendre l'usage québécois: les éphémères qui abondent sur les rivières constituent en effet pour les poissons qui en sont très friands une nourriture providentielle. Dans le langage courant, "manne" fait référence à des ressources financières ou à des avantages inattendus: la manne budgétaire.

Dans la même famille que le mot "éphémère", et possédant la même origine, il y a le terme "éphéméride". Anciennement, une "éphéméride" était un ouvrage indiquant pour l'année à venir les prévisions météorologiques. On parle aujourd'hui d'un "almanach", ouvrage qui rassemble, outre un calendrier astronomique avec les phases de la Lune, la durée des jours et les éclipses, des horoscopes, des conseils pratiques sur les travaux de la terre selon les saisons, un inventaire des foires et marchés régionaux, etc. On connaît tous le "Messager boiteux", le plus ancien et le plus célèbre almanach de Suisse, publié pour la première fois en allemand à Berne en 1677 sous le nom de "Der Hinkende Botte" et en français dès 1707 à Vevey, dans le canton de Vaud, alors sous domination bernoise. Son nom vient probablement du fait qu'autrefois, les colporteurs étaient souvent des militaires blessés ou amputés.

Dans le langage courant, une "éphéméride" est l'autre nom d'un calendrier de bureau dont on détache chaque jour une page.

On entend également par "éphéméride" une liste groupant les évènements marquants qui se sont produits le même jour de l'année à différentes époques. Ainsi, l'éphéméride du vendredi 30 octobre 2015 nous apprend que le 30 octobre 1910 est le jour de la mort d'Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge et premier prix Nobel de la paix. À la télévision, après les prévisions météorologiques, l'éphéméride nous renseigne sur le prénom à fêter, le nom du saint et le dicton du jour, ainsi que sur les heures du lever et du coucher du Soleil.

Enfin, au pluriel, les "éphémérides" sont des tables astronomiques donnant pour chaque jour de l'année la position calculée des astres et des planètes, ainsi que les heures des marées. Ces tables sont utilisées par les astronomes, les astrologues et les marins.

 

07:00 Publié dans Charles Baudelaire, Culture, Henri Dunant, Québec, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

28/05/2015

Lustre(s)

 

chapel-bridge-lucerne.jpg



Tous les sens actuels du mot "lustre" dérivent du latin lustrare, "purifier", soit "par un sacrifice expiatoire", soit "au moyen des torches, de la flamme", d'où, par extension, "parcourir de sa lumière quelque chose, répandre sa lumière sur quelque chose" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934).


Le premier sens du mot se rapporte à l'éclat naturel ou artificiel d'un objet brillant ou poli: lustre de l'argenterie que l'on vient de frotter ou du parquet que l'on a récemment ciré. "Donner du lustre à quelque chose", c'est "faire briller quelque chose". On peut aussi simplement utiliser le verbe "lustrer": lustrer des bottes, des ustensiles. Et l'adjectif "lustré" signifie bien sûr "brillant, luisant, poli".


Au sens figuré, le lustre est l'éclat que confère la beauté, le mérite ou toute autre qualité particulière qui met quelque chose ou quelqu'un en valeur. Autrefois, il existait l'expression "dans (tout) son lustre": elle parut au bal dans tout son lustre. Et "servir de lustre" se disait "de ce qui, par le contraste de son imperfection, rehausse ou fait valoir l'agrément, le mérite d'une personne ou d'une chose: la laideur de cette femme sert de lustre à celles qui l'entourent."¹


Enfin, depuis la deuxième moitié du XVIIème siècle, un "lustre" qualifie "l'appareil d'éclairage suspendu au plafond et formé de plusieurs branches portant autrefois des chandelles, aujourd'hui des lampes électriques": lustre de cristal. L'expression "à en décrocher le(s) lustre(s)" décrit un son particulièrement fort ou un mouvement très important: "Elle chante ce soir à décrocher le lustre !" (Gaston Leroux, Le Fantôme de l'Opéra, 1910). En anglais, "lustre" se dit chandelier, du latin candela, en référence aux chandelles qui ornaient autrefois cet appareil d'éclairage. Il s'agit d'un faux ami car en français, le mot "chandelier" est l'objet qui sert de support à des bougies, objet que l'on peut transporter de pièce en pièce, contrairement au lustre qui, lui, et cela vaut mieux pour notre sécurité, est solidement fixé au plafond. Pour tout savoir sur la chandelle: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/cha....


Il existe un sens où le mot "lustre" est employé exclusivement au pluriel. Ce sens, par l'intermédiaire du verbe lustrare que nous avons vu au début, vient du latin lustrum, "sacrifice expiatoire, fait par les censeurs tous les cinq ans à la clôture du cens pour purifier le peuple romain" (Gaffiot), le terme "cens" se rapportant au recensement des citoyens romains durant l'Antiquité. En effet, au sens premier, "lustres" signifie "cinq années":  dans ses "Confessions" de 1782, Jean-Jacques Rousseau recourt à la formule "mes douze lustres" pour parler de ses soixante ans. Aujourd'hui, on utilise le mot pour parler d'une période longue et indéterminée: je ne l'ai pas vu(e) depuis des lustres. On peut aussi dire: depuis des siècles, depuis une éternité.


Le mot "lustre" appartient à la famille étymologique du verbe "luire", issu du latin lucere, "luire, briller". Dans cette même et vaste famille, citons le verbe "illustrer", "éclairer" à l'origine; l'adjectif "illustre" ("éclairé, bien en lumière", d'où "en vue"); la "luciole", insecte qui produit des signaux lumineux la nuit pour signaler sa présence à des partenaires sexuels, attirer des proies ou éclairer un site de vol; et la "luzerne", plante dont les graines sont brillantes. Sans oublier des prénoms comme Luce, Lucie, Lucien ou encore Lucifer (au sens propre "celui qui apporte la lumière, la clarté"). "Luzerne" a été emprunté par l'anglais (lucerne) et l'allemand (Luzerne). "Lustre" au sens d'"éclat" aussi a été emprunté par l'anglais (lustre en anglais britannique et luster en américain). En Suisse, la ville de Lucerne (Luzern en allemand) tirerait son origine de la même source, plus spécifiquement du latin lucerna ("lampe"), car un fanal ou une lanterne aurait été placé à l'endroit où, depuis, a été construite la ville, de manière à guider les bateliers dans leurs courses nocturnes sur le lac.²


***


¹Dictionnaire de l'Académie française, 1835.

²Alexandre Martin, La Suisse pittoresque et ses environs, Hippolyte Souverain, Paris,1835.


07:16 Publié dans Allemand, Anglais, Jean-Jacques Rousseau, Latin, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |