13/01/2014

Bringue, brindezingue, berzingue

logoface02.jpg

 La bringue a un sens différent en Suisse romande et en France.

 

Selon le pays où vous vous trouvez, faire la bringue n'aura pas tout à fait les mêmes conséquences !

 

En Suisse romande, on utilise le mot "bringue" pour qualifier un discours ennuyeux, des propos répétitifs: il ressasse toujours la même bringue, c'est-à-dire la même rengaine.

Une personne qui rabâche continuellement les mêmes choses est également appelée bringue: quelle vieille bringue, celui-là, il faut supporter ses histoires (comprenez "quel vieux raseur"). 

"Bringue" peut aussi prendre le sens de "querelle": il n'arrête pas d'avoir des bringues avec tout le monde.

Le mot se décline en verbe, autant dans le sens d'embêter avec des discours insistants que de se disputer: ma grand-mère bringue toujours les mêmes souvenirs du passé, il bringue pour avoir l'autorisation de sortir le soir; ces gamins sont toujours en train de se bringuer, ma sœur passe son temps à bringuer avec mon père. 

Selon le contexte, le verbe peut avoir un sens totalement différent: celui de s'attarder, perdre son temps, traînasser. Qu'est-ce que tu bringues ? Je t'attends depuis des heures ! 

Il existe aussi l'expression "faire la bringue à quelqu'un": importuner, harceler quelqu'un dans le but d'obtenir quelque chose: mes enfants me font la bringue pour avoir des friandises. Autres régionalismes romands: faire la meule, faire la scie.

Enfin, il y a l'expression "être en bringue avec quelqu'un": être brouillé avec quelqu'un.

Tous les emplois du mot sont familiers.

 

En France, "faire la bringue" sera compris exclusivement dans le sens de "faire la fête", une fête généralement bien arrosée, avec aussi la connotation plus large de "faire la noce": mener une vie désordonnée, dissipée. Et lorsqu'on est ivre, on dira populairement qu'on est brindezingue. Autrefois, on disait: être dans les brindes.

L'étymologie de "bringue" serait justement "brinde" qui, au XVIème siècle, signifiait le toast que l'on porte à la santé de quelqu'un, le mot "brinde" venant de la formule allemande bring dir's (contraction de dir es), littéralement "je te le porte": je bois à ta santé. En italien, trinquer se dit d'ailleurs brindare. On voit ici le lien avec les sens romands de la bringue puisque consommer trop d'alcool peut parfaitement contribuer à répéter inlassablement les mêmes propos et à chercher des noises à ses compagnons de beuverie.

Il existe deux expressions populaires en rapport avec un autre effet que l'alcool peut avoir sur l'organisme, l'effet euphorisant: "à toute bringue" et "à toute berzingue" pour dire "très vite", "à toute allure", le terme "berzingue" étant la forme picarde du mot "brindezingue".

En France, le verbe bringuer dans le sens d'importuner, de se disputer ou de traîner n'entre pas dans le vocabulaire usuel. "Bringuer" constitue la variante familière de "faire la fête", variante usitée en Suisse romande également.

 

Enfin, en Suisse romande comme en France, "bringue" désigne une femme haute en jambes et maigre, dégingandée. Au sens propre qui date du XVIIIème siècle, ce terme à l'origine incertaine désigne un cheval mal bâti, de chétive apparence. Aujourd'hui, il est employé dans l'expression péjorative "une grande bringue", expression proche du "grand escogriffe" masculin décrit dans une chronique précédente:

http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...

 

Pour en savoir davantage sur d'autres mots typiquement romands: Georges Arès, Parler suisse, parler français, Éditions de l'Aire, 1994; et Dictionnaire romand, particularités lexicales du français contemporain, Éditions Zoé, 1997.

 

08:00 Publié dans Culture, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

06/01/2014

Avez-vous une case en moins ?

imagesCAL4NH5W.jpg

 

Pour bien commencer l'année, la réponse à une question essentielle. 

 

Quand quelqu'un a une attitude étrange qui nous déstabilise ou quand quelqu'un n'est pas très futé et que cela nous dérange, on dit familièrement: cette personne, elle a une case en moins. Ou encore: cette personne, elle a une case vide. Mais pourquoi utilise-t-on le mot "case" pour juger un comportement qui ne correspond pas à nos attentes ?

 

Cela nous vient d'un médecin allemand né en 1758 et appelé Franz Joseph Gall. Au début du XIXème siècle, Franz Joseph Gall invente une science révolutionnaire pour l'époque: la phrénologie. C'est en 1807 à Paris qu'il donne pour la première fois un cours public sur ses découvertes. La phrénologie, qui n'existe plus aujourd'hui, se voulait une science affirmant que les protubérances disséminées sur notre crâne reflètent nos facultés mentales. Pour Franz Joseph Gall, celles-ci avaient des localisations tout à fait précises dans certaines régions du cerveau. Chaque région, dont le nombre pouvait varier énormément selon les individus, exerçait une pression sur la partie du crâne qui lui correspondait et cela donnait lieu à des protubérances osseuses. Pour Gall, il suffisait de repérer ces bosses sur le crâne d'une personne pour faire l'inventaire psychologique de ses facultés et déterminer ainsi ses tares et ses qualités. Gall les détectait en palpant le crâne de ses patients. Aujourd'hui, quand on dit de quelqu'un qui est particulièrement doué dans un domaine qu''il a "la bosse" des maths ou "la bosse" des affaires, par exemple, cela vient de la phrénologie.

 

Dès le début, cette science a été très controversée: elle avait des adeptes passionnés et des adversaires virulents. L'idée initiale n'était pas aussi mauvaise que cela puisque l'on sait aujourd'hui qu'il existe effectivement plusieurs zones distinctes dans le cerveau. Gall a aussi contribué à faire avancer les recherches sur la structure du cerveau et à mettre en évidence le rôle prépondérant du cortex cérébral. Mais certains  chercheurs de l'époque disaient à juste titre que le cerveau ne pouvait pas  être séparé en des unités fonctionnant indépendamment les unes des autres et qu'il fallait le considérer dans sa globalité pour pouvoir émettre un diagnostic crédible. Ces chercheurs traitaient Franz Joseph Gall de charlatan et qualifiaient la phrénologie de pseudo-science. Malgré ces critiques, Gall a eu comme patient l'écrivain Stendhal. Ce dernier a consulté Gall à son retour de campagne de Russie parce qu'il avait de la fièvre. Le 25 août 1813, dans une lettre à sa sœur, Stendhal émet la réserve suivante: "On m'a conseillé de me mettre dans les mains du docteur Gall, mais à condition qu'il ne me tâterait point le crâne."¹ Stendhal avait probablement déjà compris que la phrénologie ne tenait pas la route, ce que le temps et les progrès de la science ont bien sûr fini par démontrer de manière officielle.

 

Franz Joseph Gall avait dénombré une trentaine de régions différentes dans le cerveau et pour lui, chacune de ces régions possédait sa bosse et sa fonction précise. En voici quelques-unes, telles qu'il les avait baptisées: "Estime de soi", "Charitable et miséricordieux", "Bienveillance", "Besoin d'admiration", "Vénération", "Fermeté", "Tendance à la foi". Le Musée de l'Homme à Paris a conservé toute une série de crânes avec des étiquettes qui désignent ces régions cérébrales.

 

Lorsqu'on dit de quelqu'un qu'il a une case en moins, ou une case vide, on fait référence à ces régions du cerveau répertoriées par Franz Joseph Gall il y a deux siècles. La phrénologie a disparu, mais la langue française dont la mémoire a la vie dure en a gardé des traces. Par le langage, on donne ainsi crédit à Gall en sous-entendant que si le cerveau d'une personne n'est pas complet, il ne peut pas assurer toutes les fonctions du raisonnement et que l'on a donc affaire à quelqu'un de dérangé.

 

¹Jean Théodoridès, Stendhal du côté de la science, Éditions du Grand Chêne, 1972.

 

08:00 Publié dans Culture, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

26/12/2013

Du trente et un au trente-six

 

31.jpg

 

Dans quelques jours, ce sera le 31 décembre. L'occasion, pourquoi pas, de se mettre sur son trente et un pour sortir fêter le dernier jour de l'année en grande tenue. Reste qu'il s'agit là d'une fausse piste parce que l'expression "se mettre/être sur son trente et un" n’a absolument rien à voir avec le réveillon de la Saint-Sylvestre.

 

Plusieurs hypothèses circulent autour de ce mystérieux "trente et un" qui signifie que l'on s'habille avec ses habits les plus élégants pour une occasion particulière.

 

D'après le "Dictionnaire des locutions françaises" de Maurice Rat (Larousse, 1957), l'expression renverrait non pas à un nombre, mais à un tissu très fin de qualité supérieure et qui coûtait très cher, destiné autrefois aux vêtements des nobles: le trentain. Selon un règlement très strict concernant le travail des tisserands en laine au Moyen Âge, le nombre de fils dont était constitué le trentain devait obligatoirement se monter à trente fois cent fils, d'où son nom. Le terme "trentain" se serait transformé au cours des siècles en "trente un", puis finalement en "trente et un". C'est ainsi qu'au XIXème siècle, vers 1830, serait apparue l'expression "se mettre sur son trente et un", en référence au tissu rare et luxueux avec lequel les nobles se faisaient faire leurs vêtements plusieurs siècles plus tôt. "Se mettre sur" est l'ancienne forme de "s'habiller". "Se mettre sur", en ancien français se mettre sus: "mettre sur soi" le fameux trentain.

 

"Se mettre sur son trente et un" pourrait aussi dériver d'une expression du XVIIème siècle qui avait un sens assez proche, avec en plus une connotation d'appartenance sociale: "se mettre sur le bon bout", c'est-à-dire s'habiller avec le plus grand soin, revêtir le bout de tissu adéquat, forcément de "bon goût", mais aussi parader en prenant de grands airs, montrer que l'on a dépensé beaucoup d'argent pour s'offrir des vêtements élégants. "La cour ne se mit pas seule sur le bon bout, et le luxe passa jusqu'à la bourgeoisie"¹, écrivait La Fontaine en observateur attentif. À la même époque, et jusqu'à la première moitié du XIXème siècle, il existait aussi l'expression "tenir le haut bout"²: littéralement avoir la meilleure place, la place d'honneur, au sens figuré avoir la préséance, dominer, comme le faisaient les riches seigneurs qui trônaient au bout de la table pendant les banquets. Au contraire, le "bas bout" était une place considérée comme beaucoup moins honorable. On disait également de quelqu'un qui avait l'avantage dans une situation qu'il "tenait le bon bout par-devers lui". Aujourd'hui, on dit simplement qu'on tient le bon bout lorsque le succès paraît certain.

 

Selon Littré, l'origine de "trente et un" viendrait encore d'un jeu de cartes qui était très prisé au XIXème siècle dans les milieux populaires et qui s'appelait précisément le trente et un. Pour remporter la partie, il fallait réussir à totaliser trente et un points avec trois cartes de la même couleur. Trente et un: le point gagnant, le point le plus enviable. De même lorsqu'on est sur son trente et un et qu'on se montre sous son jour le plus beau et le plus favorable.

 

Enfin, il serait possible d'envisager le chiffre 31 pour le décomposer en 3 + 1 = 4. "Être sur son trente et un" pourrait alors être compris comme une réplique, sous la forme d'une énigme numérique, de l'expression "être tiré à quatre épingles" qui a exactement le même sens.

 

Au XIXème siècle, on disait également "se mettre sur son trente-six". Cette variante a disparu de notre langage, mais elle est toujours couramment utilisée au Québec où elle signifie le contraire d'"être habillé/attriqué comme la chienne à Jacques"  (http://www.tlfq.ulaval.ca/chronique/11_jacques.pdf). L'expression, apparue en France vers 1870, est attestée en québécois environ dix ans plus tard. Autre nombre, autre mystère, deux autres hypothèses.

 

L'expression reposerait sur un jeu de mots: quatre fois neuf, quatre fois "nouveau", égale trente-six. Autrement dit très neuf, à l'image d'un beau vêtement qui sort tout droit du magasin et que l'on étrenne pour célébrer un événement spécial. Un vêtement d'autant plus flambant neuf que si l'on décompose 36 en 3 + 6, on obtient la somme de 9 (quel que soit le chiffre que l'on multiplie par 9 ou par un multiple de 9, le résultat, une fois décomposé, est invariablement équivalent à 9). En d'autres termes: se mettre sur son trente-six reviendrait à se mettre sur son neuf.

 

Le nombre trente-six pourrait aussi être compris dans le sens de "rare", "exceptionnel", comme dans l'expression "tous les trente-six du mois": je vois cette personne une fois tous les trente-six du mois, c'est-à-dire très peu, presque jamais³. On pense aussi à la formule "il n'y a pas trente-six solutions": il y en a une, éventuellement deux, mais pas davantage. Ou encore à "il n'y a pas trente-six façons/moyens de faire quelque chose": il n'y a qu'une seule façon, qu'un seul moyen d'y arriver. "Se mettre sur son trente-six": s'habiller de manière beaucoup plus élégante que d'habitude pour une occasion qui n'est pas près de se reproduire, voire qui ne se reproduira plus jamais.

 

¹Théodore Lorin, Vocabulaire pour les oeuvres de La Fontaine, Paris, Comptoir des imprimeurs-unis, Comon Éditeur, 1852.

²Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, par Philibert-Joseph Le Roux, À Amsterdam, chez Zacharie Chastelain,  1750; et Dictionnaire de l'Académie française, 1835.

³Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.

 

00:11 Publié dans 31 décembre, Culture, Jean de La Fontaine, Jeux de mots, Québec | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |