29/10/2016

Qu'est-ce que vous mijotez ?

magot.jpg

 

Au XVIème siècle, le verbe "mijoter" avait le sens de "faire mûrir": faire migeotter les pommes, les faire mûrir sur la paille (CNRTL). C'est de là que nous viennent les sens actuels du verbe:

- Faire cuire ou bouillir lentement, à petit feu: la soupe est en train de mijoter, du lapin mijoté, mijoter du bœuf bourguignon (le verbe est à la fois intransitif et transitif). Par extension, "mijoter" signifie aussi "préparer un mets avec soin, avec amour": il/elle aime mijoter de bons petits plats. Verbe synonyme: "mitonner", emprunté à un parler de l'Ouest, d'où nous vient également le mot "mitonnée", "panade", "mitonner" et "mitonnée" dérivant de "miton", "mie de pain" (CNRTL).¹

- Au sens figuré, "mijoter" signifie "préparer de longue main, avec soin et discrétion" en parlant d'une affaire, d'un mauvais coup ou d'une plaisanterie: mijoter un complot, sa vengeance. Verbes synonymes: manigancer, combiner, tramer, et, dans le langage familier, magouiller, trafiquer. Le verbe "mitonner" aussi possède ce sens figuré de "préparer tout doucement en vue d'un résultat": se mitonner un avenir confortable.  

- Autre sens figuré de "mijoter": dans le langage familier, et employé intransitivement, "mijoter" prend le sens de "attendre en réfléchissant, patienter", le plus souvent avec une connotation négative: on va le/la laisser mijoter (dans son jus). Verbe synonyme: mariner (au sens figuré, "rester longtemps dans un lieu ou dans une situation désagréable", par similarité avec un aliment que l'on fait tremper plusieurs heures, voire une nuit entière, dans une marinade). Laisser quelqu'un mariner (dans son jus), mariner en prison.

Autrefois, "mijoter" se comprenait aussi familièrement dans le même sens que "mignoter": traiter délicatement, de manière caressante, dorloter. Mijoter un enfant. Et l'on parlait de "mijoteries" pour désigner des "manières caressantes", des "câlineries": "Mais le père n'aimait pas beaucoup toutes ces mijoteries, et Sylvinet fut obligé d'aller au lit tout de suite après souper, sans rien dire, car la fatigue le surmontait", George Sand, La Petite Fadette, 1849.

"Mijoter" est issu de l'ancien français mijot (Petit Robert), musgode (Petit Larousse) ou migoe, migeot, "fruitier, lieu où l'on conserve les fruits; provision de vivres", l'ancien substantif migoe, migeot étant lui-même une variante de musjoe, musgot (CNRTL). "De même que les fruits placés dans le mijot y mûrissent lentement, les plats qui mijotent atteignent leur perfection à petit feu."² Tous ces mots pourraient tirer leur origine du germanique. En effet, en allemand, Mus veut dire "compote de fruits" ou "purée", un plat mijoté pouvant s'apparenter à une bouillie.³ Dans la même famille, en référence à la notion de provision de vivres, le mot familier "magot", altération de l'ancien français mugot (de musgot), par croisement avec macault, magault, "poche, besace, bourse" au XVIème siècle (CRNTL). Un "magot" est une somme d'argent amassée et mise en réserve. Dans le langage courant, on parle d'"économies". Autre terme, mais qui est aujourd'hui vieilli, le "bas de laine" désigne l'argent que l'on a économisé ou la cachette dans laquelle on l'a placé (d'après la coutume attribuée aux paysans de garder leurs économies dans un bas de laine).

Un "magot" est aussi un singe à queue rudimentaire du genre macaque vivant en Afrique du Nord et à Gibraltar. Le magot est actuellement une espèce menacée. Autrefois, il existait l'expression "laid comme un magot" pour parler d'un homme au physique très ingrat. Plus généralement, on utilisait le terme "magot" pour décrire une personne très laide, très grossière et/ou très sotte. Aujourd'hui, outre le singe, le magot renvoie à une figurine de l'Extrême-Orient en porcelaine, pierre ou jade, représentant un personnage obèse, souvent hilare ou grimaçant, nonchalamment assis. Dans ce contexte, le mot "magot" nous vient "de Magog, Magos, nom associé à Gog, Gos dans les légendes et romans du Moyen-Âge pour désigner des peuples barbares, souvent représentés comme des êtres horribles, ou leurs chefs. Ces noms sont tirés de la Bible: dans Ézéchiel, 38 et 39, Gog est le nom du roi du pays de Magog, en Asie mineure, qui devait venir à la tête de nombreuses armées pour détruire Jérusalem et la Terre Sainte; dans l'Apocalypse 20, 7-10, Gog et Magog désignent des peuples conduits par Satan contre Jérusalem" (CNRTL).

Le Littré considère l'origine du verbe "mijoter" comme incertaine, mais précise tout de même: "Le Berry a mijé, mijat, mijot, pain émietté, et mijou, mangeur de mie. Mijoter ne serait-il pas réduire comme en mie ? Mije est d'ailleurs une des formes de mie. Au Mans, on a migeoter, mûrir sur la planche, et migeot, lieu où l'on conserve les fruits."

¹&³Pour en savoir davantage sur la panade et le mot allemand Mus:  http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...

²Dictionnaire de l'académie des gastronomes, Éditions Prisma, Paris, 1962.

10:02 Publié dans Allemand, Bible, Culture, George Sand | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

03/10/2016

Rêne ou renne ?

Renne-male---Pelage-d-hiver.jpg

 

Deux mots que l'on confond souvent, surtout dans trois expressions: lâche-t-on, prend-on et tient-on les rênes ou les rennes ? Éclairage.

 

Le mot "rêne", anciennement resne, est un substantif féminin qui vient du verbe latin retinere, "retenir, arrêter", qui a donné retinaculum, "toute espèce de lien, attache, corde; bride, rênes; amarre, cordage" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934). On retrouve cette origine en italien, redine, en espagnol, rienda, en catalan et en ancien provençal, regna, et en portugais, redea (CNRTL).

Une "rêne" est une courroie fixée au mors du cheval et que tient le cavalier pour guider sa monture. Ce mot est principalement employé au pluriel.

 

Le mot "renne", reen au XVIème siècle, est un substantif masculin d'origine scandinave: ren en suédois, reinsdyr en norvégien et rendyr en danois, desquels découlent aussi le reindeer anglais et le Rentier allemand.

Un "renne" est un mammifère ruminant voisin du cerf qui vit dans les régions froides de l'hémisphère nord. Le renne est le seul cervidé dont la femelle porte des bois. La famille des cervidés comprend dix-sept genres répartis en quarante-quatre espèces. Le renne appartient au genre Rangifer.

Le renne de l'Amérique du Nord est appelé "caribou"Il s'agit d'un mot canadien qui viendrait du micmac, langue de la famille des langues algonquiennes, littéralement "qui creuse, qui gratte", parce que le caribou creuse la neige pour trouver sa nourriture. Au Québec, le "caribou" est aussi une boisson composée de vin rouge et d'alcool fort, l'équivalent de notre "vin chaud" que l'on boit en hiver, surtout pendant la période des fêtes de fin d'année.

Malgré son nom, il n'y a pas de rennes à Rennes, commune française de l'ouest de la France, chef-lieu de la Région Bretagne et du département d'Ille-et-Vilaine. Le nom "Rennes" vient de Redones ou Riedones, nom de la tribu gauloise dont Rennes était sa principale ville au IIème siècle avant Jésus-Christ.

 

Dans l'imagerie populaire, le Père Noël est assis dans un traîneau tiré par des rennes. C'est sans doute la raison pour laquelle on a tendance à vouloir écrire "lâcher, prendre et tenir les rennes". Mais ces trois expressions figurées s'orthographient avec le mot "rêne":

- Lâcher les rênes: abandonner le contrôle de quelque chose, laisser libre cours à quelque chose (l'image évoquée est que l'on accepte de lâcher la bride du cheval pour le laisser galoper librement).

- Prendre/tenir les rênes: avoir la direction de quelque chose (de même que l'on est maître du cheval quand on a fixé une lanière à ses harnais pour le guider). Prendre/tenir les rênes d'une affaire, d'un commerce.

On peut aussi "confier les rênes" à quelqu'un: rendre quelqu'un responsable de quelque chose. Pendant mon absence, je te confie les rênes du projet.

 

On ne confondra pas la rêne avec la "reine": l'épouse d'un roi ou la souveraine d'un royaume (la reine d'Angleterre). Reine, du latin regina, féminin de rex, "roi". En ancien français, le mot était de trois syllabes: reïne dans l'Ouest, roïne dans le centre. C'est de l'Ouest que vient la prononciation actuelle, et c'est au XVIème siècle que le mot a commencé à être de deux syllabes (Littré).

On rencontre la reine dans deux expressions:

- Avoir un port de reine: avoir une allure majestueuse, imposante.

- Bouchée-à-la-reine: petite croûte de pâte feuilletée emplie d'une garniture, la plus courante, de nos jours, étant composée de champignons et de petits morceaux de ris de veau dans une sauce béchamel. La bouchée-à-la-reine a été créée à la cour de Versailles au XVIIIème siècle en l'honneur de la reine Marie Leczinska, fille du roi de Pologne Stanislas Leczinski, dans le but de reconquérir son époux le roi Louis XV qui la délaissait pour la marquise de Pompadour. Une bouchée-à-la-reine est l'équivalent, en plus petit, d'où son nom de "bouchée", du vol-au-vent. Le vol-au-vent, du verbe "voler", à cause de la légèreté de la pâte. La forme primitive était "vole-au-vent".¹

Par extension, le terme "reine" désigne aussi une femme qui l'emporte sur les autres par une éminente qualité: la reine du bal, de la fête, de la soirée. Une "reine de beauté" est l'autre nom donné à une Miss (Miss France, Miss Europe).

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, une "reinette" n'est pas une petite reine, mais une variété de pomme. Quant à la "rainette", il s'agit d'une petite grenouille arboricole aux doigts munis de ventouses, généralement verte mais susceptible de changer rapidement de couleur en réaction à son environnement.

Revenons à notre reine qui se retrouve aussi dans le jeu d'échecs et dans les cartes à jouer (reine de carreau, de cœur, de pique et de trèfle).

Enfin, elle est présente dans la nature où elle qualifie, chez les insectes sociaux tels que les abeilles, les guêpes et les fourmis, la femelle reproductrice unique dans la colonie et dont la vie, après la fécondation, est consacrée à la ponte: la reine et les ouvrières d'une ruche.

Du côté des fruits, la "reine-claude" est une prune de couleur verte, à chair fondante et parfumée. Le terme "reine-claude" est une abréviation de "prune de la reine Claude", femme de François Ier. En effet, au XVIème siècle, on voyait souvent apparaître une nouvelle espèce de fruit baptisée du nom d'une reine régnante ou d'une duchesse (CNRTL).

Du côté des fleurs, il existe la "reine-des-prés" et la "reine-marguerite", cette dernière ne tirant pas son nom d'une reine appelée Marguerite, mais parce qu'elle est proche de la marguerite des champs, en plus spectaculaire.

 

reine-des-prés.jpg

 Reines-des-prés.

 

reine-marguerite.jpg

Reines-marguerites.

 

***

 

¹Dictionnaire de l'académie des gastronomes, Éditions Prisma, Paris, 1962.

03/09/2016

Rentrée

rentree-b50c3.jpg

 

L'heure du retour sur les bancs de l'école a sonné en Suisse romande. D'abord dans le Jura il y a deux semaines, puis la semaine dernière dans le canton de Vaud, et enfin cette semaine à Genève. Le moment idéal pour étudier le mot "rentrée".

 

Dans son sens le plus courant, le mot "rentrée" qualifie la reprise d'activité après une période de vacances. Ainsi, les termes "rentrée des classes" et "rentrée scolaire", ou encore simplement "la rentrée", désignent la reprise des cours après les grandes vacances d'été. Mais il n'y a pas que les élèves qui font leur rentrée: on parle aussi de rentrée parlementaire, théâtrale, littéraire et télévisuelle.

La "rentrée" peut également être une réapparition après une absence relativement longue: le retour à la scène ou sur les écrans d'un acteur, d'une actrice, le retour d'un écrivain ou de tout autre créateur présentant une œuvre nouvelle, ainsi que le retour à une activité publique d'un homme ou d'une femme politique après une période de silence.

Une "rentrée" peut aussi être synonyme d'"encaissement", de "recouvrement d'une somme": j'attends une importante rentrée d'argent ces prochains jours.

Enfin, de manière générale, le mot "rentrée" définit l'action d'entrer de nouveau dans un lieu après en être sorti (la rentrée du personnel) ou de faire entrer de nouveau une chose ou un animal à l'intérieur d'un local, à l'abri: participer à la rentrée des vaches dans l'étable à la tombée de la nuit.

 

Une "rentrée" n'est pas une "entrée". Le mot "entrée" possède de multiples significations, en voici les principales:

- Endroit par lequel on pénètre dans un lieu: l'entrée d'une ville, d'une maison. La porte d'entrée. L'entrée des artistes: entrée d'un théâtre réservée aux comédiens. L'entrée de service: entrée réservée aux fournisseurs et aux domestiques dans un hôtel, une maison bourgeoise.

- L'action d'arriver dans un lieu: l'entrée en scène d'un acteur, d'une actrice; le navire fait son entrée dans le port.

- Le début d'une période de temps: à l'entrée de l'hiver, de la nuit. Cet emploi est littéraire. La locution "d'entrée de jeu", en revanche, appartient au registre familier. Littéralement "dès le début du jeu", elle signifie au sens figuré "tout d'abord, sans aucun préliminaire": d'entrée de jeu, il/elle posa ses conditions. Autrefois, on disait "d'entrée". Locution synonyme: d'emblée.

- En cuisine, mets que l'on mange au commencement du repas: cette légère entrée vous ouvrira l'appétit pour le plat principal.

- En lexicographie, chacun des mots auxquels un dictionnaire consacre un article. Les entrées sont généralement distinguées par l'emploi de majuscules et de caractères gras.

 

De même que l'on distingue la "rentrée" de l'"entrée", le verbe "rentrer" n'est pas synonyme du verbe "entrer". Dans le langage courant, on utilise fréquemment ces deux verbes indifféremment. Mais il existe de subtiles nuances.

On rentre à la maison le soir, on rentre sa voiture au garage, mais on entre à l'hôpital, dans un café, dans une église ou chez un commerçant. Le verbe "entrer" signifie "passer du dehors au dedans" (dans un endroit duquel on n'est pas sorti plus tôt  dans la journée, contrairement au verbe "rentrer" qui s'apparente au verbe "revenir").

 

Chaque verbe a ses locutions propres. Examinons d'abord celles du verbe "rentrer":

- Rentrer dans sa coquille: se refermer sur soi, faire preuve de timidité, comme un limaçon ou un escargot qui se dissimule dans sa coquille.

- Rentrer dans le droit chemin, dans le rang: se comporter de nouveau de manière honnête, conforme à la norme.

- Tout est rentré dans l'ordre: l'ordre est revenu. Ici, le verbe "rentrer" est à comprendre dans le sens de "retrouver (une situation favorable)", ainsi que dans l'expression suivante.

- Rentrer dans les bonnes grâces de quelqu'un: regagner la bienveillance de quelqu'un. Locution synonyme: rentrer en grâce (obtenir le pardon de quelqu'un).

- Rentrer dans quelqu'un, lui rentrer dedans; rentrer dans le chou, le lard, le mou de quelqu'un. Toutes ces expressions familières signifient "attaquer, se jeter sur quelqu'un", et, au sens figuré, "se livrer à une violente attaque verbale contre quelqu'un". Le "chou" est à comprendre dans le sens argotique de tête (http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...). Quant au "lard" et au "mou", il s'agit du corps de la personne que l'on agresse, dans le registre argotique également. On voit ici le sens particulier du verbe "rentrer", employé sans idée de répétition ni de retour: entrer avec force ou malgré une résistance, entrer complètement dans quelque chose. Dans le cas d'un accident, on dira: sa voiture est rentrée dans l'arbre, le mur. On sort une clé de sa poche pour la faire rentrer dans la serrure. Dans le même ordre d'idées, il existe la locution "rentrer sous terre": j'avais tellement honte que j'aurais voulu rentrer sous terre. Enfin, on dit "rentrer ses larmes, sa colère": refouler ses larmes, sa colère ("rentrer" dans le sens figuré de "faire disparaître sous ou dans"). Verbes synonymes: cacher,  ravaler, réprimer.

 

Les locutions avec le verbe "entrer" sont nombreuses également:

- Entrer en lice: s'engager dans une compétition ou intervenir dans un débat (http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...).

- Entrer en scène: pour un acteur ou une actrice, arriver sur scène pour y jouer son rôle. Par extension, au sens figuré, "entrer en scène" signifie "commencer à agir, à se manifester, à se faire entendre": le Premier ministre est entré en scène à la télévision pour défendre l'UE. Verbe synonyme: intervenir. Locution synonyme, mais dans un contexte militaire: entrer en action. Les troupes sont entrées en action hier.

- Entrer comme dans un moulin: entrer quelque part sans demander l'autorisation, entrer chez quelqu'un sans frapper à la porte. Pourquoi un moulin ? Il existe plusieurs explications possibles: "Dit-on cela parce que, nécessairement ouvert en effet à tous les gens du village, le moulin était un lieu fort fréquenté ? On s'y attardait volontiers: la farine n'était pas toujours prête et les gens, en ces temps déjà lointains, n'étaient pas bouleversés de la vitesse... Est-ce, plus précisément, parce qu'autrefois, le paysan, à toute heure du jour ou de la nuit, pouvait venir au moulin prendre livraison de sa farine ? Est-ce plutôt parce que les moulins à eau se trouvant nécessairement à côté de la passerelle communale, il fallait bien que le meunier laissât toujours ouvert son moulin afin que les habitants du village pussent continuer leur chemin ? Certains prétendent que l'expression est tout simplement due au fait que le passage des ailes condamnant régulièrement la porte d'entrée, on prévoyait souvent une deuxième porte d'accès. D'autres assurent que cette éventuelle deuxième porte était faite pour l'âne (ou pour le mulet): on faisait entrer l'animal qui portait les grains dans le moulin, on le déchargeait, et comme il ne pouvait pas reculer, devant lui il y avait une autre porte pour sortir. D'autres encore certifient que l'expression à l'origine était: ‹‹ entrer comme un âne dans un moulin ›› et font alors remarquer qu'un âne, fût-il un âne philosophe, ignore tout des politesses de la porte".¹

- Ne faire qu'entrer et sortir: ne rester dans un endroit qu'un court instant. On peut aussi dire: ne faire que passer.

- Entrer en coup de vent: arriver quelque part à l'improviste et d'une manière brusque. Verbe synonyme: se précipiter.

- Entrer dans les détails: décrire, raconter un événement avec une grande minutie.

- Entrer dans les ordres: devenir religieux ou religieuse. Rien à voir avec la locution "tout est rentré dans l'ordre" que nous avons vue plus haut. Ici, le mot "ordre" renvoie à la "congrégation d'hommes et de femmes s'engageant à vivre sous une règle  religieuse".

- Entrer dans l'histoire: devenir célèbre suite à un événement qui a marqué l'opinion publique.

- Entrer dans le vif du sujet: après une introduction, se mettre à parler de la chose principale.

- Entrer dans les idées, les sentiments ou les vues de quelqu'un: partager la même opinion qu'une personne.

 

***

 

¹François Berquin, Michon. Le Secret de Maître Pierre, Presses universitaires du Septentrion, 2013.

10:28 Publié dans Argot, Culture, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |