03/02/2014

Dans la poêle à frire

yeuxdemerlanfrie.jpg

Le verbe "frire" a donné naissance à de nombreux mots et à quelques expressions savoureuses.

 

"Frire", c'est faire cuire un aliment dans une poêle avec du beurre ou de l'huile: œuf au plat, steak haché, oignons, etc. C'est un verbe défectif: il n'existe pas dans toutes les conjugaisons ni à toutes les personnes. "Frire" existe au présent de l'indicatif, mais seulement pour les trois premières personnes du singulier. Pour le pluriel, il faut accompagner le verbe "frire" du verbe "faire": nous faisons frire, vous faites frire, etc. C'est pareil pour l'imparfait, le futur et le conditionnel présent, on est obligé de dire: je faisais frire, je ferai frire, je ferais frire. En revanche, cela fonctionne pour le passé composé, le futur antérieur, le conditionnel passé et le plus que parfait grâce à l'auxiliaire "avoir": j'ai frit, j'aurai frit, j'aurais frit, j'avais frit.

 

Le mot "friture" a deux significations:

-L'action de faire cuire un aliment en le plongeant dans de l'huile bouillante. Mais la friture peut aussi désigner l'aliment qui a été frit: une friture d'éperlans ou de goujons, par exemple, ou même simplement une friture ou une petite friture pour parler d'un plat de poissons frits.

-Par analogie de son avec l'huile qui crépite, et au singulier uniquement, la friture décrit aussi un grésillement parasitaire sur une ligne téléphonique, à la radio ou à la télévision. 

 

L'adjectif "friand" aussi vient du verbe "frire". Au XIIIème siècle, l'adjectif s'écrivait friant, du participe présent du verbe frier en ancien français: brûler d'envie. Aujourd'hui, "friand" s'applique à quelqu'un qui est gourmand, qui aime particulièrement un aliment: être friand de chocolat. Mais on peut aussi être friand de compliments ou de romans. Dans la même famille, on trouve le friand qui est un pâté feuilleté garni d'un hachis de viande, ainsi que la friandise, la petite pièce de confiserie ou de pâtisserie bien connue et très appréciée qui se mange avec les doigts.

 

Passons maintenant à la frite, un mot que l'on comprend couramment comme un substantif mais qui est en réalité un adjectif. La formule complète, c'est "pomme de terre frite". Le mot est essentiellement utilisé au pluriel car il est rare que l'on en mange qu'une ! On peut aussi dire "pommes frites" ou "patates frites". Il existe encore d'autres appellations en fonction de leur taille: allumettes, bûches ou pailles. Pas de frites sans friteuse, cet appareil électroménager qui, outre les frites, permet de préparer beaucoup d'autres mets.

Les frites garnissent de nombreux plats populaires dans différents pays. La Belgique a ses moules-frites, la France son steak frites et les Britanniques leur fish and chips. Hé oui, en anglais british, les frites se disent chips. Nos chips ou pommes chips sont pour eux des crisps. En Amérique du Nord, les frites sont des French fries et les chips des (potato) chips. Au Québec, les chips se disent aussi "croustilles", un terme hautement évocateur. Restons au Québec pour une spécialité nommée "poutine": un met roboratif idéal par grand froid, constitué de frites et de cheddar fondu, le tout nappé d'une sauce brune. Le terme viendrait non pas de la Russie, mais du mot britannique pudding: pudding de l'ancien anglais poding, lui-même originaire du mot français "boudin": en Grande-Bretagne, le boudin noir s’appelle d'ailleurs black pudding.

 

Revenons au français avec les expressions "avoir la frite" et "avoir la patate" qui veulent dire "avoir la forme", "'être plein d'énergie". Les amateurs de fruits préféreront dire "avoir la pêche" ou "avoir la banane". Au contraire, si l'on n'est pas en forme avec une tendance à la tristesse et au dépit, on retrouve la pomme de terre dans l'expression "en avoir gros sur la patate".

L'expression "avoir/rouler/faire des yeux de merlan frit" est employée quand une personne a un regard niais ou qu'elle fixe son interlocuteur avec surprise ou stupéfaction. Au XVIIIème siècle, on disait "faire des yeux de carpe frite". Le poisson a changé, mais le sens de l'expression est resté identique en traversant les siècles.

Quelqu'un qui est frit, dans le langage populaire, c'est quelqu'un qui est ruiné: cet homme a tout perdu, il est frit.

Le verbe "se friter" signifie familièrement "se disputer", "se prendre la tête", voire même "se battre": ils se sont frités à la sortie du bar.

Pour finir, le mot "friterie" qui désigne une baraque de marchand de frites. En Belgique, une baraque à frites se dit aussi "friture", un emprunt au flamand frituur.

 

L'illustration vient de http://doyouspeakcocteil.blogspot.ch/ qui propose des traductions littérales d'expressions françaises en anglais "contemporain et raffiné".

 

08:00 Publié dans Anglais, Belgique, Conjugaison, Cuisine; gastronomie, Culture, Québec | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

20/01/2014

Les chochottes ont les chocottes (et les jetons)

 

baume-des-chochottes.jpg

 

Le mot "chocottes" est utilisé exclusivement au pluriel. On le rencontre dans l'expression "avoir les chocottes": avoir peur. On dit aussi "donner/flanquer les chocottes": faire peur. Au XIXème siècle, une chocotte désignait une dent en argot. Le mot vient de "chicot" qui a deux significations: le reste d'une branche ou d'un tronc qui a été coupé et une dent qui a été cassée. C'est ce dernier sens qui nous intéresse. L'expression "avoir les chocottes" véhicule l'image des dents qui s'entrechoquent sous l'effet de la peur lorsque notre bouche commence à trembler. On dit d'ailleurs aussi "claquer des dents". Et il y a bien sûr un jeu de mots entre "chocottes" et le verbe "choquer", le tout prenant l'allure d'une onomatopée.

 

Le mot "chochotte" est apparu au début du XXème siècle. Il décrivait un jeune homme maniéré ou une jeune fille apprêtée dans sa façon de s'habiller. Aujourd'hui, le terme est appliqué à toute personne, homme ou femme, qui fait des complications pour peu de choses, qui chipote et qui minaude, qui est douillette, snob ou prétentieuse. On utilise généralement ce mot pour produire un effet comique dans la conversation. Il/elle fait sa chochotte: il/elle fait des chichis. L'origine du mot est controversée, elle pourrait venir de "chouchou" ou de "cocotte", voire d'une combinaison des deux.

 

Au XIXème siècle, une cocotte était une femme qui avait des "mœurs légères", entendez une prostituée, une gueïupe en vaudois. À l'époque, on utilisait aussi le terme "demi-mondaine". Voici une définition plus complète: Demoiselle qui ne travaille pas, qui n'a pas de rentes, et qui cependant trouve le moyen de bien vivre - aux dépens des imbéciles riches qui tiennent à se ruiner, s'amuse le journaliste et écrivain Alfred Delvau en 1866, rappelant que le mot date alors de quelques années à peine, précisant encore: nos pères disaient "poulettes"¹. Ou encore cette variante: Cocotte-minute, femme réputée pour ne résister longtemps aux avances des messieurs. Ce terme, dans ce sens, apparaît dans les années 1950, peu après la commercialisation, en 1953, d'un autocuiseur devenu célèbre portant ce nom². Dans un tout autre registre, on retrouve notre cocotte dans le langage enfantin pour parler d'une poule... l'oiseau de basse-cour, bien évidemment, par imitation du gloussement.

 

Lorsqu'on est chochotte, on a facilement les chocottes. Mais il existe toutes sortes d'expressions synonymes. On peut avoir la trouille ou, si l'on a vraiment très peur, le trouillomètre à zéro. On peut aussi avoir la frousse, la pétoche, les foies et des sueurs froides. Au Québec, on dit "avoir la chienne" ou "avoir la chienne de sa vie" et "avoir les quételles".

 

Enfin, on peut avoir les jetons ou donner les jetons à quelqu'un. Cette expression, relativement récente puisqu'elle date de la première moitié du XXème siècle, appartiendrait au vocabulaire du jeu et tirerait son origine des jetons de casino qui servent de mise à la roulette et que l'on craint de lancer sur le tapis par peur de perdre son argent. Autre possibilité: depuis la fin du XIXème siècle, dans le langage populaire, un jeton est un coup de poing. L'expression symboliserait donc la peur d'être frappé.

 

¹&²Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007.

 

08:00 Publié dans Argot, Culture, Jeux de mots, Québec | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

26/12/2013

Du trente et un au trente-six

 

31.jpg

 

Dans quelques jours, ce sera le 31 décembre. L'occasion, pourquoi pas, de se mettre sur son trente et un pour sortir fêter le dernier jour de l'année en grande tenue. Reste qu'il s'agit là d'une fausse piste parce que l'expression "se mettre/être sur son trente et un" n’a absolument rien à voir avec le réveillon de la Saint-Sylvestre.

 

Plusieurs hypothèses circulent autour de ce mystérieux "trente et un" qui signifie que l'on s'habille avec ses habits les plus élégants pour une occasion particulière.

 

D'après le "Dictionnaire des locutions françaises" de Maurice Rat (Larousse, 1957), l'expression renverrait non pas à un nombre, mais à un tissu très fin de qualité supérieure et qui coûtait très cher, destiné autrefois aux vêtements des nobles: le trentain. Selon un règlement très strict concernant le travail des tisserands en laine au Moyen Âge, le nombre de fils dont était constitué le trentain devait obligatoirement se monter à trente fois cent fils, d'où son nom. Le terme "trentain" se serait transformé au cours des siècles en "trente un", puis finalement en "trente et un". C'est ainsi qu'au XIXème siècle, vers 1830, serait apparue l'expression "se mettre sur son trente et un", en référence au tissu rare et luxueux avec lequel les nobles se faisaient faire leurs vêtements plusieurs siècles plus tôt. "Se mettre sur" est l'ancienne forme de "s'habiller". "Se mettre sur", en ancien français se mettre sus: "mettre sur soi" le fameux trentain.

 

"Se mettre sur son trente et un" pourrait aussi dériver d'une expression du XVIIème siècle qui avait un sens assez proche, avec en plus une connotation d'appartenance sociale: "se mettre sur le bon bout", c'est-à-dire s'habiller avec le plus grand soin, revêtir le bout de tissu adéquat, forcément de "bon goût", mais aussi parader en prenant de grands airs, montrer que l'on a dépensé beaucoup d'argent pour s'offrir des vêtements élégants. "La cour ne se mit pas seule sur le bon bout, et le luxe passa jusqu'à la bourgeoisie"¹, écrivait La Fontaine en observateur attentif. À la même époque, et jusqu'à la première moitié du XIXème siècle, il existait aussi l'expression "tenir le haut bout"²: littéralement avoir la meilleure place, la place d'honneur, au sens figuré avoir la préséance, dominer, comme le faisaient les riches seigneurs qui trônaient au bout de la table pendant les banquets. Au contraire, le "bas bout" était une place considérée comme beaucoup moins honorable. On disait également de quelqu'un qui avait l'avantage dans une situation qu'il "tenait le bon bout par-devers lui". Aujourd'hui, on dit simplement qu'on tient le bon bout lorsque le succès paraît certain.

 

Selon Littré, l'origine de "trente et un" viendrait encore d'un jeu de cartes qui était très prisé au XIXème siècle dans les milieux populaires et qui s'appelait précisément le trente et un. Pour remporter la partie, il fallait réussir à totaliser trente et un points avec trois cartes de la même couleur. Trente et un: le point gagnant, le point le plus enviable. De même lorsqu'on est sur son trente et un et qu'on se montre sous son jour le plus beau et le plus favorable.

 

Enfin, il serait possible d'envisager le chiffre 31 pour le décomposer en 3 + 1 = 4. "Être sur son trente et un" pourrait alors être compris comme une réplique, sous la forme d'une énigme numérique, de l'expression "être tiré à quatre épingles" qui a exactement le même sens.

 

Au XIXème siècle, on disait également "se mettre sur son trente-six". Cette variante a disparu de notre langage, mais elle est toujours couramment utilisée au Québec où elle signifie le contraire d'"être habillé/attriqué comme la chienne à Jacques"  (http://www.tlfq.ulaval.ca/chronique/11_jacques.pdf). L'expression, apparue en France vers 1870, est attestée en québécois environ dix ans plus tard. Autre nombre, autre mystère, deux autres hypothèses.

 

L'expression reposerait sur un jeu de mots: quatre fois neuf, quatre fois "nouveau", égale trente-six. Autrement dit très neuf, à l'image d'un beau vêtement qui sort tout droit du magasin et que l'on étrenne pour célébrer un événement spécial. Un vêtement d'autant plus flambant neuf que si l'on décompose 36 en 3 + 6, on obtient la somme de 9 (quel que soit le chiffre que l'on multiplie par 9 ou par un multiple de 9, le résultat, une fois décomposé, est invariablement équivalent à 9). En d'autres termes: se mettre sur son trente-six reviendrait à se mettre sur son neuf.

 

Le nombre trente-six pourrait aussi être compris dans le sens de "rare", "exceptionnel", comme dans l'expression "tous les trente-six du mois": je vois cette personne une fois tous les trente-six du mois, c'est-à-dire très peu, presque jamais³. On pense aussi à la formule "il n'y a pas trente-six solutions": il y en a une, éventuellement deux, mais pas davantage. Ou encore à "il n'y a pas trente-six façons/moyens de faire quelque chose": il n'y a qu'une seule façon, qu'un seul moyen d'y arriver. "Se mettre sur son trente-six": s'habiller de manière beaucoup plus élégante que d'habitude pour une occasion qui n'est pas près de se reproduire, voire qui ne se reproduira plus jamais.

 

¹Théodore Lorin, Vocabulaire pour les oeuvres de La Fontaine, Paris, Comptoir des imprimeurs-unis, Comon Éditeur, 1852.

²Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, par Philibert-Joseph Le Roux, À Amsterdam, chez Zacharie Chastelain,  1750; et Dictionnaire de l'Académie française, 1835.

³Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.

 

00:11 Publié dans 31 décembre, Culture, Jean de La Fontaine, Jeux de mots, Québec | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |