15/10/2014

La poudre

 

Poudre-Yeux.jpg



Analyse de quelques expressions contenant le mot "poudre".


Il existe plusieurs sortes de poudres. Nous allons les découvrir grâce à des expressions qui les mettent en scène.


"Jetter de la poudre aux yeux" signifie "chercher à éblouir, à épater, souvent par des fausses apparences". Ici, le mot "poudre" est à comprendre dans son sens ancien de "terre desséchée et pulvérisée". Au XIème siècle, "poudre" s'écrivait puldre, du latin pulverem, accusatif de pulvis, pulveris, "poussière". Au XVIème siècle, l'expression jetter la poudre en l'œil à quelqu'un avait le sens de "l'emporter sur quelqu'un" (CNRTL). En effet, l'idée de compétition est à l'origine de l'expression: elle nous vient des jeux olympiques antiques où les coureurs les plus rapides qui avaient dépassé les moins agiles les aveuglaient en soulevant avec leurs pieds du sable et de la poussière. Dans le recueil d'expressions et de proverbes latins répertoriés par le philosophe Érasme au XVIème siècle, on trouve l'adage pulverem oculis effundere, que la langue française a traduit littéralement par "jeter de la poudre aux yeux". On apprend que c'était aussi un stratagème utilisé en temps de guerre: acculer une armée de telle manière qu'en marchant sur l'ennemi, la poussière de la route se dirige dans leur direction et les empêche de bien voir¹. Plusieurs siècles plus tard, ce furent les nobles qui, passant en carrosse sur les routes, jetèrent de la poudre aux yeux du peuple qui, lui, n'avait pas d'autre choix que celui de se déplacer à pied. Dans un tout autre registre, "La Poudre aux yeux" est également le titre d'une comédie d'Eugène Labiche datant de 1861.


***


Prendre la poudre d'escampette, c'est prendre la fuite. Le mot "escampette" est un diminutif de l'ancien substantif escampe, "fuite", lui-même tiré du verbe escamper, "s'enfuir, se sauver", datant de la fin du XIVème siècle. Autrefois, on disait prendre l'escampette. Le verbe escamper s'est transformé en descamper au XVIème siècle, qui a donné notre "décamper" actuel. Ces deux verbes dérivent du latin campus, "camp, champ", et ils ont une origine militaire avec l'expression "lever le camp", employée lorsqu'une armée part d'un endroit pour aller dans un autre.

La poudre d'escampette pourrait être de deux sortes différentes. Soit on comprend l'expression comme la poussière qu'une personne soulève avec ses pieds lorsqu'elle s'enfuit, soit l'on considère cette poudre dans le deuxième sens du mot, "substance solide divisée en de très petites particules homogènes": sucre en poudre, poudre à lever, lessive en poudre, etc. La poudre en question dans l'expression pourrait faire référence à une poudre médicinale, plus précisément une poudre purgative prescrite autrefois par les médecins et qui, peu de temps après que le patient l'avait absorbée, provoquait sa fuite pour aller se vider les intestins. Une telle scène se retrouve dans "Le malade imaginaire" de Molière où Argan se fait faire des purges pour soigner les maux dont il se croit atteint. Dans le même registre, la "poudre de perlimpinpin" qualifiait une poudre censée guérir, mais qui se révélait être un médicament inefficace vendu jadis par les charlatans. Le terme "perlimpinpin" évoque d'ailleurs une parodie de formule magique (CNRTL).


***


Le troisième sens du mot "poudre" qui figure dans de nombreuses expressions et locutions désigne le mélange explosif pulvérulent:

-Mettre le feu aux poudres: provoquer une catastrophe ou des sentiments violents.

-Se répandre comme une traînée de poudre: se dit d'une nouvelle ou d'une rumeur qui se propage rapidement. L'image vient de la poudre à canon que l'on répandait selon une ligne pour communiquer le feu à l'amorce.

-Il/Elle n'a pas inventé la poudre (comprenez: la poudre à canon): il/elle n'est pas très intelligent(e). Locutions synonymes: il/elle n'a pas inventé l'eau chaude, l'eau tiède ou le fil à couper le beurre.

-Cela sent la poudre: il y a des menaces de conflit.


***


¹Robert Bland, Proverbs, chiefly taken from the Adagia of Erasmus, with explanations, vol. II, London, Printed by C.Roworth, Bell-yard, Temple-bar, 1814.

12:34 Publié dans Culture, Latin, Molière | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

06/10/2014

Désormais, dorénavant

600full-molière.jpg

 

 Deux adverbes de temps passés au crible.


"Désormais" et "dorénavant" sont deux adverbes interchangeables. Ils signifient "à partir du moment présent": désormais, tout sera différent; les portes seront désormais fermées à partir de 17h00; dorénavant, la réunion hebdomadaire aura lieu le lundi; j'ai décidé d'arriver dorénavant toujours à l'heure. Synonyme: à l'avenir.

L'orthographe de ces deux adverbes n'a pas toujours été semblable à celle que nous connaissons aujourd'hui. Si l'on y regarde de plus près, on s'aperçoit que "désormais" et "dorénavant" sont en fait composés de trois mots bien distincts.

"Désormais" date du XIIème siècle. À l'époque, cet adverbe s'écrivait des ore mais: comprenez des, notre "dès" actuel, du bas latin de ex, renforcement de ex, marquant le point de départ dans le lieu ou dans le temps; ore au sens ancien de "maintenant, à cette heure", du latin hora; mais au sens ancien de "plus".

"Dorénavant" aussi date du XIIème siècle. Et autrefois, il s'écrivait d'or en avant: "à partir de maintenant en avant, en regardant vers l'avenir".

En ancien français, or pouvait également s'orthographier ore ou ores. Dans "Le malade imaginaire" de Molière, on trouve la réplique suivante de Thomas Diafoirus, le médecin que le malade imaginaire a choisi pour être le mari de sa fille Angélique: "Aussi mon cœur dores-en-avant tournera-t-il toujours vers les astres resplendissants de vos yeux adorables, ainsi que vers son pôle unique."

Il est vraisemblable que les différentes étapes orthographiques aient été de ores en avant, d'ores en avant, doresenavant, doresnavant et dorenavant pour finalement aboutir à notre "dorénavant" actuel (CNRTL).

Outre "désormais" et "dorénavant", on rencontre dans la langue française d'autres adverbes et conjonctions qui reposent sur le sens duratif de "moment, temps" et qui présentent l'ancienne graphie or, ore ou ores: "or", "encore", "lors", "lorsque", "alors" et "d'ores et déjà".

Tous ces mots dérivent du mot "heure", lui-même issu du latin hora, "heure, temps, moment", emprunté au grec hôra. En italien, "heure" se dit ora, en espagnol et en portugais hora et en basque oren. Le français "heure" a fourni hour à l'anglais, uur au néerlandais et Uhr à l'allemand. Dans la même famille, des mots comme "horaire", "horloge" ou "horoscope", ce dernier étant passé en anglais au XIVème siècle (Petit Robert).


10:10 Publié dans Adverbe, Anglais, Basque, Espagnol, Italien, Molière, Néerlandais, Orthographe, Portugais | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

09/04/2014

Le violon

 

violon_ingres.jpg

 

 Cet instrument de musique est au cœur de plusieurs expressions.

 

Le violon possède quatre cordes accordées en quintes, respectivement sur le sol, le ré, le la et le mi. Au début du XVIème siècle, on utilisait le terme vyollon. La première apparition du mot avec l'orthographe que l'on connaît aujourd'hui se situe avant 1550. Dans "Le Tiers Livre" publié en 1546, Rabelais écrit: "Plus me plaît le son de la cornemuse que les fredonnements des violons auliques."

Le mot désigne aussi bien l'instrument que le musicien qui en joue: être violon dans un orchestre (on peut bien sûr aussi dire "violoniste"). Celui qui dirige les violons d'un orchestre est appelé "premier violon". Autrefois, un "violoneux" était un joueur de violon qui animait les fêtes de campagne et, par extension et dans un sens péjoratif, un violoniste médiocre. Aujourd'hui, on parle d'un "crincrin" pour décrire un mauvais violoniste et un violon de piètre qualité qui produit des sons désagréables, le terme "crincrin" étant une onomatopée imitant un son discordant et grinçant. Autrefois, on disait aussi "ménétrier" pour qualifier un violoniste de village qui escortait les noces et faisait danser les invités. Et au Moyen-Âge, c'était le ménestrel, un musicien ambulant ou engagé par un seigneur, qui chantait des vers et récitait des fabliaux en s'accompagnant d'un instrument.

Un stradivarius est un violon fabriqué au XVIIème ou au XVIIIème siècle dans l'atelier d'Antonio Stradivari dit "Stradivarius", un luthier italien originaire de la ville de Crémone qui, outre des violons, fabriquait également des violoncelles, des altos et des guitares, tous de qualité exceptionnelle, et dont certains ont survécu à travers les siècles et ont été conservés avec leur montage d'origine.

 

On rencontre le violon dans plusieurs expressions:

-Aller plus vite que les violons: aller trop vite, précipiter les choses, faire des déductions hâtives.

-Accorder ses violons: se mettre d'accord.

-Payer les violons: faire les frais de quelque chose sans en tirer aucun profit. Cette expression a une origine grivoise: entretenir une garce que d'autres personnes voient¹. On trouve dans la comédie-ballet de Molière "La Comtesse d'Escarbagnas" (1671) la tirade suivante: "Je ne suis point d'humeur à payer les violons pour faire danser les autres". Et autrefois, on disait "se donner les violons/avoir les violons de quelque chose" dans le sens de "tirer vanité de quelque chose": il est cruel pour nous d'être en but à la mauvaise intrigue de gens qui, peut-être sans faire des choses merveilleuses, veulent avoir les violons de tout².

-Pisser dans un violon: ne servir à rien. Dans le langage populaire, on emploie généralement l'expression sous la forme de "c'est comme pisser dans un violon" ou "autant pisser dans un violon": on a beau donner son avis, cela est complètement inutile parce que personne n'écoute et n'en tirera de leçon.

-Au XXème siècle, apparaît l'expression "avoir un violon d'Ingres". Jean-Auguste-Dominique Ingres est un peintre français néo-classique né à la fin du XVIIIème siècle et mort en 1867. Plusieurs de ses œuvres, parmi lesquelles "Le Bain turc" et "La Grande Odalisque", sont exposées au musée du Louvre à Paris. Mais Ingres ne faisait pas que de la peinture. Il avait une passion, le violon, à laquelle il se consacrait dès qu'il avait un moment de libre. D'où l'expression "avoir un violon d'Ingres" qui, au départ, désignait le fait, pour un artiste, de pratiquer un art qui n'était pas le sien. Plus tard, le sens de l'expression s'est étendu à toute activité secondaire, pas seulement celle d'un artiste. Mais lorsqu'on parle de "violon d'Ingres", on sous-entend tout de même que notre passe-temps favori est lié à quelque chose d'artistique.

"Le violon d'Ingres" est également le nom d'une photographie de Man Ray, un artiste américain qui vécut à Paris dans les années 1920. La photo, qui date de 1924, représente le dos nu d'une femme, sur lequel figurent les ouïes d'un violon. La femme n'est autre que Kiki de Montparnasse, modèle et égérie du Paris des années folles, qui partagea avec Man Ray une passion amoureuse qui révolutionna la photographie. Les images de leur vie commune à Montparnasse ont fait le tour du monde et sont considérées comme parmi les plus célèbres du XXème siècle.

L'expression "avoir un violon d'Ingres" n'est pas la seule pour parler d'un passe-temps. On peut aussi dire qu'on a un hobby. L'origine de ce mot nous vient d'une formule anglaise, hobbyhorse, qui qualifiait autrefois un jouet constitué d'un long manche de bois muni de rênes au bout duquel se trouvait une tête de cheval. À l'autre bout il y avait parfois des roulettes pour faire avancer le jouet que les enfants chevauchaient en se prenant pour des cavaliers. En référence à ce jeu, un hobby désigne une activité ludique que l'on pratique pour se distraire durant ses loisirs, sans connotation artistique. L'expression "avoir un hobby" s'est répandue largement dans le langage des gens à partir des années 1950, période où les loisirs ont commencé à prendre une part importante dans leur vie.

On peut également avoir un dada. Ce mot est la version française de hobbyhorse, "dada" désignant un cheval dans le langage enfantin. Il s'agit d'une onomatopée reproduisant le bruit du galop d'un cheval. "Dada" a un sens différent de "hobby": davantage qu'un passe-temps, "avoir un dada" véhicule la notion de manie, d'idée fixe, de passion pouvant devenir envahissante, voire obsessionnelle.   

Enfin, il y a la marotte. Autrefois, une marotte était une poupée montée sur un bâton, qui a ensuite été utilisée dans les théâtres de marionnettes. Et encore plus tôt, le mot désignait le sceptre surmonté d'une tête coiffée d'un capuchon coloré et garnie de grelots que brandissait le fou du roi. Pour cette raison, "avoir une marotte" sous-entend que notre occupation préférée a un côté inhabituel, original, excentrique, avec aussi l'idée de manie du dada.

 

Revenons au violon qui, dans le langage familier, par analogie des cordes de l'instrument et des barreaux, désigne la prison située dans un poste de police où  l'on enferme ceux qui sont arrêtés le soir en attendant de les interroger le lendemain. Depuis la fin du XVIIIème siècle, on dit "mettre au violon": mettre en prison. Ou encore: "passer la nuit au violon". Avant le XVIIIème siècle, on disait "mettre au psaltérion". Comme le violon, le psaltérion était un instrument à cordes. Mais il est apparu au Moyen-Âge. Et dans l'expression, il prenait le sens de "psautier", le livre des psaumes en religion. "Psaltérion" et "psautier" ont en effet la même origine étymologique: ils viennent tous deux du latin psalterium. "Mettre au psaltérion" signifiait donc "mettre au psautier", c'est-à-dire en pénitence, dans un endroit où l'on a le temps de méditer sur ses méfaits, de se repentir et de réciter quelques psaumes pour le salut de son âme. Le psaltérion passant de mode au fil des siècles, il a été remplacé par le violon, devenu entre-temps "le roi des instruments"³.

 

¹Antoine Goudin, Curiosités françaises pour supplément aux dictionnaires, 1640.

²Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1869.

³Charles Rozan, Petites ignorances de la conversation, Paris, Lacroix-Comon, 1856.

08:51 Publié dans Anglais, Culture, François Rabelais, Molière, Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |