05/03/2016

Chair, chaire, cheire, cher, chère

Faire ripaille.jpg

Plusieurs homonymes que l'on confond facilement.

 

Commençons par l'expression "faire bonne chère": faire un bon repas. On a tendance à vouloir l'orthographier "faire bonne chair" en référence à la chair de certains aliments comme la viande, le poisson et les fruits. Or, la "chère" en question, anciennement chière, vient du latin cara, "visage". À l'origine, "faire bonne chère à quelqu'un" signifiait littéralement "faire bon visage à quelqu'un", c'est-à-dire "faire bon accueil à quelqu'un".

"Il semble que la mine réjouie ait été associée très tôt à l'idée de bon repas. Rien de tel qu'un estomac plein pour dérider son homme ! Dès les premières années du XVème siècle, la "bonne chière" avait aussi pris le sens de bon repas. Il est vrai que c'était en pleine guerre de Cent Ans, de ses ravages, de ses disettes, et qu'à des périodes où les gens souffrent de faim chronique il n'est rien de tel pour voir leur visage s'éclairer, leur œil pétiller et leur sourire se fendre jusqu'aux oreilles, que de leur présenter un petit gueuleton !"¹

 

Expressions synonymes de "faire bonne chère": "s'en mettre plein la lampe" et "se taper la cloche": http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...; http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

 

On ne confondra pas le substantif "chère" avec l'adjectif féminin "chère": ma chère amie; la vie devient chère. L'adjectif "cher", du latin carus, possède en effet deux significations: "qui est aimé, pour qui on éprouve une vive affection" et "qui est d'un prix élevé". Dans ce dernier sens, il est présent dans quelques expressions:

-Il/Elle me le payera cher/cela lui coûtera cher: se dit pour marquer l'intention de se venger de quelqu'un. Expressions synonymes: il/elle s'en repentira; il/elle ne perd rien pour attendre. Cette dernière expression est ici utilisée ironiquement. Au sens propre, elle signifie que le retard apporté à quelque chose n'est pas un préjudice et qu'il peut même représenter un avantage: tu tardes à trouver un travail, mais tu ne perds rien pour attendre (tu finiras par en trouver un qui vaut vraiment la peine).

-Ne pas donner cher de quelque chose: être sûr que cela est voué à l'échec. Je ne donne pas cher de ses chances de réussite.

-Il/Elle ne vaut pas cher: c'est une personne peu estimable.

-Prendre cher: subir un échec cuisant ou une lourde condamnation, souffrir, en pâtir. Littéralement, "récolter une forte amende". Pour les choses, "être gravement détérioré". Le meurtrier prendra cher pour son acte impardonnable; vu l'état de la route, la voiture va prendre cher.

 

Le mot "chair" vient du latin caro, carnis, "chair, viande", mot qui est aussi à l'origine de l'adjectif "acharné" qui signifiait anciennement "qui s'attaque violemment à quelqu'un, qui a le goût de la chair", et du substantif "carnaval", du latin médiéval carnelevare, proprement "ôter la viande", d'où l'appellation "Mardi gras" (Dictionnaire de l'Académie française).

Nous l'avons vu au début, la "chair", en tant qu'aliment, est la partie comestible de certains animaux (la chair tendre et délicate d'un poisson, d'une volaille) et de certains fruits (la chair fondante et parfumée d'une pêche ou d'une poire). Nous nous souvenons tous de la fameuse "chair fraîche" recherchée par l'ogre des contes de fées de notre enfance.

En tant qu'élément du corps, le mot "chair" renvoie, chez l'homme et les animaux, au tissu organique souple et fibreux qui enveloppe le squelette et qui est recouvert par la peau, ainsi qu'à l'état extérieur du corps humain, à l'aspect de la peau. La chair se retrouve dans plusieurs expressions:

-En chair et en os: en personne. Il/elle était présent(e) en chair et en os.

-De la chair à canon: durant les dernières guerres, les soldats d'infanterie envoyés en premières vagues d'assaut.

-Être bien en chair: être potelé, avoir de l'embonpoint.

-Avoir la chair de poule: aspect de la peau humaine quand, sous l'effet du froid ou de la peur, elle devient granuleuse, semblable à celle d'une volaille plumée. À cause du vent glacial, j'avais la chair de poule.

-Donner la chair de poule à quelqu'un: exciter sa frayeur, son horreur ou son trouble. Votre histoire me donne la chair de poule.

Comme symbole du corps opposé à l'esprit, le mot "chair" désigne les instincts, les besoins du corps, les sens et, plus spécialement, la sexualité: l'appel/les plaisirs de la chair.

 

Attention à ne pas confondre "chair" avec "chaire", du latin classique cathedra, "chaise à dossier", et, au sens figuré, "siège épiscopal". En français, "cathédral" est un adjectif: église cathédrale, église du siège de l'autorité épiscopale. Pour décrire le monument, on utilise le mot "cathédrale", forme substantivée de l'adjectif.

Une chaire peut être le siège d'un pontife dans le chœur d'une église, la tribune élevée du haut de laquelle un prédicateur s'adresse aux fidèle ou encore l'estrade garnie d'une table et d'un siège où le professeur se place pour faire un cours. On parle d'un cours "ex cathedra": depuis la chaire. On peut aussi dire "cours magistral", l'adjectif "magistral" étant issu du latin magistralis, "digne d'un maître", magistralis étant lui-même issu de magister, "maître".

Par extension, une "chaire" qualifie aussi la dignité, l'autorité du souverain pontife (la chaire de saint Pierre, le Saint-Siège), ainsi que le poste le plus élevé du professorat dans l'enseignement supérieur (une chaire de droit, de mathématiques, de philosophie).

 

Enfin, il existe le mot "cheire": en Auvergne, coulée volcanique présentant des inégalités appelées "scories" dans le langage de la géologie.

 

 ***

 

¹Claude Duneton, La puce à l'oreille, anthologie des expressions populaires avec leur origine, Éditions Stock, 1978

 

08:54 Publié dans Culture, Homonymes, Latin | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

06/02/2016

Caddie, caddy

SilverTeaCaddy.jpg

Deux anglicismes homonymes qui tirent leur origine d'un mot français dont le sens a évolué au fil des siècles.

 

Le mot "caddie" désigne un garçon affecté au service d'un joueur de golf et qui est chargé de porter ou de tirer sur un chariot son étui à clubs tout au long de son parcours sur le terrain. Le mot peut aussi s'écrire "caddy". Au pluriel, on écrit des "caddies" ou "caddys".

 

"Caddie" et "caddy" sont des mots d'origine anglaise qui dérivent du français "cadet", mot lui-même emprunté au gascon capdet, "chef, capitaine", correspondant au provençal capdel (Dictionnaire de l'Académie française et Petit Robert):

http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

À l'origine de tous ces mots, le terme latin capitellum, diminutif de caput, "tête": "petite tête", d'où "petit chef".

http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

 

Dans une famille, l'enfant "cadet" est le plus jeune (par opposition à l'"aîné" qui est le plus âgé). On peut aussi employer le terme "benjamin". Jusqu'au XVIIIème siècle, on nommait les enfants cadets "puînés", mot composé de "puis" et "né", mot d'ailleurs orthographié à l'origine "puisné". "Cadet" a aussi le sens de "jeune sportif" dont la catégorie d'âge est comprise entre les "minimes" et les "juniors" (la tranche d'âge varie selon les disciplines sportives, c'est généralement autour de quinze ans).

Anciennement, un "cadet" était un gentilhomme qui servait comme soldat, puis comme officier subalterne, pour apprendre le métier des armes: les cadets de Gascogne. En effet, au XVème siècle, les capitaines qui venaient servir dans les armées françaises étaient les fils cadets de familles nobles originaires de Gascogne (CNRTL). Ce sens du mot se retrouve en anglais où le terme cadet, en plus de signifier "fils ou frère le plus jeune", qualifie un élève d'une école militaire ou d'une école de police qui étudie en vue de devenir officier. En France, on appelle "cadet(te) de la République" un(e) adjoint(e) de sécurité préparant le concours de gardien(ne) de la paix.

"Cadet" figure dans l'expression que nous connaissons tous: c'est le cadet de mes soucis (c'est le dernier de mes soucis, c'est quelque chose qui ne m'intéresse pas). Expression synonyme: ça m'est égal.

 

"Caddie/caddy" est apparu dans la langue française à la fin du XIXème siècle. En anglais, le mot prend le sens de "garçon au service d'un joueur de golf" en 1851, mais dès la première moitié du XVIIIème siècle déjà, en Écosse, caddie désignait un messager ou un garçon de courses à qui l'on confiait toutes sortes de besognes (Douglas Harper Online Etymology Dictionary). Parmi ces besognes, figurait notamment celle de transporter les clubs de golf des gentlemen d'Édimbourg, ce qui explique l'évolution de sens du mot en anglais.

Toujours en anglais, et depuis la moitié du XVIIIème siècle, le mot caddy possède également la signification de "petite boîte où l'on conserve le thé": tea caddy. Ce sens particulier viendrait du malais kati, une unité de poids d'environ 600 grammes qui avait cours à l'époque coloniale dans une bonne partie de l'Asie et qui était notamment utilisée par les compagnies britanniques qui faisaient commerce de thé. Au fil des siècles, le sens s'est déplacé de l'unité de mesure servant à peser les feuilles de thé au récipient dans lequel elles étaient transportées (Douglas Harper Online Etymology Dictionary).

 

En français, le mot "caddie" désigne aussi un petit chariot métallique utilisé en libre-service par les clients d'un magasin, les voyageurs d'une gare ou d'un aéroport, pour transporter les marchandises, les bagages. Il s'agit de l'abréviation de l'anglais caddie cart, littéralement "chariot du caddie". Ce sens, qui nous vient bien sûr du golf, est apparu dans la langue française dans les années 1950. Il s'écrivait alors avec une minuscule. Mais depuis la fin des années 1980, il s'agit d'une marque déposée. Il convient donc de l'écrire "Caddie".

Ceux que les anglicismes rebutent utiliseront les termes "chariot/charrette de supermarché" ou "chariot à provisions". Les Québécois, eux, disent "panier d'épicerie".

 

Un homonyme supplémentaire en guise de conclusion. On ne confondra pas les mots "caddie" et "caddy" avec le "cadi", emprunté de l'arabe al-quadi: magistrat musulman qui remplit des fonctions civiles, judiciaires et religieuses. Dans la même famille, le mot "alcade", de l'espagnol alcade, mot lui-même issu de l'arabe al-qadi: anciennement "magistrat municipal ayant des fonctions de police" en Espagne et en Amérique latine, mot signifiant aujourd'hui "maire" dans ces deux pays.

10:35 Publié dans Anglais, Arabe, Culture, Espagnol, Homonymes, Latin, Provençal, Québec | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

23/12/2015

Boule

boules de Noël.jpg

 

Après les guirlandes d'il y a deux ans, les sapins et les cadeaux de l'année dernière, analyse d'un autre mot de circonstance en cette période de fin d'année.

 

Le mot "boule" vient du latin bulla qui possède plusieurs sens: bulle d'eau; tête de clou pour l'ornement des portes; bouton de baudrier; clou qui sert à marquer les jours heureux ou malheureux; bouton ou bille mobile dans une horloge à eau; bulle [petite boule d'or que les jeunes nobles portaient au cou jusqu'à l'âge de dix-sept ans] (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934).

 

"Boule" qualifie un objet façonné en forme de sphère. En cette période des fêtes, les boules de Noël que l'on accroche au sapin tiennent bien sûr la vedette. Une autre boule de saison: la boule de neige, faite de neige tassée, que les enfants aiment se jeter à la figure lors d'une "bataille de boules de neige". La boule de neige figure dans la locution "faire boule de neige": littéralement "augmenter de volume en roulant" et, au sens figuré, "grossir, prendre de l'importance": ses propos maladroits ont fait boule de neige. On ne confondra pas la "boule de neige" avec la "boule à neige": boule en verre ou en plastique transparent contenant un motif décoratif, de l'eau et des paillettes, et qui se met à neiger lorsqu'on la manipule.

 

Il existe toutes sortes d'autres boules, en voici quelques-unes:

-Boule à thé: petite sphère métallique dans laquelle on place des feuilles de thé que l'on laisse ensuite infuser dans de l'eau chaude.

-Boule de glace, que l'on dépose sur un "cornet" en biscuit, appelé aussi "tulipe" en raison de sa forme allongée.

-Boule puante: accessoire de farces et attrapes qui libère une odeur nauséabonde d'œuf pourri.

-Boules Quies (marque déposée): petites boules de cire que l'on met dans les oreilles pour s'isoler du bruit. En latin, quies est un adjectif signifiant "calme, paisible", qui a donné quietus, "qui est en repos, qui est dans le calme, qui n'est pas troublé" (Gaffiot). En français on a le mot "quiétude" et en anglais l'adjectif quiet, "tranquille, silencieux", ainsi que le substantif quietness, "tranquillité, calme". 

-Boule à facettes: boule rotative recouverte de petits miroirs qui réfléchissent la lumière. Cette ambiance lumineuse festive était très en vogue durant la période disco, à la fin des années 1970.

-En Belgique, on désigne par le terme "boule de laine" une pelote de laine.

-Toujours en Belgique, une "boule" (ou "bouboune") est aussi un bonbon, une friandise sucrée: une "boule sure", un bonbon acidulé¹; une "boule de gomme", bonbon à la gomme aux arômes de fruits. La boule de gomme a donné l'expression "mystère et boule de gomme", qui qualifie quelque chose de très mystérieux. À l'origine de cette expression, l'allusion à une autre sorte de boule: la "boule de cristal" utilisée par certaines voyantes pour lire l'avenir. Si l'on remplace la transparence du verre par la matière opaque de la gomme, la voyante ne pourra plus rien voir et le mystère restera donc impénétrable.

-En Suisse romande, la "boule de Berlin", Berliner Pfannkuchen en allemand, est un gros beignet fourré, généralement à la confiture de framboise. Cette pâtisserie aurait été créée à Vienne à la fin du XVIIème siècle à l'occasion du carnaval, avant de conquérir l'Allemagne.

-Enfin, dans le sens de "corps plein sphérique de métal, de bois ou d'ivoire que l'on fait rouler dans certains jeux", il y a la boule de billard, de pétanque, de bowling et de flipper.

 

La boule se retrouve aussi dans plusieurs expressions:

-Avoir une boule dans la gorge: avoir la sensation d'étouffer à cause d'un sentiment d'angoisse.

-Avoir les yeux en boules de loto: avoir les yeux exorbités.

-Être, se mettre en boule: être, se mettre en colère. Cette expression fait référence au chat qui gonfle ses poils et fait le dos rond en signe de menace lorsqu'il a peur.

-Avoir les nerfs en boule: être très énervé, furieux. On dit aussi: avoir les nerfs en pelote (par allusion à la pelote de laine).

-Avoir les boules (registre familier): en avoir assez, être énervé. Ici, les boules sont à comprendre dans le sens de "testicules". Expression synonyme, elle aussi dans le registre familier: avoir les glandes.

-Toujours dans le registre familier, on emploie le mot "boule" pour désigner la tête. Cela a donné lieu à quelques expressions: perdre la boule (déraisonner, devenir fou); avoir la boule à zéro (avoir le crâne rasé); coup de boule (coup donné de la tête).

En argot, "boule" est masculin: "C'est bien ici du boule et non de la boule qu'il s'agit. Le mot désigne, dans ce cas, les fesses. Origine: le langage des prisons."²

 

***

 

Une petite boule est une "boulette": de viande, de riz, de poisson ou de légumes. Et en français familier, "boulette" qualifie une gaffe, une maladresse. Faire une boulette: commettre une bévue.

La boule se rencontre aussi en verbe: "bouler", dans le langage familier, signifie "rouler par terre en se mettant en boule: il/elle a boulé jusqu'au bas de l'escalier. Et l'expression "envoyer bouler quelqu'un" a le sens de "renvoyer, éconduire une personne avec une grande brusquerie". En langage d'acteur de théâtre, "bouler" prend le sens de "parler beaucoup trop vite, avec les funestes conséquences que cela peut avoir"³: autrement dit, "bafouiller, trébucher sur ses mots".

"Bouler" a donné "boulotter", "manger" dans le langage familier, l'équivalent de "bouffer". Au XIXème siècle, au sens figuré, "boulotter" signifiait "dépenser": boulotter de l'argent. Au XIXème siècle également, "boulotter" avait aussi le sens de "se laisser vivre, vivoter, aller son train" (CNRTL et Petit Robert). Dans la même famille, le substantif "boulot", "travail", toujours dans le langage familier: aller au boulot, chercher du boulot. Synonymes: emploi, job. Précisons que l'hypothèse d'une dérivation sémantique de "bouleau", "bois difficile à travailler et qui donne beaucoup de travail aux menuisiers", d'où "travail pénible", semble peu probable (CNRTL). Enfin, citons l'adjectif "boulot, boulotte": gros et court. Adjectif synonyme: trapu. Cet adjectif est principalement utilisé au féminin pour parler d'une femme petite et rondelette: elle est boulotte. En boulangerie, un "pain boulot" est un pain court et cylindrique.

 

***

 

¹Philippe Genion, Comment parler le belge et le comprendre (ce qui est moins simple), Éditions Points, avril 2010.

²&³Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, le français argotique et familier au XXIème siècle, Éditions Denoël, 2007.

09:48 Publié dans Anglais, Argot, Belgique, Culture, Homonymes, Latin, Noël, Suisse romande, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |