09/07/2015

Gré

 

p189l73doa108bp41ktk16cs8ad5.jpg

Explication du mot "gré" au fil de quelques expressions, avec en bonus une illustration qui sent bon les vacances d'été.

 

Le mot "gré" vient du latin gratum, neutre substantivé de l'adjectif gratus, "agréable, bienvenu, qui reçoit bon accueil", et signifie "ce qui plaît, ce qui convient". Autrefois, "gré" qualifiait une gratitude, une reconnaissance:

Peut-être qu'il eut peur

De perdre, outre son dû, le gré de sa louange.

(Jean de La Fontaine, "Simonide préservé par les Dieux").

Cet emploi du mot est tombé en désuétude. Aujourd'hui, la reconnaissance s'exprime dans l'expression "savoir gré à quelqu'un": je vous saurais gré de me répondre rapidement (je vous en serais obligé). Cette formule appartient au registre soutenu et on l'utilise principalement à l'écrit. Dans le langage courant, on dira plutôt: je vous serais reconnaissant de me répondre rapidement.

Autrefois, il existait aussi l'expression "savoir mauvais gré à quelqu'un": être mécontent de ce qu'une personne a dit ou fait. Cette expression ne s'utilise plus non plus de nos jours, mais il nous reste le verbe "maugréer": témoigner son mécontentement, sa mauvaise humeur, en protestant à mi-voix, entre ses dents; c'est un vieux grincheux qui n'arrête pas de maugréer. Verbes synonymes: pester, ronchonner, râler, rouspéter (les deux derniers verbes appartiennent au registre familier).

 

Le mot "gré" a la particularité de ne se rencontrer que dans des expressions. Nous avons vu "savoir gré à quelqu'un", voici les autres expressions courantes:

- Au gré de: selon le goût, la volonté de. Au gré de chacun; trouver quelque chose ou quelqu'un à son gré; nous pouvons nous voir demain dans l'après-midi ou en début de soirée, à votre gré (à votre convenance, à votre guise, comme vous voulez). Au sens figuré, "au gré de" signifie "en suivant quelque chose qui par nature est variable, incertain, en suivant les caprices de quelque chose": le bateau avance au gré du vent; flotter au gré des courants; au gré de son ambition, de ses désirs, de sa fantaisie.

- De son plein gré: volontairement, en parfaite connaissance de cause. Je suis venu ici de mon plein gré. "De bon gré" signifie "sans rechigner, volontiers": obéir de bon gré à un ordre.

- De gré ou de force: que cela plaise ou non. Je lui ferai avouer son mensonge de gré ou de force.

- Contre le gré de quelqu'un: contre la volonté ou le désir de quelqu'un. Il/Elle a été hospitalisé(e) contre son gré. Expression synonyme: à son corps défendant. Autrefois on disait "en son corps défendant", et cette expression se comprenait littéralement: en défendant son corps dans le but de résister à une attaque. Tuer quelqu'un en son corps défendant, c'est-à-dire par légitime défense. Aujourd'hui, l'expression signifie "à regret, à contre-coeur". Cela vient du fait que si quelqu'un doit se défendre et faire du mal à quelqu'un d'autre, ce n'est pas par choix personnel mais uniquement pour sauver sa vie, comme le précise le Dictionnaire de l'Académie française de 1778: "On dit figurément, qu'Un homme a fait quelque chose en son corps défendant, pour dire, qu'il la fait contre son gré, pour éviter un plus grand mal." Le dictionnaire ajoute: "Et encore plus communément, À son corps défendant."

- De gré à gré: à l'amiable, d'un commun accord, par un arrangement qui satisfait toutes les parties en présence. Un partage, une transaction fait(e) de gré à gré. Cette expression appartient au langage juridique.

- Bon gré mal gré: en se résignant, contraint par les circonstances. Se mettre au travail, continuer ses études bon gré mal gré. Expression synonyme tirée du latin, "nolens volens", "qu'on le veuille ou non", littéralement "le voulant, ne le voulant pas".

 

De nombreux mots appartiennent à la même famille que le mot "gré". En voici quelques-uns (la liste est loin d'être exhaustive):

- Agréer. Le verbe "agréer" signifie "trouver à son gré, accepter", le ministre agrée votre demande, sa proposition a été agréée, et "convenir, plaire", cela ne m'agrée pas de venir. Mais ces emplois sont littéraires et ne s'utilisent guère dans le langage courant. On utilise généralement le verbe "agréer" comme formule de politesse à la fin d'une lettre: veuillez agréer mes salutations distinguées (littéralement, "veuillez accueillir favorablement mes salutations distinguées"). En anglais, on trouve les verbes to agree, "accepter", et to disagree, "ne pas être d'accord".

- Agrément. Au XVème siècle, le mot s'écrivait agreement. Il existe toujours sous cette forme en anglais. Ce mot a plusieurs sens. 1. Action d'agréer, approbation, consentement: il ne peut disposer de la maison qu'avec mon agrément. Plus spécialement, un agrément désigne l'accord par lequel une autorité officielle autorise ou favorise un projet: il faut attendre l'agrément de l'administration pour commencer à entreprendre les travaux; le Parlement suisse n'a pas donné son agrément. 2. Qualité par laquelle quelque chose plaît ou procure du plaisir: cette maison est bien située, elle a beaucoup d'agrément; trouver de l'agrément dans la conversation d'un(e) ami(e). 3. En musique, on qualifie d'"agréments" des sons ajoutés à un chant sous la forme de trilles ou de roulades pour le rendre plus agréable. 4. Ornement que l'on met aux vêtements, aux bibelots ou aux meubles (toujours au pluriel): cette robe aurait besoin de quelques agréments. Synonyme: accessoire. 5. La locution "d'agrément" signifie que l'on fait quelque chose par plaisir, et non dans un souci d'utilité ou de profit: voyage d'agrément (par opposition à un voyage d'affaires).

- L'adjectif "agréable", "qui plaît, qui procure un sentiment de bonheur ou de bien-être", dérivé du verbe "agréer" avec le suffixe "-able". En anglais, il existe l'adjectif agreeable qui possède deux sens: "plaisant" et "disposé à accepter quelque chose, à consentir à quelque chose".

- Enfin, la préposition "malgré": en agissant contre la volonté de quelqu'un ou de quelque chose: malgré ses recommandations, je suis passé par un autre chemin. "Malgré" peut aussi avoir le sens de "en ne se laissant pas arrêter par un obstacle": sortir malgré la pluie, malgré le froid. "Malgré" se décline en locution conjonctive suivie du subjonctif pour exprimer une concession: malgré que je me sois couché très tard la nuit dernière, je ne me sens pas fatigué ce matin. Cette locution est très employée dans le langage courant, mais elle est critiquée par les puristes qui préfèrent la remplacer par "bien que", "encore que" ou "quoique".

 

11:14 Publié dans Anglais, Culture, Jean de La Fontaine, Latin | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

30/03/2015

Paon

paon_bleu_dage_0g.jpgÀ l'approche de Pâques, oublions pour une fois les poules, les canards et les lapins pour nous concentrer sur un oiseau à l'apparence majestueuse.

Le paon bleu est originaire d'Asie. Le mâle arbore un magnifique plumage bleu mêlé de vert, une aigrette en couronne et une longue queue dont les plumes portent des taches en forme d'yeux: on parle de plumes "ocellées", le terme "ocelle", dérivé du latin ocellus, "petit œil", diminutif de oculus, se rapportant à une tache arrondie dont le centre est d'une autre couleur que la circonférence, présente sur la peau, les ailes ou les plumes de certains animaux. Le paon a la particularité de pouvoir redresser les plumes de sa queue pour les déployer en éventail lorsqu'il accomplit une parade nuptiale: on dit alors que le paon "fait la roue". La femelle du paon est la paonne (le mot se prononce "panne") , dont le plumage, en comparaison de celui du mâle, est tout à fait terne. Le petit du paon est le paonneau (le mot se prononce "panneau"). Le cri aigu du paon n'est pas aussi beau que sa chatoyante livrée: on dit que le paon braille ou criaille. Il existe aussi des paons blancs, plus rares, au plumage immaculé, autant chez le mâle que chez la femelle (pour tout savoir sur le paon: http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/paon/184039).


Le paon est présent dans quelques expressions:

-Pousser des cris de paon: pousser des cris très aigus; au sens figuré, protester bruyamment.

-Être vaniteux/orgueilleux comme un paon (en référence au fait que le paon fait le beau lorsqu'il fait la roue). Toutefois, l'écrivain Michel Tournier nous offre un point de vue radicalement différent dans "Les Météores" (1975): "Parce qu'il « fait la roue », le paon a une réputation de vanité. C'est doublement faux. Le paon ne fait pas la roue. Il n'est pas vaniteux, il est exhibitionniste. Car en fait de roue, le paon se déculotte et montre son cul."

-Faire le paon: prendre des airs avantageux, se pavaner. On qualifie aussi de "paon" un homme prétentieux.

-Se parer des plumes du paon: s'attribuer des mérites que l'on ne possède pas. Cette expression tire son origine d'une fable de Jean de La Fontaine, lui-même inspiré par le fabuliste latin Phèdre, "Le geai paré des plumes du paon" (livre IV, fable 9).

-Bleu paon: couleur bleu-vert qui rappelle bien sûr le plumage du paon.

-Faire la queue de paon: dans le langage des dégustateurs de vin, se dit d'un vin dont l'ampleur en bouche est exceptionnelle.

-Vœu de paon. Au Moyen Âge, vœu solennel prononcé lors d'un banquet au cours duquel était servi un paon rôti: "Au moyen âge, le paon était le noble oiseau. À table, avant de le découper, il arrivait que le chevalier fît un vœu d'audace et d'amour qu'il devait ensuite accomplir".¹ En effet, du Moyen Âge au XVIIème siècle, le paon était considéré comme un mets de choix, toutefois... "À vrai dire, le paon appartient moins à la gastronomie qu'à l'histoire. De chair pauvre et sèche, sa vogue sur les tables du Moyen Âge ne s'explique que par sa réputation de « noble oiseau » considéré comme la nourriture « des preux ». On le servait d'ailleurs solennellement, « en bellevue » — comme le héron, autre chair bien médiocre — rôti, mais entièrement reconstitué, pattes et ongles dorés et des flammes, parfois, jaillissant du bec. Le plus éminent personnage de l'assistance découpait et servait l'oiseau, non sans avoir fréquemment prononcé, la main sur le plat, un « vœu d'audace » ou un « vœu d'amour », devant « Dieu, la Très-Sainte-Vierge, les Dames et le Paon ». Les jeunes paons, ou paonneaux, passent pour avoir une chair moins ingrate que les sujets adultes: cela ne va pas encore très loin. Pourtant, le paon a compté des tenants jusque dans la période contemporaine: Pierre Loti, qui n'en était pas à une singularité près, se faisait servir des paons à l'Hortensius et des hérons farcis."²


Dans la mythologie grecque, Héra, fille de Cronos et de Rhéa, reine du ciel et de l'Olympe, prend les cent yeux de son fidèle gardien Argos après sa mort pour les placer sur le plumage d'un paon. D'où, selon la légende, l'origine des plumes ocellées de l'oiseau. Rubens a peint cette scène en 1610 dans "Héra pare les plumes du paon des yeux d'Argos".

 

rubens-héra-pare-les-plumes-du-paon-des-yeux-d-argos.jpg


Le paon est l'oiseau national de l'Inde où il bénéficie d'un statut particulier. Dans le Gujarat et au Rajasthan, les paons sont considérés comme des animaux sacrés. En effet, le paon est extrêmement présent dans la mythologie hindoue. Krishna porte des plumes de paon sur sa couronne. Skanda, fils de Shiva et dieu de la guerre, a fait du paon son "vahana", le "vahana" étant l'animal servant de véhicule à une divinité. Et Sarasvati, la déesse de la connaissance et des arts, est souvent représentée en compagnie d'un paon. Le paon a reçu ses magnifiques plumes du dieu Indra, le roi de tous les dieux. Un jour qu'Indra était pourchassé par le terrible Ravana, le roi des démons qui possède dix têtes et vingt bras, un paon au plumage brun et terne croisa son chemin et lui demanda pourquoi il courait si vite. Indra lui expliqua la raison, et le paon déploya sa large queue pour qu'Indra puisse se cacher derrière. Ravana s'éloigna sans remarquer le subterfuge et, pour remercier le paon de l'avoir protégé, Indra lui offrit ses splendides couleurs.

Et selon une croyance populaire indienne, l'appel du paon indique que la mousson ne va pas tarder à arriver.

L'art aussi fait la part belle au paon. Dans le palais Chandra Mahal de Jaipur, la capitale du Rajasthan, se trouve la Porte des Paons qui dépeint l'automne avec des motifs en zigzags et de superbes paons qui apparaissent sur cinq bas-reliefs en faisant la roue. Cette porte est surmontée d'un balcon décoré avec les mêmes motifs.


porte-du-paon_380071.jpg

 

Le paon est également un papillon dont les ailes ocellées rappellent les motifs de la queue du paon: paon-de-jour, paon-de nuit.


***


On ne confondra pas "paon" avec son homonyme "pan", "grand morceau d'étoffe, partie flottante ou tombante d'un vêtement", que nous avons déjà abordé dans un billet précédent: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

Le mot "pan" aussi possède son homonyme: Pan, dieu des bergers, des pâturages et des bois dans la mythologie grecque, pourvu de cornes et de pieds de bouc. La flûte de Pan, instrument de musique composé d'un ensemble de tuyaux droits de longueur croissante et reliés ensemble, tire naturellement son nom du dieu Pan. Amoureux de la nymphe Syrinx, Pan la poursuivit de ses ardeurs, mais au moment où il allait l'attraper elle se transforma en roseau sur les rives du fleuve Ladon. Le vent se mit alors à faire bruisser les roseaux et Pan, séduit par ce son qui ressemblait à une plainte, coupa quelques roseaux, les attacha ensemble et créa un instrument de musique auquel il donna le nom de syrinx en souvenir de son amour déçu.


***


¹Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, volume 1 - La Poésie du Moyen Âge, Éditions Albin Michel, 1975.

²Dictonnaire de l'académie des gastronomes, Éditions Prisma, Paris, 1962. 


26/07/2014

Tomberez-vous dans le panneau ?

1195938_2817123_800x400.jpg

 

 

On dit qu'on tombe dans le panneau lorsque quelqu'un cherche à nous faire croire quelque chose de faux et qu'on lui fait naïvement confiance. On pourrait penser que l'image véhiculée par cette expression consiste à se cogner contre un panneau publicitaire, un panneau de signalisation routière, un panneau solaire ou encore un panneau de porte. Mais cette expression nous vient du XVIIème siècle, date à laquelle la plupart des panneaux qui viennent d'être cités n'existaient pas encore.... Alors, de quel panneau s'agit-il donc ?


Le mot dérive du provençal panel qui possède plusieurs significations: "drapeau d'enfant; petit pain; espèce de selle sans arçons; piège, filet; claie à sécher les châtaignes"¹. Nous avons l'embarras du choix. Mais lorsqu'on sait que le panel qui nous intéresse vient lui-même du latin pannellus, de pannus, "pan", cela nous éclaire davantage. "Pan" dans le sens de "grand morceau d'étoffe, partie flottante ou tombante d'un vêtement". "Tomber dans le panneau" signifie littéralement "tomber dans le piège", autrement dit dans le filet. En effet, autrefois, le panneau était un terme de chasse qui faisait référence à un morceau d'étoffe ou à un filet utilisé pour prendre le gibier: la chasse au panneau.

Aux XIVème et XVème siècles, le mot s'écrivait pannel: "Ma bourse et mon pannel tendrai tant que quelque proie prendrai", écrivait l'auteur de ballades Eustache Deschamps (CNRTL). À noter que le terme est utilisé ici au sens figuré, la proie convoitée par le poète n'étant pas du genre à vivre dans les bois.

Et voici une définition complète de ce panneau prisé par les chasseurs, avec au passage l'explication d'un autre terme de chasse:


Le panneau n'est qu'une petite pantière, dans laquelle bondissent les lièvres ou les lapins pour s'y prendre. Il en existe de merveilleusement pratiques, en fil de soie, contenues dans un sac dorsal et accompagnées des piquets et des ficelles nécessaires à les installer sur le sol.

La pantière est un filet très long qui barre tout un espace - en général repéré et où passeront les oiseaux - vertical d'abord et qu'on fait, à l'aide d'une commande de ficelle placée loin, s'abattre sur le gibier.²


Les pantières sont encore utilisées de nos jours en France,  majoritairement au Pays basque, pour la chasse à la palombe.


Revenons à l'expression "tomber dans le panneau" avec la fable "L'ours et les deux compagnons" de Jean de la Fontaine, dans laquelle il emploie la variante suivante:

Seigneur Ours, comme un sot, donna dans ce panneau.

La Fontaine reprend ici la formule provençale dounar dins lou panel.


Et dans "L'oracle et l'impie", il écrit:

Apollon reconnut ce qu'il avait en tête:

Mort ou vif, lui dit-il, montre-nous ton moineau

Et ne me tends plus de panneau;

Tu te trouverais mal d'un pareil stratagème.

Je vois de loin, j'atteins de même.


***


¹Dictionnaire provençal français ou dictionnaire de la langue d'oc, par S.-J.Honnorat, Digne, Imprimerie de Repos, 1847.

²Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.



17:32 Publié dans Culture, Jean de La Fontaine, Jeux de mots, Latin, Provençal | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |