28/05/2015

Lustre(s)

 

chapel-bridge-lucerne.jpg



Tous les sens actuels du mot "lustre" dérivent du latin lustrare, "purifier", soit "par un sacrifice expiatoire", soit "au moyen des torches, de la flamme", d'où, par extension, "parcourir de sa lumière quelque chose, répandre sa lumière sur quelque chose" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934).


Le premier sens du mot se rapporte à l'éclat naturel ou artificiel d'un objet brillant ou poli: lustre de l'argenterie que l'on vient de frotter ou du parquet que l'on a récemment ciré. "Donner du lustre à quelque chose", c'est "faire briller quelque chose". On peut aussi simplement utiliser le verbe "lustrer": lustrer des bottes, des ustensiles. Et l'adjectif "lustré" signifie bien sûr "brillant, luisant, poli".


Au sens figuré, le lustre est l'éclat que confère la beauté, le mérite ou toute autre qualité particulière qui met quelque chose ou quelqu'un en valeur. Autrefois, il existait l'expression "dans (tout) son lustre": elle parut au bal dans tout son lustre. Et "servir de lustre" se disait "de ce qui, par le contraste de son imperfection, rehausse ou fait valoir l'agrément, le mérite d'une personne ou d'une chose: la laideur de cette femme sert de lustre à celles qui l'entourent."¹


Enfin, depuis la deuxième moitié du XVIIème siècle, un "lustre" qualifie "l'appareil d'éclairage suspendu au plafond et formé de plusieurs branches portant autrefois des chandelles, aujourd'hui des lampes électriques": lustre de cristal. L'expression "à en décrocher le(s) lustre(s)" décrit un son particulièrement fort ou un mouvement très important: "Elle chante ce soir à décrocher le lustre !" (Gaston Leroux, Le Fantôme de l'Opéra, 1910). En anglais, "lustre" se dit chandelier, du latin candela, en référence aux chandelles qui ornaient autrefois cet appareil d'éclairage. Il s'agit d'un faux ami car en français, le mot "chandelier" est l'objet qui sert de support à des bougies, objet que l'on peut transporter de pièce en pièce, contrairement au lustre qui, lui, et cela vaut mieux pour notre sécurité, est solidement fixé au plafond. Pour tout savoir sur la chandelle: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/cha....


Il existe un sens où le mot "lustre" est employé exclusivement au pluriel. Ce sens, par l'intermédiaire du verbe lustrare que nous avons vu au début, vient du latin lustrum, "sacrifice expiatoire, fait par les censeurs tous les cinq ans à la clôture du cens pour purifier le peuple romain" (Gaffiot), le terme "cens" se rapportant au recensement des citoyens romains durant l'Antiquité. En effet, au sens premier, "lustres" signifie "cinq années":  dans ses "Confessions" de 1782, Jean-Jacques Rousseau recourt à la formule "mes douze lustres" pour parler de ses soixante ans. Aujourd'hui, on utilise le mot pour parler d'une période longue et indéterminée: je ne l'ai pas vu(e) depuis des lustres. On peut aussi dire: depuis des siècles, depuis une éternité.


Le mot "lustre" appartient à la famille étymologique du verbe "luire", issu du latin lucere, "luire, briller". Dans cette même et vaste famille, citons le verbe "illustrer", "éclairer" à l'origine; l'adjectif "illustre" ("éclairé, bien en lumière", d'où "en vue"); la "luciole", insecte qui produit des signaux lumineux la nuit pour signaler sa présence à des partenaires sexuels, attirer des proies ou éclairer un site de vol; et la "luzerne", plante dont les graines sont brillantes. Sans oublier des prénoms comme Luce, Lucie, Lucien ou encore Lucifer (au sens propre "celui qui apporte la lumière, la clarté"). "Luzerne" a été emprunté par l'anglais (lucerne) et l'allemand (Luzerne). "Lustre" au sens d'"éclat" aussi a été emprunté par l'anglais (lustre en anglais britannique et luster en américain). En Suisse, la ville de Lucerne (Luzern en allemand) tirerait son origine de la même source, plus spécifiquement du latin lucerna ("lampe"), car un fanal ou une lanterne aurait été placé à l'endroit où, depuis, a été construite la ville, de manière à guider les bateliers dans leurs courses nocturnes sur le lac.²


***


¹Dictionnaire de l'Académie française, 1835.

²Alexandre Martin, La Suisse pittoresque et ses environs, Hippolyte Souverain, Paris,1835.


07:16 Publié dans Allemand, Anglais, Jean-Jacques Rousseau, Latin, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

20/04/2015

Êtes-vous à la page ?

 

Book-pages1533.jpg


Le mot "page" vient du latin pagina, "partie interne du papyrus découpée en feuillets, avec une seule colonne d'écriture par feuillet; page" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934). Une page est en effet chacun des deux côtés d'une feuille de papier où l'on peut écrire ou dessiner. Dans "Gargantua" de François Rabelais (1534), on rencontre le mot "pagine": "Quelque pagine de la diuine Escripture".


Certaines pages ont des noms spécifiques. Le premier côté d'une feuille de papier est appelé "recto" ou "belle page" car ce côté est l'endroit de la feuille. L'autre côté est appelé "verso" ou "fausse page" car il est situé au revers de la feuille de papier. Lorsqu'on écrit ou que l'on imprime un texte sur les deux faces d'une page, on écrit/imprime "recto-verso". Dans un livre, la "belle page" est la page de droite, c'est la page côté recto, celle qui est le mieux perçue par le lecteur et qui porte un numéro impair. C'est sur cette page que se trouvent le titre et, le plus souvent, le début d'un nouveau chapitre. La "fausse page", au verso de la "belle page", est la page de gauche d'un livre, celle qui porte un numéro pair. La "page de garde" d'un livre est la feuille blanche placée entre la couverture et la page de titre. La première page d'un journal, celle qui contient les grands titres, se nomme "une": qu'y a-t-il à la une du journal ce matin ?

Quelques expressions tournent autour de la page:

-Être à la page: être au courant de l'actualité ou des dernières tendances de la mode. Cette expression pourrait faire référence à un almanach ouvert à la bonne page, c'est-à-dire la page du jour. Expressions synonymes: être dans le coup, être dans le vent, être de son époque.

-Mettre quelqu'un à la page: "Cette expression argotique ne signifie pas « mettre quelqu'un à la mode », comme on pourrait le croire, mais plutôt le mettre au pas, le ramener à la raison, éventuellement le remettre à sa place. L'expression s'entend majoritairement chez les jeunes."¹

-Tourner la page: ne plus se préoccuper d'une situation difficile, passer à autre chose. Après une rupture amoureuse, il faut savoir tourner la page pour aller de l'avant.

-Syndrome de la page blanche: chez les écrivains, crainte de ne pas trouver l'inspiration au moment de commencer ou de continuer une œuvre. On peut aussi dire: angoisse/peur de la page blanche. Le terme savant de cette peur est "leucosélophobie" (substantif féminin).


Par métonymie, le mot "page" fait aussi référence à ce qui est inscrit ou imprimé sur une page: lire une page, finir sa page. Par extension, on parle d'une "page de publicité" qui passe à la télévision. Sur Internet également, il y a des pages. On qualifie de "page-écran" l'ensemble des informations qui apparaissent sur toute la surface de l'écran d'un terminal. Une "page Web" est une page-écran qui fait partie d'un site Web et qui contient des liens vers d'autres pages. La "page d'accueil" est la première page d'un site Web qui s'affiche lors d'une connexion, qui fournit une présentation générale du site et qui donne accès à l'ensemble des rubriques qu'il contient; anglicisme synonyme: home page. La page Web d'un réseau social sur laquelle quelqu'un publie des informations est appelée "mur": j'ai posté un statut sur mon mur Facebook. La "mise en page(s)" est l'opération par laquelle on dispose graphiquement tout ce qui doit rentrer dans un texte (blancs, titres, légendes, illustrations, etc.), autant dans un journal en version papier que sur une page Web. Pour un journal en version papier, ce travail précède l'impression et aboutit à la création d'une "maquette".


Au sens figuré, la page caractérise une partie de la vie d'un individu ou une période de l'histoire d'un groupe de personnes ou d'une nation: une des pages les plus heureuses du XXème siècle; la plus belle page de ma vie. Dans le même sens et le même registre, on peut utiliser le mot "chapitre": un chapitre glorieux ou peu glorieux de l'histoire d'un pays.


Revenons au livre avec le "marque-page" ou "signet": morceau de papier ou de tissu que l'on place entre deux pages d'un ouvrage en le laissant dépasser, de manière à pouvoir reprendre ultérieurement sa lecture là où on l'avait interrompue ou pour pouvoir retrouver facilement un passage en particulier. La "pagination" est la manière de numéroter les pages: la pagination de ce livre commence après le titre; la pagination de la préface est en chiffres romains.


On ne confondra pas la page avec le page, anciennement un jeune noble placé au service d'un seigneur pour apprendre le métier des armes. On rencontrait autrefois la locution "être hardi/effronté comme un page". On ne confondra pas non plus le page avec le pageot, "lit" en argot. Variante orthographique: pajot. Et en forme abrégée: page (substantif masculin). Le mot "pageot" pourrait tirer son origine de "paillot": petite paillasse (ce terme est aujourd'hui vieilli). Et il existe les verbes "se pager" et "se pageoter/pajoter": se mettre au lit, se coucher. D'autres mots que "pageot" désignent le lit en argot: paddock, pieu, plumard et pucier.


¹Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007.


08:00 Publié dans Anglais, Argot, Culture, François Rabelais, Homonymes, Internet, Latin | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

18/02/2015

Chou

 

feuille-de-chou.jpg

 

En légume ou en pâtisserie, un mot qui a beaucoup à nous raconter.


Le mot "chou" vient du latin caulis, "tige des plantes, chou". "Chou" fait partie des mots se terminant par "ou" dont le pluriel est caractérisé par un "x" et non pas par un "s". Dans cette liste de mots on trouve aussi, par ordre alphabétique tel qu'on l'apprend à l'école, les mots "bijou", "caillou", "genou", "hibou", "joujou" et "pou". Ajoutons le mot "ripou", verlan de "pourri", démocratisé par le film "Les Ripoux" de Claude Zidi sorti en 1984 et figurant depuis dans les dictionnaires.


En tant que légume, le chou comprend plusieurs variétés qui se déclinent sous différents noms, en voici quelques-uns parmi les plus courants: chou blanc, chou vert, chou rouge que l'on consomme cuit ou cru, râpé en salade ou macéré dans du vinaigre, chou-fleur, chou-navet, chou-rave, chou de Bruxelles qui est le bourgeon comestible de la plante, chou frisé, chou cabus ou chou pommé dont le feuillage est lisse.

Un grand nombre d'expressions et de locutions se rapportent au chou:

-Avoir les oreilles en feuilles de chou: avoir les oreilles larges et très décollées. C'est à cette particularité physique que Serge Gainsbourg se réfère sans la nommer directement, dans son album "L'homme à tête de chou" sorti en 1976.

-Faire ses choux gras de quelque chose: faire ses délices ou tirer profit de quelque chose. Autrefois les légumes, et notamment les choux que l'on préparait sous forme de soupe, immortalisée par le roman de René Fallet "La soupe aux choux", roman repris au cinéma sous le même nom, étaient le plat des pauvres qui n'avaient pas les moyens de s'offrir de la viande. Si les choux sont gras, c'est qu'on les a cuisinés avec de la graisse, un bon morceau de lard par exemple, d'où le sens d'"améliorer son ordinaire" ou de "se régaler" véhiculé par l'expression.

-Être dans les choux: être dans une mauvaise posture, dans l'embarras, dans une situation pénible, notamment une situation d'échec. En effet, il faut voir dans cette expression une "paronomase pour « échouer ». Le chou, le légume, compte moins ici que le mot « chou », qui coïncide phonétiquement avec « échouer »."¹ Une paronomase est une figure de style consistant à employer dans une même phrase des mots dont les sons sont à peu près semblables, mais le sens différent, de manière à capter l'attention du lecteur. Et on qualifie de "paronymes" deux mots qui diffèrent par le sens, mais dont la graphie ou la sonorité sont très proches, de sorte qu'ils sont susceptibles d'être confondus lorsqu'on les lit ou qu'on les entend: accès/excès; dépasser/dépenser; tronquer/truquer, etc. Dans notre expression: les choux/échouer. Une paronomase est donc constituée de deux paronymes: tout accès de fureur est le signe d'un excès; se dépenser pour mieux se dépasser; tronquer une partie d'un texte, c'est truquer sa signification.

-Faire chou blanc: échouer, rater son coup. "Il semble bien que cette vieille locution n'ait rien à voir avec la plante nommée chou, mais qu'elle soit empruntée au jeu de quilles, où l'on disait d'un joueur qui n'avait rien abattu qu'il avait fait « coup blanc », coup se prononçant « choup » en dialecte berrichon."² Cette expression dériverait de la précédente "être dans les choux".

-Ménager la chèvre et le chou: user d'adresse et de diplomatie pour se conduire entre deux partis ou deux adversaires de manière à ne blesser ni l'un ni l'autre. "Dans cette curieuse locution, il faut comprendre le verbe ménager, non pas dans le sens actuel d'épargner, mais dans celui qu'il avait autrefois de « conduire, diriger » — que l'anglais a conservé sous la forme quasi internationale de manager et management. Une « bonne ménagère » est étymologiquement celle qui dirige bien les affaires de sa maison. C'est donc « conduire la chèvre et le chou » qu'il faut entendre à l'origine de l'expression, ces deux antagonistes ancestraux, prototypes du dévoreur et du dévoré, du faible et du fort, du couple dominant-dominé qui a toujours besoin d'un arbitre, d'un gardien, d'un législateur. Il faut être habile pour faire cohabiter ces deux ennemis, ou les emmener en voyage. Une histoire fort ancienne illustre la difficulté de leur « conduite »: c'est le fameux problème du passage d'un loup, d'une chèvre et d'un chou. Un homme doit faire traverser une rivière à ces trois « personnages », mais le pont est tellement étroit, ou la barque si frêle, qu'il ne peut en passer qu'un seul à la fois. Bien sûr, il ne saurait à aucun moment laisser ensemble sans surveillance ni le loup avec la chèvre, ni la chèvre avec le chou ! Il doit donc faire appel à une astuce particulière, sujet de la devinette, et vous pouvez mettre la sagacité de vos amis à l'épreuve de ce classique qui a fait la joie de nos aïeux. Solution: on passe d'abord la chèvre, le loup et le chou restant seuls ne se feront aucun mal. On la laisse de l'autre côté et on revient « à vide » chercher le chou. Une fois celui-ci sur l'autre rive — c'est là l'astuce — on ramène la chèvre avec soi. On la laisse seule à nouveau, pendant que l'on fait traverser le loup que l'on ré-abandonne avec le chou, mais sur l'autre bord. On a alors tout le loisir, dans un aller-retour supplémentaire, d'aller rechercher la chèvre, afin que les trois protagonistes se retrouvent sans dommage sur la rive opposée, en compagnie de leur habile gardien."³

-Prendre le chou: déranger, énerver, excéder quelqu'un. Dans cette expression, le mot "chou" est à comprendre dans le sens argotique de "tête". On peut d'ailleurs aussi dire: prendre la tête à quelqu'un. Et on dit d'une personne stupide qu'elle "n'a rien dans le chou". Une personne intelligente, elle, "en a dans le chou". Pour d'autres synonymes de "tête", voir: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

-C'est bête comme chou (comprenez: bête comme un chou): c'est très facile, c'est une chose extrêmement simple à réaliser. Le chou est un légume banal, que tout le monde connaît et reconnaît, d'où le sens de l'expression. Formules synonymes: c'est enfantin, c'est un jeu d'enfant.

-Une feuille de chou: un journal de mauvaise qualité, qui a peu d'importance. Là aussi, le sens de l'expression se rapporte à la banalité du chou, à son manque de valeur. On peut aussi qualifier de "canard" un mauvais journal, généralement d'actualités. Cela viendrait du fait qu'autrefois, le mot "canard" était un surnom péjoratif donné aux personnes trop bavardes qui aiment cancaner. Par extension, et par allusion aux journalistes qui relaient les évènements, le mot a ensuite été donné au journal. Et au XVIIIème siècle, on appelait "canard" une "fausse nouvelle lancée par la presse pour abuser le public" (CRNTL), une "rumeur" dans le langage d'aujourd'hui.

-Rentrer dans le chou à/de quelqu'un: attaquer quelqu'un, physiquement ou verbalement, provoquer un affrontement. L'expression fait sans doute allusion au fait de frapper quelqu'un à la tête.

-Un (petit) bout de chou: un petit enfant. Autrefois, on disait aux enfants qu'ils naissaient dans les choux. L'origine de cette expression pourrait venir de là. Un bout de chou: littéralement, un petit enfant issu d'un chou. De là aussi pourrait dériver le terme de tendresse "mon chou, mon petit chou": mon chéri. Dans cet emploi, on trouve le féminin "choute": ma choute, ma chérie. Redoublement expressif de "chou", un "chouchou" ou une "chouchoute" est le/la préféré(e) dans un groupe: c'est la chouchoute de la maîtresse. Dans la même famille, le verbe "chouchouter" signifie "choyer particulièrement": ses parents l'ont trop chouchouté. En revanche, "chou" en tant qu'adjectif serait la forme abrégée de l'adjectif "chouette": c'est chou, comme tu es chou/te, comprenez "c'est chouette", "comme tu es chouette".

Et voici trois expressions anciennes que l'on utilise plus rarement:

-Ne pas valoir un trognon de chou: n'avoir aucune valeur.

-Aller à travers choux: agir avec étourderie.

-Aller planter ses choux: se retirer à la campagne ou quitter la vie active, prendre sa retraite.

-Envoyer quelqu'un planter ses choux: congédier, renvoyer quelqu'un.


En Belgique, on dit "c'est chou vert et vert chou" pour "cela revient au même". Expressions synonymes: c'est kif-kif, c'est blanc bonnet et bonnet blanc.


Par analogie de forme, le chou est également un petit gâteau rond soufflé et souvent garni de crème. On appelle notamment "croquembouche" une pièce montée formée de petits choux à la crème caramélisés: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc.... Un chou parsemé de sucre perlé est une "chouquette". Salé, le chou prend le nom de "gougère": il s'agit d'un plat bourguignon à base de fromage râpé assez corsé comme du comté ou du gruyère. Toutes ces spécialités sont à base d'une "pâte à choux" composée de farine, d'eau ou de lait et de beurre. Son nom d'origine serait "pâte à chaud" et elle serait née en Italie. "Vers 1540, un certain Pantarelli, dit Popelini, entremettier de la suite de Catherine de Médicis, aurait introduit en France la « pâte à chaud », desséchée sur le feu, à partir de laquelle il avait mis au point un délicieux gâteau, le popelini (ou « popelin »). En fait, la première recette française de la pâte à choux revient à Lancelot de Casteau qui l'utilise à la fois en « paste de bugnolle » — ses beignets sont frits dans le beurre comme c'était l'usage au XVIIe — et pour confectionner des petits choux" (Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise, Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2012).


***


¹Marc Fumaroli, Le livre des métaphores, Éditions Robert Laffont Bouquins, 2012.

²Maurice Rat, Dictionnaire des locutions françaises, Éditions Larousse, 1957.

³Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.


00:16 Publié dans Anglais, Belgique, Cuisine; gastronomie, Culture, Grammaire, Histoire | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |