18/01/2018

Acquis ou acquit ?

acquit.jpg

 

Deux homonymes qui peuvent prêter à confusion. Analyse.

 

"Acquis" est le participe passé du verbe "acquérir", "devenir propriétaire d'un bien par achat, échange ou succession": il/elle a acquis une terre/un immeuble par héritage. Il existe l'expression proverbiale "bien mal acquis ne profite jamais": on ne tire aucun avantage d'une possession ou d'un privilège obtenu malhonnêtement. Le verbe "acquérir" n'est pas l'exact synonyme du verbe "acheter". "Acheter", c'est acquérir une chose, mais seulement avec de l'argent, que l'on paie comptant ou à crédit.

"Acquérir" vient de l'ancien français acquerre, lui-même issu du latin populaire acquaerere, altération du latin classique acquirere, "ajouter à ce qu'on a, à ce qui est; acquérir en plus" (Dictionnaire de l'Académie française). 

La conjugaison du verbe "acquérir", loin d'être évidente, peut poser problème: j'acquiers, nous acquérons (présent); j'acquérais, nous acquérions (imparfait); j'acquis, nous acquîmes (passé simple); j'acquerrai, nous acquerrons (futur); j'acquerrais, nous acquerrions (conditionnel présent); que j'acquière (subjonctif présent); que j'acquisse (subjonctif passé). 

 

La personne qui acquiert un bien est un "acquéreur": ce tableau n'a pas trouvé acquéreur (on peut aussi dire: n'a pas trouvé preneur); il/elle s'est porté(e) acquéreur. Là aussi, "acquéreur" et "acheteur" ne sont pas des synonymes exacts: on ne dit pas "trouver acheteur" ni "se porter acheteur". Mais, selon le contexte, les deux mots peuvent s'employer indifféremment: avez-vous trouvé un acquéreur/un acheteur pour votre voiture ? Le féminin "acquéresse" n'est pas utilisé dans le langage courant, il appartient au vocabulaire juridique. Toujours en droit, le terme "acquêt" qualifie un "bien acquis par les époux, ensemble ou séparément, durant le mariage, et qui fait partie de la masse commune".

Autrefois, on utilisait le proverbe "il y a plus de fous acquéreurs que de fous vendeurs", et on disait par compliment "je vous suis tout acquis(e)", c'est-à-dire "je vous rendrai service en toutes occasions".¹

 

Le verbe "acquérir" possède aussi le sens de "parvenir à avoir grâce à un effort, à l'expérience, au temps": acquérir de l'habilité, de l'autorité, des vastes connaissances. Verbes synonymes: gagner, obtenir. Cela concerne aussi les choses: au fil des années, cette propriété a acquis beaucoup de valeur.

 

Enfin, le verbe "acquérir" est synonyme du verbe "valoir": son travail lui a acquis une solide réputation; l'aisance que ses efforts lui ont acquise. 

 

***

 

"Acquit" appartient à la famille du verbe "acquitter". Un "acquit" est la "reconnaissance écrite, datée et signée d'un paiement". "Pour acquit" est la formule qu'une personne inscrit au verso d'un chèque ou au bas d'une facture, en la faisant suivre de la date et de sa signature, pour attester qu'elle en a reçu le paiement.

En billard, un "acquit" est le "premier coup par lequel on ne fait que placer sa bille, et sur laquelle l'adversaire doit jouer": donner un bon/un mauvais acquit.

 

Le verbe "acquitter" dérive de l'adjectif "quitte", "libéré d'une obligation juridique, d'une dette pécuniaire", lui-même emprunté au latin quietus, "qui est en repos, dans le calme, qui n'est pas troublé". L'idée est que lorsqu'on est libéré d'une obligation juridique et/ou que l'on a réglé ses dettes, on peut enfin avoir l'esprit tranquille. Dans la même famille, l'adjectif "coi", "immobile et silencieux": se tenir, rester, demeure coi(te), autrement dit "se taire". On retrouve la même origine en anglais avec l'adjectif quiet, "calme, silencieux".

Outre le sens de "payer ce que l'on doit", "acquitter" signifie aussi, en droit pénal, "déclarer non coupable d'un crime ou d'un délit": le jury a acquitté l'accusé à l'unanimité.

La locution "par acquit de conscience" signifie "pour être sûr; pour éviter ensuite un regret ou un remords": je l'ai mis(e) en garde par acquit de conscience. Autrement dit, on libère sa conscience pour se sentir apaisé, mais sans réelle conviction.

"Acquitter" se décline pronominalement: "s'acquitter", "se libérer d'une obligation juridique ou morale". S'acquitter d'une dette, d'un devoir, d'une promesse, d'une tâche.

Quant au mot "acquittement", il revêt le double sens de "paiement, remboursement" et de "renvoi d'un accusé déclaré non coupable".

 

 ***

 

¹Philibert Joseph Leroux, Dictionnaire comique, satirique, critique, burlesque, libre et proverbial, tome premier, À Pampelune, 1786.

 

09:10 Publié dans Anglais, Conjugaison, Culture, Droit, Grammaire | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | |

24/09/2017

Bavarder, etc.

pie.jpg

 

 Le verbe "bavarder" possède de nombreux synonymes.

 

Lorsqu'on parle beaucoup, de choses et d'autres, on dit qu'on "bavarde". Autrefois le mot "bave", en plus d'être un synonyme de "salive", signifiait "babil, loquacité". D'où le verbe "bavarder", et les mots "bavardage" et "bavard". C'est aussi de là que nous vient l''expression "baver sur quelqu'un/sur la réputation de quelqu'un": critiquer, dénigrer par ses paroles (200 drôles d'expressions que l'on utilise tous les jours sans vraiment les connaître, racontées par Alain Rey, Le Robert, 2015).

 

On peut aussi "causer" et "discuter". "Causer", c'est s'entretenir familièrement avec une ou plusieurs personnes de manière spontanée. Le verbe "discuter" est plus sérieux. Il est proche du verbe "débattre", et implique un soin, une exactitude, le fait de bien considérer le pour et le contre: on discute une affaire, une question, un projet. On voit fréquemment le verbe "discuter" suivi de la préposition "de" (discuter d'une affaire, d'une question, d'un projet), mais cela n'est pas correct.

 

Le verbe "babiller" signifie aussi "parler beaucoup". On l'utilise le plus souvent pour qualifier le bavardage animé des enfants: ces écoliers sont dissipés, ils n'arrêtent pas de babiller.

 

Dans le langage familier, on dit qu'on "bavasse" et qu'on "tchatche". Le verbe "bavasser" véhicule une connotation de médisance, et "tchatcher" c'est "parler abondamment, avoir du bagou". "Tchatcher" vient du verbe espagnol chacharear, "bavarder, causer". "Courant depuis longtemps du côté de Marseille, diffusé par nombre de rapatriés d'Algérie, il fut généralisé en France dans les années 1980."¹ Le verbe "tchatcher" se décline en substantif: on dit de quelqu'un qui n'a pas sa langue dans la poche qu'il/elle a "de la tchatche". 

En anglais, le verbe to chatter possède la même signification que "tchatcher". To chatter a donné en anglais le substantif chat, "discussion sur Internet", terme repris tel quel en français, ou avec la variante orthographique "tchat". En français, il existe aussi le verbe "chater" ou "tchater", "discuter sur Internet", à ne pas confondre avec "tchatcher" ! On ne confondra pas non plus un "tchatteur" (personne qui discute sur Internet) avec un "tchatcheur" (personne volubile).

 

Le verbe "jacasser" signifie "pousser son cri" en parlant de la pie, affublée du surnom évocateur de "pie bavarde". Une personne qui jacasse bavarde sans arrêt en tenant des propos futiles, et généralement de manière fatigante, par allusion bien sûr au cri aigu de la pie. Verbe synonyme, dans le langage populaire: jacter.

 

Autre verbe synonyme de "bavarder": papoter. On papote lorsqu'on parle beaucoup avec familiarité, légèreté ou frivolité. En Suisse romande, on dit qu'on "barjaque" ou qu'on "batoille". "Barjaquer", c'est "bavarder de manière excessive, parler à tort et à travers". "Le verbe existe aussi en provençal, avec le même sens (barjar, substantif: barjaca), mais n'appartient pas au standard. Une barjaque: une pie, un moulin à paroles, un bavard ou une bavarde impénitent(e)."² "Batoiller est de la famille de battre, c'est faire battre sa langue. Il devrait donc s'écrire avec deux t, mais nous suivons l'usage bien établi de l'écrire avec un seul t. Une batoille (homme ou femme), même traduction que une barjaque. On dit aussi batouiller, batouille."³

 

Au Québec, on emploie le verbe "placoter" pour dire "bavarder": placoter avec des amis. Ce verbe a aussi le sens de "parler de façon indiscrète, médire": placoter contre quelqu'un. "Placoter" pourrait tirer son origine du verbe "clapoter" dont il est l'anagramme: émettre un clapotement, bruit léger que fait l'eau lorsqu'elle est agitée par des petites vagues. Toujours au Québec, il existe aussi le verbe "mémérer": bavarder, faire des commérages. Nous disons "cancaner". "Mémérer", du substantif "mémère" qui signifie "personne qui parle beaucoup sans avoir rien d'intéressant à dire" et "personne qui aime les commérages" au Québec. Chez nous, une "mémère" est un terme péjoratif pour qualifier une personne très âgée.

 

Du côté des expressions, on dit qu'on "taille une bavette" lorsqu'on bavarde. La "bavette" en question fait référence à l'ancien sens du mot "bave" que nous avons vu au début. Quant au verbe "tailler", il semble qu'il s'appliquait autrefois à la parole, et que "tailler bien la parole à quelqu'un" signifiait "parler à quelqu'un avec éloquence" (Alain Rey). Un autre verbe lié à la parole est "couper": on dit qu'on coupe la parole à une personne lorsqu'on l'interrompt pour parler à sa place.

 

Autre expression: tailler/discuter le bout de gras. L'origine de ce "bout de gras" est incertaine. Elle pourrait venir du morceau de lard que les gens pauvres mettaient autrefois dans leur soupe lorsqu'ils en avaient les moyens, ce qui était rare. Et lorsque cela arrivait, la discussion autour de la table devenait plus joyeuse et plus animée.

 

 ***

 

¹Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007.

²&³Georges Arès, Parler suisse, parler français, Éditions de l'Aire, 1994.

18:56 Publié dans Anglais, Culture, Espagnol, Provençal, Québec, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

28/08/2017

Excentrique

eccentric.png

L'adjectif "excentrique" vient du latin médiéval excentricus, "qui est hors du centre".

Au fil des siècles, il est apparu dans la langue française en prenant différentes significations.

Au XIVème siècle, l'astronome et mathématicien français Nicole Oresme qualifie d'"excentriques" les cercles imaginés pour expliquer les mouvements des corps célestes qu'il avait reconnus n'être pas toujours à la même distance de la Terre: "Tout cercle qui divise la sphère en deux moitiés et n'a pas son centre au centre du monde est appelé excentrique" (CNRTL et Littré).

Au XVIIIème siècle, le terme "excentrique" apparaît en géométrie. Il qualifie deux cercles qui, quoique renfermés l'un dans l'autre, n'ont cependant pas le même centre. On parle aussi d'ellipses excentriques, c'est-à-dire très allongées.

Enfin, au XIXème siècle, l'adjectif "excentrique" fait son apparition comme terme d'urbanisme. Dans le langage courant, un quartier excentrique est un quartier situé loin du centre-ville, loin des affaires. Adjectifs synonymes: excentré, périphérique.

 

En tant que substantif, en mécanique industrielle, un "excentrique" est un "mécanisme conçu de telle sorte que l'axe de rotation de la pièce motrice n'en occupe pas le centre". Ce mécanisme permet de transformer le mouvement de rotation d'une pièce en un mouvement rectiligne alternatif.

 

Le deuxième sens de l'adjectif "excentrique" qualifie, depuis le XIXème siècle, ce qui est en opposition avec les habitudes reçues, dont la singularité attire l'attention, qu'il s'agisse d'une personne ou d'un objet: comportement, idées excentriques; vêtements excentriques. Adjectifs synonymes: bizarre, extravagant, farfelu, insolite, anticonformiste.

En ce sens, le mot nous vient de la langue anglaise qui lui a donné cette acception au XVIIème siècle, les Anglais étant en effet connus pour leur excentricité. En anglais, le mot s'écrit eccentric. Cette excentricité se remarque notamment dans les nombreux clubs et associations présents outre-Manche, principalement à Londres. Il s'agit le plus souvent de gentlemen's clubs, dont l'entrée est interdite aux femmes. Citons, entre autres, The Handlebar Club, le club des hommes arborant une moustache "en guidon", c'est-à-dire dont les extrémités sont suffisamment longues pour être recourbées, ou encore The Eccentric Club, le club des personnes excentriques, fondé à la fin du XVIIIème siècle. 

 

En français, attention à certaines phrases qui peuvent se révéler ambiguës: nous avons visité un quartier excentrique de Londres. Comprenez: un quartier original, et non pas excentré.

 

Autre adjectif synonyme d'"excentrique" dans le sens de "farfelu": foutraque. Autrement dit "déjanté", "dingue", "hors norme". Dans le registre déjanté, on trouve aussi l'adjectif "foldingue", mot composé de "fol" et "dingue". "Fol" est l'ancienne forme de "fou". "Fol", du latin follis, "soufflet, ballon", le fou étant comparé à un ballon, une vessie gonflée (Littré). Aujourd'hui, la forme "fol" subsiste devant une voyelle ou un h muet, mais cette tournure est archaïsante: fol amour, fol hommage (CNRTL). Enfin, l'adjectif "foufou, fofolle" a le sens d'"espiègle", d'"écervelé", avec une connotation affective: ce petit chien est (tout) foufou.

En Suisse romande, on utilise les adjectifs "folache", "folingue" et "folo". "Ils signifient un peu fou, fou d'une manière plutôt sympathique, et seront aisément compris de tout francophone, même s'ils n'appartiennent pas au standard. Celui-ci dispose aussi d'un adjectif pittoresque dans cet ordre d'idées: folichon, mais il ne s'emploie à peu près que dans des contextes négatifs: ce n'est pas folichon."¹ Autrefois, dans le langage familier, "folichon" signifiait "folâtre, badin": esprit folichon, humeur folichonne.² Aujourd'hui, l'expression "ce n'est pas folichon" veut dire "ce n'est pas gai, ce n'est pas divertissant".

 

¹Georges Arès, Parler suisse, parler français, Éditions de l'Aire, 1994.

²Dictionnaire universel, contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes des sciences et des arts, Tome second, 1727.

13:27 Publié dans Anglais, Culture, Géométrie, Grammaire, Latin, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |