19/03/2016

Sens dessus dessous

poemsccharlesorrleans.jpg

 

Une expression qui a subi de nombreuses variations orthographiques au cours des siècles.

 

"Dessus" et "dessous" sont deux adverbes que l'on rencontre dans la locution "sens dessus dessous": de telle façon que ce qui devrait être dessus se trouve dessous, et inversement. Locution synonyme: "à l'envers"; mettre un pull-over à l'envers (du mauvais côté). Par extension, on utilise également la locution "sens dessus dessous" pour qualifier un grand désordre et, au sens figuré, un état de trouble émotionnel intense, de confusion extrême: suite au cambriolage, mon appartement est sens dessus dessous; la rumeur a mis tout le village sens dessus dessous; après avoir été témoin de l'agression, j'étais sens dessus dessous.

Pour qualifier un grand désordre, un bouleversement de fond en comble, on peut aussi employer les verbes "chambarder" et "chambouler": on a tout chambardé/chamboulé dans la maison. "Chambouler" s'applique aussi à un bouleversement psychologique: suite au cambriolage, je suis tout(e) chamboulé(e). Verbes synonymes: retourner, tournebouler. Il/elle était tout(e) retourné(e)/tourneboulé(e) par cette affreuse nouvelle.

Dans le registre familier, le substantif "chambard" désigne un grand désordre, mais aussi un grand vacarme, du chahut: faire du chambard; je me demande ce qu'ils font pour faire un chambard pareil. Le substantif "chambardement" qualifie un bouleversement radical dans l'organisation de quelque chose, notamment au niveau politique: le chambardement social. Il existe aussi la locution "le grand chambardement": la révolution. C'est le titre d'une chanson de Guy Béart datant de 1967, qui prophétise les événements de Mai 68. En voici les premières paroles: La terre perd la boule / Et fait sauter ses foules / Voici finalement / Le grand le grand / Voici finalement / Le grand chambardement.

En Suisse romande, on utilise couramment le mot "cheni" pour parler de désordre: faire du cheni = faire du désordre; être en cheni = être en désordre. Synonymes familiers: bordel, foutoir (http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...). 

 

Revenons à "sens dessus dessous". On voit souvent cette locution écrite "sans dessus dessous". Attention au contexte, cela pourrait être mal interprété. En effet, ainsi orthographiée, elle signifie tout autre chose: sans dessus ni dessous, c'est-à-dire sans aucun vêtements.

 

Autrefois, cependant, cette orthographe était permise, voire préconisée.

Au XVIIème siècle, le grammairien Claude Favre de Vaugelas écrit dans ses "Remarques sur la langue françoise": "Sans dessus dessous est fort bon, et crois qu'il se doit escrire ainsi, comme qui diroit que la confusion est telle en la chose dont on parle, et l'ordre tellement renversé, que cette chose-là semble estre sans dessus et sans dessous, c'est à dire qu'on n'y reconoit plus ce qui devroit estre dessus ou dessous, tant l'ordre qui y devroit estre, est troublé et perverti."

Littré remarque que, comme Vaugelas, "Mme de Sévigné suivait cette orthographe [sans dessus dessous], qui avait des précédents dans le XVIème siècle".

Enfin, en 1835, Felix Biscarrat et Alexandre Boniface précisent dans leur "Nouveau manuel de la pureté du langage": "Autrefois, quelques grammairiens écrivaient sens dessus dessous avec un a au mot sans, ce qui signifie que la chose est bouleversée et sans dessus et sans dessous."

 

À l'origine, la locution s'écrivait "c'en dessus dessous", c'est-à-dire "ce [qui est] en dessus mis en dessous". Elle s'est même déclinée en "s'en dessus dessous" par Charles d'Orléans dans un de ses rondeaux au XVème siècle:

De tous poins accordons nous,

Ou, par la vierge Marie,

Se Raison n'y remedie,

Tout va s'en dessus dessous.

Et comment l'entendez-vous ?

 

Toutes ses différentes orthographes ont été abandonnées au fil des siècles. Aujourd'hui, la locution s'écrit uniquement "sens dessus dessous", le mot "sens" possédant la signification de "position, côté": le sens qui devait être dessus est dessous (Littré). On remarquera, et c'est la raison pour laquelle on a tendance à vouloir remplacer "sens" par "sans", que le "s" final du mot "sens" ne se prononce pas dans le cadre de cette locution. Cela est dû au fait que "sens" est une altération du "c'en" originel.

 

Il existe aussi, bien que beaucoup moins présente dans le langage courant, la locution "sens devant derrière", autrefois "c'en devant derrière": dans une situation telle que ce qui doit être devant se trouve derrière, et inversement. Il/elle avait mis sa casquette sens devant derrière. Mais dans la conversation de tous les jours, on préférera dire: il/elle avait mis sa casquette à l'envers.

16:16 Publié dans Adverbe, Culture, Grammaire, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |

20/02/2016

Bienvenu(e)

 

jeu_de_paume.jpg

 

 

Le mot "bienvenu" est composé de l'adverbe "bien" et de "venu", participe passé du verbe "venir". Au XIIème siècle, estre bien venu signifiait "être bien accueilli". L'orthographe "bien venu" a perduré jusqu'au XIXème siècle. Le dictionnaire de l'Académie française de 1835 précise: "On écrit aussi bienvenu en un seul mot." Toujours au XIXème siècle, il existait l'expression "se faire bienvenir de quelqu'un": s'assurer un accueil bienveillant, rechercher les bonnes grâces de quelqu'un: il avait l'art de se faire bienvenir en société; il offrait des fleurs à la maîtresse de maison pour se faire bienvenir.¹

"Bienvenu" peut être employé à la fois comme adjectif, substantif masculin ou féminin, ainsi que substantif uniquement féminin, d'où une possible confusion sur l'orthographe à adopter.

 

Comme adjectif, "bienvenu(e)" signifie "qui arrive à propos, au bon moment" (et qui, de ce fait, est bien accueilli): un visiteur bienvenu; une remarque bienvenue; cette pluie sera bienvenue pour le jardin; une augmentation de salaire serait bienvenue.

L'expression "tomber à pic" signifie aussi "arriver au moment opportun, exactement quand il le faut": tu tombes à pic, j'avais justement besoin de ton aide; cette suggestion tombe à pic, j'étais à court d'idées; une augmentation de salaire tomberait à pic. "Tomber à pic" trouve son origine dans le jeu de paume. Le jeu de paume, joué au départ à main nue ou gantée de cuir, devenu plus tard un sport de raquettes, est l'ancêtre de la pelote basque et du tennis. Il se jouait généralement en salle. À Paris, dans le jardin des Tuileries, se trouve le musée du Jeu de Paume qui, comme son nom l'indique, abritait jadis des courts de jeu de paume. Un point précis de ce jeu s'appelait "chasse pic": lorsque la balle tombait au pied du mur du fond. Ce point offrait au joueur un avantage certain sur son adversaire. Et lorsqu'il était réalisé à un moment crucial de la partie, on disait que la balle était "tombée à pic", d'où le sens actuel de l'expression.

Autre expression synonyme qui date du XVIème siècle: tomber à point nommé, littéralement "exactement à l'endroit désigné", du latin nominare, "nommer, désigner par un nom" (CNRTL).

 

Comme substantif masculin ou féminin, "bienvenu(e)" désigne une personne ou une chose que l'on accueille avec plaisir: vous serez toujours le(la) bienvenu(e) dans notre maison; votre offre/cette nouvelle est la bienvenue; toute proposition est la bienvenue.

 

Comme substantif exclusivement féminin, et toujours au singulier, "bienvenue" qualifie l'heureuse arrivée de quelqu'un, l'accueil favorable que l'on fait à un hôte ou au nouveau membre d'une compagnie: bienvenue à nos amis; cadeau, discours, préparatifs de bienvenue; souhaiter la bienvenue à quelqu'un (expression synonyme: faire bon accueil à quelqu'un).

L'expression "bienvenue au club !" s'utilise pour faire comprendre à une personne que l'on se trouve dans la même situation qu'elle: Vous avez divorcé ? Bienvenue au club !

Au Québec, "bienvenue" est utilisé comme terme de politesse en réponse à "merci". Cela correspond à nos formules de courtoisie "de rien", "il n'y a pas de quoi" et "je vous en prie".

 

Pour finir, une dernière variation orthographique avec le nom de la station de métro de la gare Montparnasse à Paris: Montparnasse-Bienvenüe. Rien à voir, comme on pourrait le croire, avec "bienvenue à la gare Montparnasse", donc rien à voir non plus avec une grossière faute d'orthographe que l'on aurait négligé de corriger. Ce nom fait référence à Fulgence Bienvenüe (1856-1932), l'ingénieur français qui conçut puis dirigea la réalisation du métro de Paris. La première ligne du métro, établissant la liaison ouest-est Porte Maillot-Porte de Vincennes, a été construite en vue de l'Exposition universelle de 1900, inaugurée le 14 avril. Cette première ligne fut ouverte au public le 19 juillet dans le but de desservir un autre événement majeur de cette année-là: les Jeux olympiques d'été au bois de Vincennes.

 

***

 

¹CNRTL, Dictionnaire de l'Académie française et Dictionnaire de grammaire et des difficultés grammaticales de Michel Pougeoise, Armand Colin, Paris, 1998.

 

11:01 Publié dans Culture, Grammaire, Histoire, Québec | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/01/2016

Alentour(s)

SUI046-C02.jpg

 "Alentour" et "alentours": deux mots qui ont le même sens, mais dont la construction grammaticale est différente.

 

"Alentour" est un adverbe qui signifie "dans l'espace environnant, à proximité, tout autour": regarder, rôder alentour; un château et les bois alentour; ce village me plaît, ainsi que toute la région alentour. Autrefois, on écrivait "à l'entour". Autrefois également, on utilisait la locution prépositionnelle "à l'entour de": les champs s'étendaient à l'entour de sa propriété; les rues à l'entour de la cathédrale. Aujourd'hui, on dit "autour de".

 

"Alentours" est un nom masculin pluriel qui a comme sens "lieux qui environnent un espace": les alentours de la ville; il n'y avait personne aux alentours; tout avait brûlé aux alentours du village. En tant que nom, "alentours" est toujours accompagné d'un déterminant comme "aux" ou "les"."Alentours" est aussi employé avec "des": les gens des alentours.

On peut toujours remplacer "alentours" par "environs", autre nom masculin pluriel: les environs de la ville; il n'y avait personne dans les environs; tout avait brûlé aux environs du village; les gens des environs. Autres expressions synonymes: aux abords de, du côté de, à proximité de, dans le voisinage de, dans les parages de.

On a parfois le choix entre "alentour" et "alentours", c'est une question de construction grammaticale: il n'y avait personne alentour ou il n'y avait personne aux alentours; un château et les bois alentour ou le château et les bois aux alentours. Mais n'écrivez surtout pas "un château et les bois alentours" ni "tout avait brûlé alentour du village" !

Par analogie, on utilise aussi "aux alentours de" pour marquer une approximation: aux alentours du 1er mai (préposition synonyme: vers); cela doit coûter aux alentours de cent francs, il était aux alentours de 20h00 (préposition synonyme: environ; adverbes synonymes: à peu près, approximativement, autour de). Avec une date, on peut aussi employer "aux environs de": aux environs de Noël.

 

Autrefois, on désignait par le terme "alentours" les personnes vivant dans l'entourage de quelqu'un: si vous voulez réussir auprès de lui, assurez-vous de ses alentours. On disait aussi "les entours": cet homme est influencé par ses entours. Aujourd'hui, on parle de "proches", d'"entourage" ou même, par pléonasme, d'"entourage proche".

 

Enfin, les "alentours" qualifient un fond décoratif de tapisserie entourant le sujet central: tapisseries "à alentours". Elles étaient très en vogue au XVIIIème siècle. On appelait "tenture" un ensemble de plusieurs tapisseries formant un décor cohérent. Chaque tapisserie était composée d'un motif central imitant un tableau et d'une bordure décorative, les alentours. La tenture de l'Histoire de Don Quichotte, composée de trente tapisseries, est un exemple très célèbre. Les sujets des tableaux sont tirés du roman de Cervantès, écrit au XVIIème siècle:

 

tapisserie de l'histoire de Don Quichotte.jpg

Huitième tapisserie à alentours de fond de damas cramoisi exécutée par les ateliers Audran et Cozette à la Manufacture des Gobelins entre 1763 et 1787. Elle fut donnée par Louis XVI à Monsieur de Machault qui fut garde des Sceaux de Louis XV de 1750 à 1757.

 

On voit sur cette tapisserie que les alentours sont plus importants que la scène du milieu qui représente Don Quichotte attablé avec des jeunes filles. Sur les autres tapisseries également, les alentours prennent le pas sur le tableau central.

09:33 Publié dans Adverbe, Culture, Grammaire | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |