20/06/2015

La jambe

 

Rond-De-Jambe_Final_Color.jpg

 

Le mot "jambe" vient du latin gamba, "jarret [des quadrupèdes]" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934). En effet, gambe est l'ancienne forme du mot et, à l'origine, ce terme désignait la "patte des animaux" (CNRTL). Aujourd'hui encore, on nomme "jambe" la patte de certains quadrupèdes comme le cheval ou la gazelle. C'est à partir du milieu du XIIème siècle que le mot est employé pour qualifier, chez l'être humain, le "membre inférieur en son entier", c'est-à-dire y compris la cuisse et le genou. Au début du XIVème siècle, une définition anatomique précise que la jambe est, toujours chez l'être humain, la "partie de chacun des membres inférieurs, qui s'étend du genou au pied". Cette dernière définition est toujours d'actualité, mais dans le langage courant, on entend le mot "jambe" comme incluant la cuisse.

La jambe possède de nombreux synonymes, la plupart appartenant au langage familier: "guibole" ou "guibolle", dérivé de la forme normande guibon, "cuisse" (CNRTL); "pince" (aller quelque part "à pinces": à pied), probablement en référence à la grosse patte de devant de certains crustacés; "piliers" ou "poteaux" pour qualifier de grosses jambes; "flûtes" ou "quilles" pour décrire des jambes très minces, on peut aussi dire "avoir des jambes minces comme des allumettes"; "échasses" pour parler de jambes fines et très longues, on peut aussi dire "avoir des jambes de faucheur/faucheux".

Une petite jambe est une "gambette". En italien, on dit gambetta, qui est aussi le nom de l'homme politique français Léon Gambetta, mort en 1882, et dont le grand-père était originaire de Ligurie. Au Québec, une "jambette" est un "croc-en-jambe", "action d'accrocher au passage la cheville de quelqu'un avec le pied pour le faire tomber" (on peut aussi dire "croche-pied" ou "croche-patte"): donner/faire une jambette à quelqu'un. Pour nous, une "jambette" est une "petite pièce de bois verticale de charpente". Au masculin, "gambette" désigne un petit limicole aux pattes rouges tirant sur l'orange, appelé aussi "chevalier gambette":

 

 

dess0248.gif

 

Dans la même famille que le mot "jambe", on trouve notamment la "viole de gambe", cet instrument de musique étant tenu entre les jambes; l'adjectif "ingambe", "alerte dans ses mouvements"; le verbe "gambader"; ainsi que les mots "jambon" et "jambonneau". "Gambader" est passé en anglais (to gambol), de même que "jambon" (gammon), mot passé également en espagnol (jamón). Voici la définition du jambon que donne Gustave Flaubert dans son "Dictionnaire des idées reçues", écrit à partir de 1850 et paru après la mort de l'écrivain en 1913: "Toujours de Mayence. S'en méfier, à cause des trichines".

 

***

 

On rencontre la jambe dans une multitude d'expressions:

-Avoir de bonnes ou de mauvaises jambes: marcher, courir facilement ou difficilement.

-Tirer, traîner la jambe: marcher avec difficulté.

-Se dégourdir les jambes: aller faire une promenade après être resté immobile pendant très longtemps.

-Avoir des fourmis dans les jambes: avoir les jambes engourdies et qui picotent après être demeuré longtemps dans une mauvaise position bloquant la circulation du sang. Au sens figuré: avoir envie de bouger, de passer à l'action.

-Avoir les jambes en coton, en flanelle ou en pâté de foie: se sentir très faible. On peut aussi dire: avoir les jambes molles, ne plus tenir sur ses jambes ou flageoler sur ses jambes.

-Jeu de jambes: aisance des jambes chez un sportif, ce qui lui permet de rester en bonne position. Ce joueur de tennis à un bon jeu de jambes.

-Se mettre en jambes: s'échauffer avant l'effort.

-Être en jambes: se sentir en excellente forme physique.

-Jouer/Tricoter des jambes, courir/s'enfuir à toutes jambes: partir en courant le plus vite possible. Expression synonyme: prendre ses jambes à son cou. Au XVème siècle, on disait: ployer ses jambes et s'en aller. Cela pourrait être l'origine de l'expression, selon Littré. "Prendre ses jambes à son cou" pourrait aussi venir d'une expression excessive du mouvement qui fait lever les pieds dans une course rapide, toujours selon Littré. Dans le même registre, "mettre les talons aux épaules", expression que l'on rencontre dans "Madame Thérèse" (1867) par Émile Erckmann et Charles-Alexandre Chatrian: "La bande des enfants se disperse, les talons aux épaules".

-En avoir plein les jambes: être fatigué après avoir trop marché. Expressions synonymes: n'avoir plus de jambes, ne plus sentir ses jambes, avoir les jambes qui rentrent dans le corps.

-Avoir des jambes de vingt ans: pouvoir encore marcher facilement malgré un âge avancé.

-Avoir les jambes coupées ou sciées: ne plus avoir de force ou être très  étonné, figé sur place par la surprise. La peur lui coupe les jambes: la peur le/la paralyse.

-S'en aller, partir la queue entre les jambes: s'éclipser sans demander son reste après avoir subi un échec ou commis une erreur. Cette expression est d'origine canine: elle fait référence au chien qui se sauve avec la queue basse, entre les pattes, après s'être battu avec un congénère et avoir perdu. Cette expression est appliquée uniquement aux hommes et comporte, vous l'aurez compris, un jeu de mots grivois sur l'anatomie masculine.

-Être dans les jambes de quelqu'un: être trop près d'une personne, sur son chemin, et la déranger en gênant son déplacement.

-Tirer dans les jambes de quelqu'un: nuire à quelqu'un en l'attaquant de manière déloyale.

-Tenir la jambe à quelqu'un: retenir quelqu'un et l'importuner par des bavardages ennuyeux. Lâche(z)-moi la jambe: laisse(z)-moi tranquille.

-Traiter quelqu'un ou faire quelque chose par-dessus la jambe: sans égard, de façon désinvolte.

-Cela me fait une belle jambe: cela ne me servira à rien, ne me sera d'aucune utilité. "De nos jours, ce sont les femmes qui attachent de l'importance à la finesse de leurs jambes; autrefois, c'étaient les hommes qui mettaient leurs cuisses en valeur ! Eh oui, à partir du moment où la mode masculine abandonna la robe pour les chausses, lesquelles firent leur apparition au XVIème siècle, la jambe de l'homme devint peu à peu un objet d'attention. Les chausses étaient ce qui couvre la partie inférieure du corps, à partir de la ceinture. Elles se composaient d'un haut-de-chausses qui descendait au genou - il donnera la culotte - et d'un bas-de-chausses, devenu par abréviation le bas. Au XVIIème siècle, le galbe de la jambe était devenu chose importante et les jeunes gens coquets soignaient particulièrement la moulure de leurs bas de soie, qu'ils enjolivaient de rubans. « Faire la belle jambe » voulait dire se pavaner, faire le beau. « Un homme qui marche et qui fait la belle jambe, est faux et maniéré », dit Diderot. Mais une jambe bien faite, qui n'est ni cagneuse ni forte, est vraiment un don du ciel ! « On dit aussi à celui qui propose de faire une chose dont on ne tirera aucun avantage: Cela ne me rendra pas la jambe mieux faite », dit Furetière. Les deux locutions se sont greffées l'une sur l'autre pour donner l'expression ironique que nous utilisons toujours."¹

-Faire des ronds de jambe: cette expression nous vient de la danse où le "rond" décrit le mouvement d'une jambe qui effectue un demi-cercle. Au sens figuré, "faire des ronds de jambe" signifie "faire des courbettes, des politesses exagérées".

-Une partie de jambes en l'air: un rapport sexuel.

 

***

 

La jambe est aussi un objet. Une "jambe de bois" est une pièce adaptée au moignon d'un amputé. Aujourd'hui, avec les progrès de la médecine et l'apparition des appareils de prothèse, on parlera plutôt de "jambe artificielle ou articulée". Mais la jambe de bois a donné une expression qui est encore couramment utilisée: "c'est un cataplasme/un cautère/un emplâtre sur une jambe de bois": c'est une solution inefficace. La jambe d'un pantalon est chacune des deux parties qui couvrent les jambes (comme les manches couvrent les bras). Les jambes d'un compas désignent ses branches. En charpenterie, une "jambe de force" est un élément servant à consolider une construction. Enfin, dans une automobile, la jambe est la tige qui relie l'essieu au cadre du châssis.

 

***

 

¹Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.

 

09:27 Publié dans Anglais, Culture, Espagnol, Gustave Flaubert, Italien, Jeux de mots, Québec | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

16/05/2015

Genette

 

Genette-de-Barbarie.jpg


La genette est un petit carnivore de forme allongée, à la robe tachetée, et pourvu d'une longue queue rayée de noir et de blanc. "Genette" vient de l'espagnol jineta ou gineta, mot lui-même d'origine arabe. En effet, cette prédatrice aux airs de panthère est arrivée d'Afrique dans le sud-ouest de l'Europe probablement avec les Sarrasins lors de l'occupation de l'Espagne du VIIIème au XVème siècles. Les Maures avaient domestiqué cet animal, s'en servant comme dératiseur et animal de compagnie. Lorsque Charles Martel gagna contre les Sarrasins en 726, il trouva des genettes vivantes et de nombreuses peaux dans le butin dérobé, et c'est suite à cette découverte qu'il créa l'Ordre de la Genette: "nom d'un Ordre de Chevalerie, institué par Charles Martel, Duc des François, & Maire du Palais de France, l'an 726, après la victoire qu'il remporta sur Abderame Prince des Sarrazins. Parmi les dépouilles des ennemis, on trouva grande quantité de riches fourrures de Genettes, & même plusieurs de ces animaux en vie, que l'on présenta à Charles Martel, qui en donna aux Princes et aux Seigneurs de son armée; & pour conserver la mémoire d'une bataille si considérable, institua un Ordre, qu'il nomma de la Genette. Charles donna le collier de cet Ordre à seize Chevaliers. Ce Collier était d'or à trois chaînes entrelacées de Roses émaillées de rouge: et au bout pendait une Genette d'or, émaillée de noir & de rouge, au collier de France bordé d'or; la Genette posée sur une terrasse émaillée de fleurs."¹

Au Moyen Âge, en Europe aussi, la genette a été apprivoisée par les seigneurs pour sa grâce et sa noblesse. Elle a rapidement trouvé une place de choix dans les châteaux où elle semait la terreur parmi les rongeurs et protégeait de la peste. Mais au fil des siècles, cette place lui a été ravie par un prédateur beaucoup plus docile: le chat. Délaissée, la genette est retournée à la vie sauvage.

Mais la genette n'a pas toujours été choyée dans les foyers. Elle a aussi été victime de sa fourrure. "Elle faisait au Moyen-Âge l'objet d'une chasse intense; non seulement la genette commune, au pelage « mirouetté et tavelé de noir », mais surtout celle que les auteurs du temps nomment « la genette rare » et décrivent comme un animal qui a « le poil noir et luisant comme un satin ou panne de velours noir: elle est marquetée et mirouettée de placques et taches rousses, qui tirent sur le rouge d'une merveilleuse beauté »."²

Aujourd'hui, la genette est un animal mystérieux qui ne se laisse jamais voir. Son agilité, tout comme sa discrétion, sont légendaires. Ses proies favorites sont les souris, les mulots et les campagnols. Elle est présente dans la péninsule ibérique, en France jusqu'à la Loire et jusqu'au Rhône, qu'elle aurait franchi ces vingt ou trente dernières années.

En 1927, une genette a été trouvée dans le canton de Vaud, comme l'atteste le Bulletin de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles publié le 23 mars de cette année-là, qui revient sur l'aire de répartition de cet animal: http://retro.seals.ch/digbib/view?pid=bsv-002:1925-1929:5....


***


Gérard Genette est un critique littéraire et théoricien de la littérature que tout étudiant en lettres qui se respecte se doit d'avoir lu, en particulier ses travaux sur la narratologie ("Figures III", 1972).


 

genette-sic-birth-of-durango1.jpg


***


On ne confondra pas la genette avec le genêt, buisson ou arbuste à fleurs jaunes, blanches ou rouges très odorantes. On rencontre le terme "gineste" chez Jean Giono: "C'est pas ma faute si j'ai coursé tout le jour, dans la gineste et le labour" (Colline, 1929); "La gineste craquait sous ses pieds, les genévriers écrasés criaient" (Regain, 1930). Le fruit aromatique du genévrier, violet ou noir, est le genièvre. On l'utilise en cuisine, notamment pour aromatiser la choucroute, et en eau-de-vie. Revenons au genêt qui figure dans l'histoire avec la famille des Plantagenêt, une dynastie de rois qui, au Moyen Âge, régnèrent sur la France et l'Angleterre. Ce nom aurait d'abord été le surnom donné à un ancêtre de cette famille, Geoffroy V, comte d'Anjou et du Maine au XIIème siècle, parce que selon la légende il aimait porter une branche de genêt accrochée à son chapeau.

On ne confondra pas non plus le genêt avec le genet, petit cheval de race espagnol, "genet" venant de l'espagnol jinete, mot lui-même issu de Zenata ou Zeneta, nom donné aux cavaliers d'une tribu berbère qui avaient une manière bien à eux de monter à cheval: avec les jambes pliées parce que les étriers étaient placés très haut sur les flancs du cheval. Zenata/Zeneta a donné en espagnol l'expression montar a la jineta, "monter à la genette": "L'équitation à la jineta est l'ancêtre de l'équitation tauromachique. C'est une forme antique ibérique de combattre à cheval. Elle s'oppose au mode d'équitation à la brida utilisé par les peuples du nord de l'Europe. Les cavaliers chaussaient court, étaient armés de javelots et de sabres et pratiquaient la technique de l'escarmouche".³

Comme la genette, le genet aussi possède son écrivain: Jean Genet (1910-1986), auteur de poèmes, de romans et de pièces de théâtre, parmi lesquels le "Journal du voleur" (1949), roman autobiographique où l'auteur raconte sa vie faite d'errances, de misère et de prostitution, et les pièces de théâtre "Les bonnes" (1947) et "Le balcon" (1956). Jean-Paul Sartre lui a consacré un essai de 690 pages: "Saint Genet, comédien et martyr" (1952). Un essai en forme de reconnaissance et de consécration, puisque les premiers romans de Jean Genet ont été censurés à leur parution car on les jugeait pornographiques et choquants en raison de leurs sujets sulfureux abordés dans un langage cru et teinté d'érotisme: le monde de la prison, des voyous, des travestis et des maquereaux. Jean Genet a aussi rédigé un essai sur un sculpteur et peintre suisse: Alberto Giacometti (1901-1966). Entre 1954 et 1957, Alberto Giacometti rencontra souvent Jean Genet pour des séances de pose qui ont abouti à quatre dessins et trois tableaux de l'écrivain. C'est de ces séances de travail qu'est né l'essai de Jean Genet: "L'atelier d'Alberto Giacometti" (1958).


giacomJanet.jpg

"Portait de Jean Genet" (1955), Centre Georges Pompidou, Paris


***


¹Supplément, ou troisième volume du Grand dictionnaire historique, par l'abbé Louis Moréri, 1689.

²Lucien-Jean Bord et Jean-Pierre Mugg, La chasse au Moyen Âge, Éditions du Gerfaut, 2008.

³Anne-Marie Quint, Le conte et la lettre dans l'espace lusophone, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001.


06/01/2015

Nouveau

 

depositphotos_6280034-Art-Nouveau-pattern.jpg

 

Un adjectif qui s'impose en ce début d'année.


L'adjectif "nouveau" ou "nouvel, nouvelle" lorsqu'il est placé devant une voyelle ou un h muet a le sens général de "neuf". Mais nous allons voir que sa place avant ou après le substantif entraîne de subtiles variations de sens.


***


Commençons par deux locutions adverbiales: "à nouveau" et "de nouveau". Sont-elles parfaitement synonymes ou existe-t-il une nuance entre les deux ? La langue moderne tend à la négliger, mais il convient de faire une distinction.

-On utilise "à nouveau" pour exprimer que l'on refait quelque chose d'une nouvelle façon: j'ai raté ce dessin, je vais le faire à nouveau, c'est-à-dire d'une autre manière; elle nous écrit à nouveau pour savoir quand nous irons la voir, sous-entendu elle nous a déjà écrit auparavant une lettre où elle faisait la même requête, mais les termes étaient différents; j'ai examiné à nouveau la question, je l'ai donc examinée sur de nouvelles bases.

-"De nouveau" est employé pour exprimer que l'on refait quelque chose exactement de la même façon: j'ai raté ce dessin, je vais le faire de nouveau, c'est-à-dire d'une manière identique, ce qui implique qu'il sera raté une seconde fois; j'ai examiné de nouveau la question, je l'ai donc simplement étudiée une fois de plus, sans chercher à trouver un nouvel angle d'approche.

Et on ne confondra pas "de nouveau" en tant que locution adverbiale avec "de nouveau" dans le sens de "comme nouveauté": je ne vois pas ce que ce projet peut nous apporter de nouveau.


***


Passons maintenant à l'adjectif "nouveau". Il se range sous deux définitions: "qui n'existait pas avant" et "qui vient remplacer".


Selon la première définition, "nouveau" signifie tout d'abord "qui apparaît pour la première fois, qui vient d'apparaître ou d'être découvert". Dans ce sens-là, "nouveau" se place le plus souvent après le substantif.  Exemples: une invention nouvelle, une ville nouvelle, des pommes de terres nouvelles, les énergies nouvelles, le beaujolais nouveau est arrivé, un modèle nouveau, un mot nouveau, un terme nouveau. 

Mais on rencontre aussi dans certains cas l'adjectif "nouveau" placé avant le substantif: un nouveau film, un nouveau livre.

Dans le langage du droit, des "faits nouveaux" sont des faits produits ou révélés après une condamnation et justifiant la révision du procès. 

Le proverbe "tout nouveau, tout beau" signifie que ce qui est nouveau est apprécié, mais sera délaissé ensuite.

Rien de nouveau sous le soleil (locution): rien de nouveau n'est à signaler, c'est toujours la même chose.

"Nouveau" peut aussi être utilisé comme substantif: il y a du nouveau dans cette affaire, le goût du nouveau.


Le deuxième sens de "nouveau" caractérise quelqu'un ou quelque chose qui est depuis peu de temps ce qu'il est. L'adjectif se place alors avant le substantif. Les nouveaux riches, le nouveau gouvernement, le nouveau ministre des Transports, les nouveaux mariés, le nouveau/la nouvelle venu(e).

En tant que substantif, "le nouveau" ou "la nouvelle" qualifie une personne qui vient d'arriver dans un groupe dont les membres se connaissent tous depuis longtemps: il y a trois nouveaux dans la classe cette année.


Le troisième sens de "nouveau" est "qui tire de son caractère récent une valeur de création, d'invention". "Nouveau" s'apparente alors aux adjectifs "inédit", "insolite", "novateur", "original" et se place après le substantif. Un art nouveau, un style nouveau, un langage nouveau.

L'"Art nouveau" est un mouvement artistique de la fin du XIXème et du début du XXème siècle qui se caractérise par des lignes courbes appelées "arabesques" et par la présence de couleurs et d'ornementations inspirées de la nature. Synonyme (anglicisme): modern style. On confond souvent Art nouveau et Art déco. Mais ce dernier est apparu après l'Art nouveau, dans les années 1920, et en réaction à l'Art nouveau: l'Art déco consiste en un retour à la rigueur classique, lignes épurées et symétrie rigoureuse, les arabesques cédant la place aux angles droits, se caractérise par une forte influence dans l'architecture et le design et s'inspire d'autres civilisations, notamment grecque et égyptienne. Le terme "Art déco" tire son nom de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui eut lieu à Paris en 1925.


Enfin, "nouveau" est employé dans le sens de "ce qui était jusqu'ici inconnu de quelqu'un, dont on n'a pas l'habitude". Il se place après le substantif: c'est pour moi une chose nouvelle, un sentiment nouveau, voir les choses sous un jour nouveau, rencontrer des têtes nouvelles.

La locution "infuser un sang nouveau à quelqu'un" signifie que l'on anime cette personne d'une vie, d'une énergie nouvelle.


Examinons à présent la deuxième définition: "nouveau" dans le sens de "qui vient remplacer". "Nouveau" qualifie alors ce qui apparaît après quelque chose d'autre qu'il remplace, au moins provisoirement, ou tend à remplacer dans notre vision, dans nos préoccupations. Il se place avant le substantif et fonctionne par opposition aux adjectifs "ancien" et "vieux". Exemples: la nouvelle cuisine, la nouvelle lune, Nouvel An, le Nouveau Testament, le Nouveau Monde, le nouveau roman, la nouvelle vague, les nouvelles technologies.

Dans le cas de personnes, "nouveau" est utilisé pour décrire des gens qui, dans une catégorie, présentent des caractéristiques inédites par rapport à la tradition: les nouveaux réalistes, les nouveaux pères, les nouveaux bourgeois.


"Nouveau" peut aussi se rapporter à quelque chose ou quelqu'un qui a succédé ou s'est substitué à quelque chose ou quelqu'un d'autre. Là aussi, l'adjectif se place avant le substantif: son nouveau mari, acheter une nouvelle maison, jusqu'à nouvel ordre, se lancer dans une nouvelle aventure. On rencontre aussi des expressions géographiques comme la Nouvelle-Zélande ou la Nouvelle-Orléans.


***


L'adjectif "nouveau" peut se combiner à un participe passé et donner le mot "nouveau-né(e)", de "nouveau" dans le sens de l'adverbe "récemment" et "né", participe passé du verbe "naître", "nouveau-né" pouvant être utilisé comme adjectif ou comme substantif: un enfant nouveau-né, une petite fille nouveau-née; les cris du nouveau-né. Dans le monde médical, on entend par "nouveau-né" un bébé qui a moins de vingt-huit jours. Synonyme: nourrisson. Au pluriel, "nouveau-né" ne s'accorde que pour le participe passé: des nouveau-né(e)s.


***


Enfin, du côté de l'étymologie, "nouveau" est isssu du latin novellus, diminutif de novus, "neuf, jeune" et "nouveau". En ancien français, on disait novel. Ce mot se retrouve en anglais dans novel, "nouveau" dans le sens d'"inédit, original" et "roman", ainsi que dans novelty, "nouveauté". En italien, "nouveau" se dit nuovo, en espagnol nuevo, en portugais novo, en allemand neu et en anglais new. En français, on retrouve bien sûr dans la même famille des mots comme "renouveau", "renouveler", "innovation", "rénover", "rénovation" et "novice". Last but not least, le nom de la ville de Neuchâtel, littéralement "nouveau château", s'inscrit également dans cette famille (Petit Robert).


18:13 Publié dans Allemand, Anglais, Architecture, Culture, Espagnol, Grammaire, Italien, Latin, Portugais | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |