10/07/2016

Davantage ou d'avantage ?

img_on_ecrit_davantage_ou_d_avantage_7465_300.jpg

Une faute d'orthographe très courante est d'écrire "d'avantage" au lieu de "davantage".  Ces deux homonymes n'ont pourtant pas le même sens. Éclaircissement.

 

"Davantage" est un adverbe qui signifie "plus", que ce soit en quantité, en intensité ou en durée.

 

Voici quelques exemples de son utilisation:

-"Davantage" peut modifier un verbe: je vous en parlerai davantage la prochaine fois que nous nous verrons; cela me plaît davantage; je vous conseille de ne pas manger davantage; il/elle en veut toujours davantage. Les trois derniers exemples montrent qu'en fin de phrase, "davantage" est généralement préféré à "plus".

-"Davantage" peut modifier un substantif: je ne vous ferai pas davantage de reproches, mais ne vous comportez plus de cette manière. Suivant la construction grammaticale, le substantif peut être repris par le pronom "en": voici de l'argent, n'en demandez pas davantage.

-"Davantage" peut modifier le pronom neutre "le" en fonction d'attribut et représentant un adjectif employé avec le verbe "être": son frère est intelligent, mais sa sœur l'est davantage; le bonheur est précieux, mais je trouve que la santé l'est davantage.

 

Il est très courant d'augmenter l'intensité de l'adverbe "davantage" en le couplant à un autre adverbe: le bonheur est précieux, mais la santé l'est bien davantage/davantage encore. "Davantage" signifie alors "encore plus".

 

Il existe aussi les locutions "davantage de" et "davantage que":

-"Davantage de" signifie "plus de": mettez davantage de lumière; il me faudrait davantage de temps.

-"Davantage que"  signifie "plus que": ce poème me touche davantage que le précédent.

 

Autrefois, il était courant d'utiliser l'adverbe "davantage" dans le sens de "plus longtemps": je vous ai demandé de ne pas rester davantage; j'ai obéi sans tarder davantage. Mais cet emploi est aujourd'hui vieilli dans le langage de tous les jours.

 

***

 

"D'avantage" résulte de l'addition de la préposition "de" et du substantif "avantage" qui a pour sens "bénéfice,  gain, intérêt, profit". "D'avantage" apparaît le plus souvent dans une phrase négative: je ne vois pas d'avantage à un tel changement; je n'ai pas tiré d'avantage de cette collaboration. Autrement dit: je ne vois aucun avantage/intérêt à un tel changement; je n'ai tiré aucun avantage/bénéfice de cette collaboration.

On rencontre aussi la forme "d'avantages", formée par la préposition "de" et du substantif "avantage" au pluriel: déménager représenterait plus d'inconvénients que d'avantages (que de bénéfices).

Attention, on peut trouver "davantage" et "d'avantages" dans la même phrase: déménager représenterait davantage d'inconvénients que d'avantages !

 

***

 

En résumé, si vous pouvez remplacer le mot par "plus (de)", il convient d'employer l'adverbe "davantage".

Si vous pouvez remplacer le mot par "de bénéfice(s)", il s'agit de "d'avantage(s)".

 

12:42 Publié dans Culture, Grammaire, Homonymes | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |

12/06/2016

Quinte

250px-Royal_straight_flush.jpg

 

Le mot "quinte" possède de nombreux sens différents, dans des domaines extrêmement variés. Éclairage.

 

Le mot "quinte" est une substantivation de l'ancien français quint, "cinquième", lui-même issu du latin quintus.

 

En musique, une "quinte" qualifie le cinquième degré de la gamme diatonique. On appelle "intervalle de quinte", ou elliptiquement "quinte", un intervalle de cinq notes consécutives: par exemple do-sol, ré-la ou si-fa. Une "quinte juste" est un intervalle de trois tons et un demi-ton diatonique, une "quinte augmentée" est un intervalle de trois tons, un demi-ton diatonique et un demi-ton chromatique, et une "quinte diminuée", anciennement "fausse quinte", représente un intervalle de deux tons et deux demi-tons diatoniques.

Le mot "quintette" désigne un morceau de musique écrit pour cinq voix ou cinq instruments, ainsi qu'un petit orchestre composé de cinq musiciens, plus particulièrement un orchestre de jazz. En ce sens, on écrit aussi "quintet".

 

Dans le langage du jeu, une quinte est une suite non interrompue de cinq cartes. Au poker, une quinte contient obligatoirement un 5 ou un 10. Toujours au poker, une "quinte flush" (straight flush en anglais) est formée de cinq cartes dont les rangs se suivent et dont les couleurs sont identiques. Une "quinte flush royale" (royal flush) est une quinte flush du 10 à l'as: il s'agit de la main la plus forte au poker car c'est la plus rare de toutes les combinaisons existantes.

Le terme "flush" est un anglicisme tirant très probablement son origine du latin fluxus, "écoulement d'un liquide", qui a donné flus en ancien français, d'où viennent des mots comme "flux" et "fluide". Flux et fluid se retrouvent en anglais. En italien, nous avons le mot flusso, et en allemand le mot Fluss, "flot, fleuve". En anglais, le mot "flush" possède entre autres le sens de "rougeur du visage suite à une émotion", rougeur que l'on sait provoquée par un afflux sanguin, et de "chasse d'eau". Au poker, il faut sans doute considérer métaphoriquement la succession des cinq cartes de la même couleur comme un "courant que rien ne peut entraver", courant qui rapproche de la victoire le joueur qui a la chance d'avoir ces cartes en main.

Dans le monde des courses de chevaux, le "quinté" est un pari où le joueur cherche à déterminer les cinq premiers chevaux à l'arrivée.

 

En escrime, au sabre, la "quinte" est la cinquième position de la "parade", l'action défensive faite avec l'arme pour bloquer l'attaque de l'adversaire. Lors de cette position, également nommée "quinte haute", l'arme est placée horizontalement au-dessus et en avant de la tête. Outre le sabre, les deux autres armes que l'on rencontre en escrime sont le fleuret et l'épée.

 

paradesa.gif

 Les cinq positions au sabre.

 

Depuis le XVIIème siècle, une "quinte" est aussi bien sûr un "accès de toux". À l'origine, le terme se rapportait spécialement à une toux caractéristique de la coqueluche. Littéralement, la "quinte" signifie ici "toux revenant toutes les cinq heures", selon la croyance ancienne que lorsqu'on était malade de la coqueluche les accès de toux se reproduisaient selon ce rythme-là (Petit Robert et CNRTL). Dans nos pays industrialisés, la coqueluche est une maladie dont on se protège par la vaccination, mais dans les pays en développement elle continue à faire plusieurs centaines de milliers de victimes par année. Aujourd'hui, nous employons l'expression "quinte de toux" pour qualifier un accès de toux violent et prolongé: avoir une quinte de toux, être pris d'une quinte de toux, être en proie à une quinte de toux, être secoué par une quinte de toux.

Au XVIème siècle, une "quinte" désignait un "caprice" ou un "brusque accès de mauvaise humeur". C'est de là que nous vient l'adjectif "quinteux": qui est d'humeur fantasque, qui a un caractère difficile et changeant, qui se fâche facilement. Cet adjectif est vieilli, "capricieux" en est le synonyme le plus courant. Il existait autrefois l'expression "quinteux comme une mule". Et lorsque quelqu'un ne voulait pas manger hors de ses repas, on disait qu'il était "quinteux comme la mule du Pape", "qui ne boit et ne mange qu'à ses heures".¹ Aujourd'hui, l'adjectif  "quinteux" sert à décrire "un cheval et même un chien désobéissant ou en fauconnerie un oiseau qui s'écarte trop".² Adjectif synonyme: rétif.

 

Citons, parmi les autres mots de la même famille que "quinte":

-La quintessence, du latin quinta essentia, "cinquième substance": chez certains philosophes anciens, cinquième élément qui s'ajoute aux quatre premiers (la terre, le feu, l'air et l'eau) et qui en assure la cohésion. Par extension, dans le registre littéraire, ce qu'il y a de plus raffiné, de plus essentiel dans une chose ou chez une personne: la quintessence d'un livre.

-Le verbe "quintupler": multiplier par cinq. Les "quintuplés" sont les cinq enfants nés d'une même grossesse.

-Le "quintil": en poésie, strophe de cinq vers. À ne pas confondre avec le "quintile": cinquième  partie d'un tout. Ce mot s'emploie pour qualifier "un cinquième" ou pour représenter le pourcentage 20 %.

 

***

 

¹Philibert Joseph Le Roux, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre & proverbial, À Amsterdam, chez Michel Charles Le Cène, Libraire dans le Nes, 1718.

²Catherine Guennec, Le petit livre des mots inconnus au bataillon, Éditions First-Gründ, Paris, 2015.

09:57 Publié dans Allemand, Anglais, Culture, Italien, Latin, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

28/05/2016

Sésame

arabian%20nights.jpgLe sésame est une céréale originaire d'Afrique et d'Asie, connue depuis l'Antiquité. On utilise ses graines pour faire de l'huile, délicieuse dans une salade ou sur du poisson cru. Rôties, les graines de sésame peuvent être utilisées pour décorer toutes sortes de plats et de pâtisseries, tout en rehaussant leur goût: un filet de thon en croûte de sésame, par exemple, est un mets exquis. Il est également courant de retrouver des graines de sésame parsemées sur du pain. Broyées et additionnées d'un peu d'eau, elles donnent une purée appelée "tahin" ou "tahini", très appréciée dans la cuisine orientale. Dans le registre sucré, le "halva" est une confiserie orientale faite de farine, d'huile de sésame, de miel, de fruit et d'amandes ou de pistaches.

Au sens figuré, le mot "sésame" désigne une méthode appropriée visant à franchir une étape ou à surmonter un obstacle dans le but d'accéder à un niveau supérieur: la connaissance de langues étrangères est un sésame pour l'emploi; la maturité professionnelle est le sésame vers les hautes écoles.

Ce sens particulier du mot "sésame" nous vient de l'histoire "Ali Baba et les quarante voleurs", tirée des "Mille et une nuits", un recueil de contes traduits du persan en arabe aux alentours du IXème siècle et introduits en Europe au début du XVIIIème siècle par l'académicien Antoine Galland qui les traduisit en français. En réalité, l'histoire d'Ali Baba ne figurait pas dans les manuscrits initiaux des "Mille et une nuits". Il s'agit d'un récit, probablement d'origine syrienne, ajouté aux "Mille et une nuits" par Antoine Galland lui-même, qui enrichit également les manuscrits originaux avec l'histoire d'"Aladin ou la lampe merveilleuse" et celle de "Sinbad le marin".

Dans "Ali Baba et les quarante voleurs", Ali baba emploie la formule magique "Sésame, ouvre-toi !" pour parvenir à entrer dans une caverne remplie de trésors accumulés par les voleurs, d'où le sens particulier du mot "sésame" que nous avons vu plus haut. Synonymes: passeport, ticket. Un héritage familial n'est pas nécessairement un passeport pour la réussite; cette équipe de football a décroché un ticket pour la finale. On remarquera que la "caverne d'Ali Baba" elle-même s'est transformée en expression. Elle désigne un endroit contenant toutes sortes d'objets de grande valeur: ce magasin d'antiquités est une vraie caverne d'Ali Baba.

Pourquoi la formule incantatoire d'Ali Baba contient-elle du sésame ? Il semblerait que cela soit dû au fait que les gousses contenant les graines de sésame éclatent et s'ouvrent lorsqu'elles arrivent à maturité. Cela pourrait aussi venir du fait qu'autrefois, le sésame avait la réputation de posséder toutes sortes de vertus nutritionnelles et médicinales, et qu'il constituait donc un véritable "trésor" pour qui les utilisait en cuisine ou comme remède. Cela est toujours le cas aujourd'hui: la médecine ayurvédique considère le sésame comme symbole d'immortalité. 

L'association entre les céréales et la richesse est assez courante, on la retrouve dans des expressions comme "avoir du blé", "manger son blé en herbe", "avoir de l'oseille" et "avoir du foin dans ses bottes". Ces expressions conservent les traces d'une époque où la richesse, liée à l'agriculture, se mesurait à la quantité de céréales qu'on pouvait engranger.¹

-Avoir du blé/de l'oseille: avoir de l'argent. "Avoir du blé" appartient au registre argotique et "avoir du blé" au registre familier. On peut aussi dire "avoir du pognon", de l'ancien français poigner, "saisir avec la main", dont il nous reste le substantif familier "pogne", "main": serrer la pogne à quelqu'un.

Au Québec, le verbe "pogner" est utilisé dans le langage populaire avec une multitude de significations qui varient selon les contextes. En voici quelques-unes, la liste est loin d'être exhaustive. 1. Pour marquer l'acte d'attraper, de choper quelqu'un ou quelque chose: pogner quelqu'un par le bras. 2. Pour marquer l'acte de prendre quelqu'un sur le fait, de le pincer: pogner quelqu'un à tricher. 3. Pour indiquer que l'on comprend quelque chose, dans le sens de "piger": pogner une blague. 4. Dans le sens d'"émouvoir": ce film m'a pogné aux tripes. 5. "Être victime": j'ai encore pogné la grippe cette année. 6. "Avoir du succès": un film, un disque qui pogne. 7. "Attacher, coller", en parlant d'un aliment: les pâtes ont pogné au fond de la casserole.

-Manger son blé en herbe: dépenser de l'argent que l'on n'a pas encore reçu. L'image est celle du cultivateur qui mangerait son blé avant qu'il n'arrive à maturation, le blé n'acquérant de valeur qu'une fois mûr.

-Avoir du foin dans ses bottes: avoir beaucoup d'argent en réserve. "Pour un paysan, le foin engrangé pendant l'hiver était indispensable à la possession d'un troupeau dont il tirerait profit l'année suivante."² Certes, mais pourquoi du foin "dans les bottes" ? Autrefois, en hiver, les paysans mettaient de la paille dans leurs sabots pour avoir moins froid. Ceux qui pouvaient se permettre le luxe de les fourrer avec du foin, plus difficile à récolter, donc ayant plus de valeur, étaient forcément plus riches que les autres.³ L'expression joue certainement aussi sur le double sens du mot "botte", à la fois "botte de foin", meule de foin, et "bottes" dans le sens des chaussures: seuls les plus aisés avaient en effet les moyens de s'offrir des bottes au lieu de sabots. L'expression fait donc sans doute, indirectement, également allusion aux officiers et aux soldats qui, contrairement aux paysans trop pauvres, portaient des bottes.

 

***

 

¹Par les mots et les textes, Mélanges de langue, de littérature et d'histoire des sciences médiévales offerts à Claude Thomasset, Études réunies par Danielle Jacquart, Danièle James-Raoul et Olivier Soutet, Paris, PUPS, 2005.

²Bernard Pivot, 100 expressions à sauver, Éditions Albin Michel, 2008.

³Claude Duneton, La puce à l'oreille, Éditions Stock, 1978.

11:26 Publié dans Cuisine; gastronomie, Culture, Québec | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |