11/12/2013

Escalade, royaume et papillottes

 

V13gravure.jpg

 

L’Escalade est la fête qui a lieu chaque année à Genève au mois de décembre. Les festivités commenceront vendredi 13 pour s'achever dimanche avec le traditionnel cortège costumé dans la vieille ville aux lueurs des flambeaux. Beaucoup considèrent la commémoration de cet événement comme la "fête nationale" genevoise.   

 

L’Escalade célèbre la victoire de Genève, cité protestante, sur les troupes du duc de Savoie qui ont tenté de s’emparer de la ville dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Depuis 1535, Genève était indépendante politiquement et économiquement, elle était associée aux républiques helvétiques telles que Berne et avait la France d'Henri IV pour allié. Ce dernier aurait d'ailleurs averti les autorités de Genève d'une attaque imminente de leur ville par la Savoie. Les autorités auraient répliqué : "Les Savoyards ne sont pas des oiseaux, nous les verrons bien arriver."                                                            

 

À l’époque, la Savoie était un duché, un État indépendant qui ne faisait pas encore partie de la France. Ce n’est qu’en 1860 que la Savoie a été rattachée à la France. En 1602, tout comme ses prédécesseurs, le duc de Savoie Charles-Emmanuel 1er, dit "le Grand", voulait envahir Genève parce qu’elle était déjà en ce temps-là une ville riche qu'il souhaitait reprendre pour en faire sa capitale. Il désirait aussi y réintroduire la foi catholique. Sûr de lui, le duc aurait déclaré "vouloir fêter Noël à Genève".                                                                                                         

Cet assaut a été appelé l’Escalade parce que les Savoyards ont escaladé les murailles qui entouraient la ville avec des échelles: ils n’avaient pas d’autre choix puisqu'en ce temps-là Genève était entourée de fortifications. Bons tacticiens, les Savoyards avaient choisi la nuit du 11 au 12 décembre parce qu'à cette époque de l'année les nuits sont particulièrement longues et noires. Ce qu’il y a de particulier avec la bataille de l’Escalade, c’est que tous les citoyens valides, jeunes et moins jeunes, ont lutté contre les Savoyards. Alertés par le tocsin de la cathédrale, les gens ont sauté de leur lit, saisi des armes ou tout ce qui était suffisamment coupant et tranchant pour faire office d’arme et, prenant à peine le temps de revêtir quelque chose de chaud par-dessus leur chemise de nuit, sont venus prêter main-forte aux soldats. La bataille a fait rage dans tous les coins de la ville et, face à la détermination du peuple, les Savoyards ont fini par abandonner.

 

Parmi les citoyens célèbres qui ont pris part au combat, il existe une figure populaire incontournable: la Mère Royaume. La Mère Royaume, de son nom de jeune fille Catherine Cheynel, était lyonnaise. Son mari s’appelait Pierre Royaume. Tous les deux avaient fui la France et les persécutions contre les Huguenots, les protestants, pour se réfugier à Genève. Le couple avait quitté la France suite au massacre de la Saint-Barthélemy à Paris en août 1572, qui avait causé la mort de plus de trois mille protestants. Catherine et Pierre Royaume ont eu quatorze enfants, on leur connaît aujourd’hui environ six cent descendants directs encore en vie. La Mère Royaume a certainement été l'une des premières personnes à se rendre compte de la présence des Savoyards qui commençaient à envahir la ville au milieu de la nuit. La légende dit qu'en les voyant passer en bas de sa maison, elle a empoigné sa marmite de soupe aux légumes qui reposait dans sa cheminée pour la jeter sur leur tête, attirant ainsi l'attention des gardes qui, jusque-là, buvaient des coups et jouaient aux cartes bien au chaud dans leur guérite. Ils donnèrent l'alerte, et c'est à ce moment-là que la bataille a commencé.                                      

 

Grâce au geste spontané de la Mère Royaume, on mange à l’Escalade des marmites en chocolat remplies de légumes en massepain et de papillotes avec un pétard à l’intérieur. Le pétard est là pour rappeler les coups de feu qui ont retenti dans la ville cette nuit-là. Les premières marmites en chocolat ont commencé à être produites vers 1830. La tradition, c’est de casser la marmite avant de la manger. Les enfants le font à l’école, il est également courant de le faire entre collègues sur son lieu de travail. Selon la coutume, la personne la plus jeune et la plus âgée du groupe se tiennent la main et frappent un grand coup sur la marmite en prononçant la fameuse phrase: "Ainsi périrent les ennemis de la République !" Il est aussi aussi traditionnel de chanter le "Cé qu'è lainô", "Celui qui est en haut", l'hymne en patois genevois écrit en 1603.

 

00:02 Publié dans Culture, Escalade, Genève, Histoire | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

02/12/2013

Vous avez dit lys ?

lys2.jpgFrance_Ancient_svg.png

 

 

Lice, lisse & lys: étude de trois homonymes.

 

 

 

 

Le mot "lice" date du XIIème siècle. À l'origine, une lice était un espace entouré par une clôture, il s'agissait généralement d'un champ, dans lequel se déroulaient des tournois. On parlait de champions qui se mesuraient "dans la lice". Le mot a traversé les siècles en gardant une signification sportive. Aujourd'hui, une lice est soit une palissade entourant un champ de course, soit une bordure marquant la limite intérieure d'une piste d'athlétisme. On retrouve le mot dans une expression qui, elle aussi, a survécu à travers les âges: entrer en lice. Cela veut dire qu'on s'engage dans une compétition ou que l'on intervient dans un débat.

Dans le langage de la chasse à courre, une lice désigne la femelle d'un chien de chasse destinée à la reproduction. Il existe une fable de Jean de La Fontaine baptisée "La lice et sa compagne" dont voici la morale:

Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette.
Pour tirer d'eux ce qu'on leur prête,
Il faut que l'on en vienne aux coups;
Il faut plaider, il faut combattre.
Laissez-leur un pied chez vous,
Ils en auront bientôt pris quatre.

 

***

 

Le mot "lisse" est surtout connu comme adjectif. Lisse par opposition à rugueux. On parle d'une surface lisse, par exemple: sans aspérité. On utilise aussi l'adjectif dans le sens de "calme", de "paisible": l'eau lisse d'un lac, un ciel lisse. On peut aussi parler de cheveux lisses: qui ne sont pas bouclés. Ou encore d'un visage lisse: concernant un homme, cela indique qu'il est parfaitement rasé. Dans ce cas, il est également possible de recourir à l'adjectif "glabre": sans poils.                      

Une lisse en tant que substantif est un terme technique qui possède plusieurs sens selon l'environnement et la profession: un outil de cordonnier pour polir le cuir, un outil de maçon pour polir les revêtements, une machine à cylindres employée en papeterie pour égaliser la surface du papier, un terme de tissage désignant un fil de métal sur un métier à tisser et, sur un bateau, une pièce de bois ou une barre métallique fixée sur des montants et servant de rambarde.

 

***

 

Le lis ou le lys, on a le choix entre les deux orthographes, est une belle fleur odorante blanche, jaune ou rouge. On rencontre aussi le lys comme terme général pour décrire d'autres plantes: lys des vallées pour muguet et lys d'eau pour nénuphar. En poésie, au sens figuré, un "teint de lys" désigne la peau très pâle d'un visage. En littérature, le lys est le symbole de la pureté, de l'innocence.

En France, à partir du règne de Louis VII, le roi des Francs, et du siège de Damas par les Croisés en 1148, la "fleur de lys" devint l'emblème de la royauté. Louis VII aurait été le premier à choisir la fleur de lys par allusion à son nom de Loys, comme on l'écrivait en ancien français. On serait passé de "fleur de Loys" à "fleur de Louis", puis, enfin, à "fleur de lys"¹. On trouvait la fleur de lys sur les blasons et les armoiries. Une figure héraldique où elle est représentée sous une forme stylisée, jaune sur fond bleu. Pour décrire la France, d'ailleurs, on utilisait à l'époque une expression qui n'existe plus aujourd'hui: on parlait du "Royaume des lys". Cependant, plusieurs théories opposées s'affrontent à ce sujet. Pour certains historiens, il ne s'agirait pas d'une fleur de lys, mais d'un iris des marais, ou iris jaune, choisi au Vème siècle par Clovis, le premier roi des Francs, qui l'aurait mis sur ses bannières pour remplacer les trois crapauds qui les ornaient jusque-là. Pour d'autres, la forme ne représenterait pas une fleur, mais l'embout pointu et crochu de l'angon des Francs, une sorte de javelot ressemblant à un harpon: un symbolisme guerrier tout à fait en adéquation avec l'époque.

Au XVIIème siècle, le Code noir français instaurait les mutilations corporelles pour punir les esclaves noirs qui avaient tenté de s'échapper ou qui avaient commis des vols. Parmi ces mutilations, le marquage au fer rouge d'une fleur de lys. Le Code noir, promulgué par Louis XIV en 1685, était un recueil d'une soixantaine d'articles visant à régler les conditions de vie des esclaves noirs dans les colonies françaises. Vous l'aurez compris, il servait principalement à légitimer les droits du "maître" sur son esclave.

Aujourd'hui, l'emblème de la fleur de lys n'a pas disparu. Il est encore couramment repris comme motif de décoration sur des tapisseries ou des tissus d'ameublement.

Il est aussi visible à l'étranger.

Le drapeau du Québec, nommé le "fleurdisé", est composé d'une croix blanche et de quatre fleurs de lys de la même couleur sur fond azur.

La fleur de lys est l'emblème de la ville italienne de Florence, Firenze venant du latin florens qui signifie "en fleurs". Les terres sur lesquelles la ville s'est établie étaient en effet à l'origine abondamment fleuries. L'emblème figurait sur les premiers florins d'or des Médicis, et ils passèrent ensuite sur les armoiries de nombreuses familles de la noblesse italienne.

 

¹Supplément à l'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, à Amsterdam, chez M. M.Rey, libraire, 1777.

 

00:08 Publié dans Culture, Histoire, Homonymes, Jean de La Fontaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

21/11/2013

Escogriffe

 

haddock_escogriffe.jpg

 

Le mot "escogriffe" date du début du XVIIème siècle. À l'époque, un escogriffe était un voleur. L'origine du mot est obscure, mais il vient vraisemblablement d'une combinaison de "escroc" et de "griffe": un voleur qui s'empare de quelque chose avec ses mains, avec un sens de danger souligné par le terme "griffe", symbole de menace et d'agressivité. Une hypothèse renforcée par le fait qu'en argot, "griffe" est l'action de "griffer" dans le sens de "voler": "À cette époque-là, il y allait encore pas mal à la griffe"¹.

 

Au fil des siècles, la signification du mot a changé. Aujourd'hui, on l'utilise pour qualifier un homme dégingandé, c'est-à-dire grand, maigre, avec des attitudes gauches et une démarche peu coordonnée, principalement dans l'expression "un grand escogriffe". Mais la notion de danger présente à l'origine n'est jamais loin. Il reste souvent la connotation d'un individu dont l'allure louche incite à la méfiance.

 

Le mot "escogriffe" signifie déjà en lui-même "un homme de grande taille". Aussi, lorsqu'on parle d'un "grand escogriffe", il s'agit d'un pléonasme, mais qui est entré dans le langage courant. L'expression peut aussi véhiculer une idée de moquerie concernant le côté maladroit et comique d'un homme dont la démarche à l'apparence disloquée paraît bizarre. On retrouve d'ailleurs la formule dans le onzième album des aventures de Tintin, "Le secret de la Licorne", où le capitaine Haddock invective un personnage en ces termes.

 

Pour l'anecdote, "Le grand escogriffe" est le titre d'un film de Claude Pinoteau sorti en 1976 avec Yves Montand, qui raconte l'histoire d'un vieil escroc.

 

Le mot "escogriffe" possède plusieurs synonymes. Une "grande perche" désigne aussi une personne grande et maigre, de même que "grande asperge". Enfin, il existe le mot "échalas", altération d'"échelle", qui vient de l'ancien français escharat et du grec kharax, "pieu". L'emploi de ce mot pour désigner une personne suggère une maigreur associée à une certaine raideur. Et pour cause: le sens premier du mot renvoie à un pieu en bois que l'on enfonce dans le sol au pied d'un arbuste ou d'un cep de vigne pour le soutenir. Lorsqu'on décrit quelqu'un comme un "grand échalas", on compare cette personne à un long morceau de bois. L'expression détourne toutefois le sens du mot parce que le pieu en question n'est pas d'une taille immense. On a donc là une contradiction, elle aussi passée dans le langage courant.

 

¹Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007.

 

22:56 Publié dans Argot, Culture | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |