20/12/2017

Bûche

buche.jpg

 

 Un mot incontournable à quelques jours de Noël.

 

Le mot "bûche" nous vient du latin populaire buska, "bois, bosquet", lui-même issu du germanique. Nous avons vu il y a quelques semaines le mot "bouquet" qui, lui aussi, appartient à la famille étymologique du mot "bois": http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

 

Au XIIème siècle, "bûche" s'écrivait busche, puis buche à partir du XVIème siècle (Le Petit Robert). C'est au XIIème siècle que le mot revêt le sens de "morceau de bois destiné à être brûlé" que l'on connaît aujourd'hui. Son sens ancien était celui de "bois, bosquet, buisson". Il existait en effet les verbes desbuchier, "sortir d'un bois, d'une cachette", et son contraire embuschier (Le Petit Robert). 

Desbuchier a donné "débusquer" qui, dans le langage de la chasse, signifie "contraindre le gibier à sortir du bois". Dans la même famille, le substantif "débuché" ou "débucher", toujours utilisé de nos jours: il décrit le "moment où l'animal chassé sort du bois pour prendre la plaine".

Embuschier, littéralement "se mettre en embuscade dans un lieu caché", a disparu de notre vocabulaire, mais il reste le mot "embûche", anciennement "embuscade", aujourd'hui employé au pluriel dans le sens de "difficultés qui se présentent comme un piège, un traquenard" (un parcours semé d'embûches), et le terme de chasse "rembucher", "regagner le sous-bois" en parlant d'un animal.

 

À l'origine, la "bûche de Noël" était une grosse souche que l'on mettait dans l'âtre la veille de Noël pour qu'elle brûle toute la nuit. Aujourd'hui, dans le langage courant, par analogie de forme, la "bûche" est une pâtisserie servie traditionnellement pendant les fêtes de fin d'année: bûche glacée, bûche aux marrons.

 

La bûche se retrouve dans quelques expressions:

-Dormir comme une bûche: dormir très profondément. On dit aussi: dormir comme une souche.

-Une vraie bûche: une personne lourde, indolente, souvent stupide.

-Rester là comme une bûche: sans bouger, sans réagir.

-Avoir la tête dure comme une bûche: être entêté(e).

 

Une petite bûche est une "bûchette". Ce mot qualifie aussi un petit sachet tubulaire: une bûchette de sucre.

 

En Suisse romande, une "bûche" est une amende ou une contravention: "Bûche de 400 francs pour une poubelle dans la rue" (titre du 20min.ch, 2 mai 2017). L'image est celle d'une bûche que l'on n'a pas vue, contre laquelle on se cogne, et qui fait mal.

 

Un autre sens du mot "bûche" est celui de "chute" dans le langage familier: ramasser, prendre une bûche. Comprenez: se prendre les pieds dans une bûche, et tomber.

 

Le verbe "bûcher" signifie "dégrossir une pièce de bois à coups de hache". La personne qui abat les arbres dans une forêt, qui en coupe et en débite le bois est un(e) bucheron(onne). Au Québec, "bûcher" possède le sens d'"abattre des arbres". Chez nous, le verbe "bûcher" signifie aussi "enlever les saillies d'un bloc de pierre".

Dans le langage familier, "bûcher" possède un autre sens: étudier, travailler avec acharnement et sans relâche, surtout dans le domaine intellectuel: bûcher son anglais, ses mathématiques (en référence à l'effort intense qu'il faut fournir pour dégrossir une pièce de bois à coups de hache, ce qui n'est pas donné à tout le monde). Une personne qui étudie ou travaille avec ardeur est un "bûcheur", une "bûcheuse". Synonyme: bosseur, bosseuse. C'est un sacré bosseur, une sacrée bosseuse. Le verbe "bosser" est le synonyme familier de "travailler". "Bosser" car on est courbé sur son travail, avec le dos en forme de bosse. Au lieu d'utiliser le verbe "bûcher", on peut dire "bosser dur".

 

"Bûcher" peut également être employé comme substantif. Il prend alors le sens d'un "lieu où l'on empile le bois à brûler", ou d'un "amas de bois destiné à la crémation". Autrefois, le "bûcher" désignait l'"amas de bois sur lequel on brûlait les condamnés au supplice du feu, ainsi que les livres interdits". Par extension, le terme "bûcher" qualifiait aussi le supplice du feu lui-même: il/elle a été condamné(e) au bûcher.

 

Revenons à notre dessert appelé "bûche". Un film lui a été consacré: "La bûche", réalisé par Danielle Thompson, et sorti en 1999. Ce film raconte comment les préparatifs du réveillon de Noël font naître toutes sortes de remises en question au sein d'une famille.

08:24 Publié dans Chasse, Culture, Latin, Noël, Québec, Suisse romande | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |

Commentaires

Je sens que je vais "m'embuschier" (pour rester correcte;-)) jusqu'au 2 janvier.
Je ne vais tout de même pas vous souhaiter une grosse (ni une petite) bûche pour Noël, mais quelques petits sarments d'orange au chocolat.
Joyeux Noël Olivier.

Écrit par : Ambre | 20/12/2017

Merci beaucoup, chère Ambre. Vous m'avez percé à jour, j'adore les orangettes ;-) Joyeux Noël à vous aussi!

Écrit par : Olivier | 20/12/2017

Le substantif "bûcher" est aussi celui des vanités.
Depuis qu'au XVème siècle, à Florence, jour de Mardi Gras, le moine Jérôme Savonarole est ses disciples rassemblent des milliers d’objets qui ne sont utiles qu'à la vanité des hommes et les brûlent.
Si, à l'époque le feu a été important, aujourd'hui, il embraserait la planète entière. Les nouveaux "Savonarole", eux, allumeront un bûcher qui ne sera pas celui des "vanités", mais des VANITEUX.
Et que le plus fort gagne ! Il aura le droit et le plaisir de bouter le feu au bûcher. À première vue, il semblerait que Donald, très fier d'avoir une plus grosse allumette que Kim, devrait pouvoir gagner la partie.
... Et bonne année à tous

Écrit par : L'Amertume | 16/01/2018

Merci beaucoup, chère Amertume, pour ce complément d'information très intéressant. Vous m'apprenez quelque chose ! L'expression "mettre le feu" (causer une ambiance festive) en prend un sacré coup ;-) Très bonne année à vous aussi !

Écrit par : Olivier | 16/01/2018

Le “Bûcher des Vanités” de Tom Wolfe porte un regard contemporain sur ce mythe ancien, tout en redristibuant les rôles.

Écrit par : rabbit | 16/01/2018

Les commentaires sont fermés.