12/01/2017

Crash, cash, krach, etc.

krach-immobilier.jpg

 

Analyse de plusieurs mots à la prononciation très proche, voire identique.

 

Le mot "crash" nous vient de l'anglais où le mot possède de nombreux sens différents. En tant que substantif, crash signifie entre autres "accident, collision, faillite", et le verbe to crash "se briser, s'écraser, entrer en collision, décliner".

En français, "crash" n'est utilisé que comme substantif, et il possède trois significations:

1. Écrasement au sol d'un avion. Au pluriel, on écrit des "crashs". On peut aussi employer le pluriel anglais crashes.

2. Dans le langage de l'informatique, un "crash" est la détérioration du disque dur, ce qui entraîne la perte des données enregistrées: plantage et crash.

3. Dans le langage boursier, un "crash"  est la chute brutale et soudaine des valeurs: un crash du dollar.

 

On ne confondra pas "crash" et "cash", mot lui aussi anglais, mais à l'origine latine. Cash, apparu en anglais à la fin du XVIème siècle, est emprunté à l'ancien français casse, "boîte, coffre, caisse d'un marchand", mot lui-même issu du latin capsa, "boîte à livres, à papiers; boîte, coffre pour conserver les fruits" (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934). Casse a donné caissa en provençal et cassa en italien. En anglais, cash a d'abord signifié "boîte où l'on range son argent", avant d'acquérir le seul et unique sens d'"argent" au XVIIIème siècle (Douglas Harper, Online Etymology Dictionary).

En français, "cash" est entré dans le langage courant à partir du début du XXème siècle. Le mot peut être un adverbe signifiant "par un règlement comptant": payer cash (payer comptant). En tant que nom masculin, "cash" signifie "espèces": vous préférez du cash ou un chèque ? "Cash" possède aussi le sens d'"argent": faire du cash (faire des bénéfices). Enfin, comme adjectif, et dans le langage familier, "cash" signifie "franc, direct": c'est une personne cash qui dit ce qu'elle pense. Comme adverbe, "cash" prend le sens de "franchement, sans ménagement": parler cash.

 

Il existe un autre substantif que "crash" pour décrire l'effondrement des cours de la Bourse: krach. Le krach de Wall Street en 1929. "Krach" nous vient de l'allemand Krach, "craquement", lui-même issu de krachen, "craquer". À noter que le mot "krach" se prononce "craque", contrairement au mot "crash" qui, lui, se prononce "crache".

En allemand, le mot Krach dans le sens d'"effondrement des cours de la Bourse" s'est développé, comme en français, à partir de l'anglais crash. Il apparaît isolément en 1857, mais ne s'est répandu largement dans la langue allemande qu'à la suite de l'effondrement financier de la Bourse de Vienne le 9 mai 1873 (CNRTL).

Par extension, en français, le mot "krach" signifie "débâcle financière", "faillite brutale d'une entreprise".

 

Le mot "krach" possède plusieurs homonymes:

- Krak: ensemble fortifié construit aux XIIème et XIIIème siècles par les Croisés, en Palestine et en Syrie. "Krak" vient de l'arabe karak, "château fort". Rien à voir avec le "carac" ou "caraque", la pâtisserie composée de pâte sablée et de chocolat, le tout recouvert d'un glaçage de couleur verte. Ce petit gâteau est très présent en Suisse romande, mais introuvable en France. L'origine du mot "carac/caraque" viendrait du "cacao de qualité supérieure, tel que celui que produisent les environs de Caracas".¹

- Crack: poulain préféré dans une écurie de course, cheval de course exceptionnel. Le mot est issu de l'adjectif anglais crack, "excellent". En français, la formule "c'est un crack" désigne une personne remarquable dans un domaine particulier: c'est un crack en mathématiques. Mais "crack" possède aussi un sens plus sombre: dérivé fumable de la cocaïne, se présentant sous forme de cristaux. Dans ce sens-là, "crack" vient probablement du verbe anglais to crack, "casser". En argot, une "crack attaque" ou crack attack (anglicisme) est une crise de drogué en proie au manque de crack. Le mot fut saisi en 1991 à Amsterdam, dans la bouche de drogués français (Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007).

- "Crac", issu du verbe "craquer", est une onomatopée exprimant un bruit sec de choc ou de rupture, ou évoquant un événement brusque: soudain, crac, la branche se brise.

- Craque: dans le langage populaire, une "craque" est un mensonge par exagération ou vantardise, ou que l'on dit pour se justifier ou abuser quelqu'un: il nous a raconté des craques. L'origine du mot est incertaine, nous dit Littré, "à moins que l'on ne suppose que la craque est une chose qui sonne, qui craque". Selon Le Petit Robert et CNRTL, la "craque" dériverait du verbe "craquer" au sens de "se vanter faussement, mentir" qu'il avait au XVIIème siècle. En Belgique, on utilise le mot "carabistouilles", toujours au pluriel: "des carabistouilles, c'est un mensonge, ou des conneries."²

 

Pour finir, un terme bien de chez nous. En Suisse romande, une "craquée" est une grande quantité de choses: une craquée de livres; cette année, le poirier a donné une craquée de fruits. En France, on dira familièrement "flopée", "tapée", "trifouillée" ou "tripotée", et, dans le langage populaire, "chiée". Le mot "craquée" est à "comprendre: tant que le contenant (supposé) en craque, comme on dit plein à craquer. Pétée, employé dans le même sens, est également dialectal."³ Plus spécialement, on trouve en patois neuchâtelois les mots "peufnée" et "épéclée" pour parler d'une quantité importante de quelque chose.

 

***

 

¹Joseph Favre, Dictionnaire universel de cuisine pratique, Place des Éditeurs, collection "Omnibus", 2010.

²Philippe Genion, Comment parler le belge (et le comprendre, ce qui est moins simple), Éditions Points, avril 2010.

³Georges Arès, Parler suisse, parler français, Éditions de l'Aire, 1994.

Commentaires

On entend très souvent aussi, pour évoquer un accident aérien, 'scratcher', 'se scratcher', ce qui est une erreur manifeste.

Écrit par : Justinet | 12/01/2017

Merci, Justinet, d'attirer mon attention sur le verbe "(se) scratcher".

"Scratcher" est bien sûr un anglicisme. Dans le langage du sport, le verbe signifie "éliminer un joueur qui, dans un championnat, n'est pas présent à l'appel de son nom". En anglais, "to scratch" veut dire "griffer, érafler, égratigner, gratter", d'où "rayer" un nom d'une liste, "exclure".

Le deuxième sens de "scratcher", c'est "produire un effet musical sur un disque vinyle en le faisant tourner à la main et en perturbant ainsi sa rotation": le scratch est très présent dans la musique hip-hop.

Enfin, comme dans votre exemple, le verbe peut être utilisé pronominalement."Se scratcher" signifie "s'écraser contre un obstacle", et, par extension, "chuter, tomber violemment": j'ai dérapé à vélo et je me suis scratché. Il existe aussi, avec le même sens, le verbe "se crasher".

Écrit par : Olivier | 13/01/2017

En sport (au golf que vous n'aimez pas cher Olivier;-)) on dit également qu'on se scratche quand on annule son inscription à une compétition.
Je vous souhaite pour 2017 une "craquée" de riches mots et expressions à nous faire découvrir. Je ne connaissais pas cette "craquée".

Écrit par : Ambre | 13/01/2017

Oups! Je n'avais pas vu votre réponse à Justinet.

Écrit par : Ambre | 13/01/2017

Merci beaucoup, chère Ambre, mes meilleurs vœux pour 2017! J'espère continuer cette année encore à vous intéresser avec mes mots et mes digressions ;-)

Écrit par : Olivier | 13/01/2017

On a aussi le craquage (cracking) du pétrole, destiné à augmenter la qualité d'essence obtenue à partir d'un baril de brut et le craquage alimentaire, pour séparer les différents constituants d'une matière première agricole. Bonne année du Coq.

Écrit par : rabbit | 14/01/2017

Très intéressant ! Merci, rabbit, pour ce complément d'information, et bonne année à vous aussi !

Écrit par : Olviier | 14/01/2017

Vous avez craqué le code pour intéresser vos lecteurs...bravo!

Ah le Krak des Chevaliers...magnifique batisse!!

a plus

Écrit par : Marmotte savante | 24/01/2017

Chère Marmotte, vous êtes vraiment craquante ;-)

Écrit par : Olivier | 25/01/2017

Au risque de réveiller les marmottes par un printemps précoce, je vous informe que les squatters activistes & revendicatifs sont appelés “krakers“ aux Pays-Bas.

Écrit par : rabbit | 25/01/2017

Et que le “kraken“ est une créature fantastique des légendes scandinaves, décrite comme un monstre marin de grande taille et doté de tentacules, s'attaquant au bateaux. Vous vous souvenez qu'il a causé des sueurs froides au capitaine Nemo.

Écrit par : rabbit | 25/01/2017

Rabbit! Arrêtez de prendre du, euh ! de faire le crack. Mangez plutôt des crackers, avec du thé de Chine (=_=). Ma mère adorait les crackers avec son thé, ça s'appelle en Bretagne, des craquelins.

Écrit par : Ambre | 25/01/2017

Moi je mange des crackers avec le fromage, une habitude très britannique (délicieux notamment avec du stilton ;-)

Écrit par : Olivier | 25/01/2017

En effet, je les mange aussi avec du fromage. Ce sont plutôt les craquelins que l'on mangeait avec le thé. Miam le stilton, je n'en retrouve pas ici d'aussi bon qu'à Jersey où je l'ai découvert pour la première fois... avec des crackers.

Écrit par : Ambre | 25/01/2017

Gilbert S. a dit une fois qu'il dégustait le Stilton avec du Porto. Bien que le Darjeeling avec un nuage de lait et 1/8 d'once de sucre se marie bien avec le Stilton. Si vous aimez les films de Wallace et Gromit, vous saurez tout sur les britanniques fromages.

Écrit par : rabbit | 25/01/2017

Porto et chutney: l'accompagnement idéal pour le stilton (certains stiltons sont même carrément marinés dans du porto: stilton port).

Écrit par : Olivier | 25/01/2017

J'aime le côté sec du stilton et avec un doigt de Porto (blanc pour moi) ou de Sauterne. Mmm ! Délicious.
Dès que ma grippe sera passée je file aux Halles chercher du stilton et...
À déguster près d'un feu de cheminée dans un Chesterfield! (Je rêve là).

Écrit par : Ambre | 25/01/2017

Les commentaires sont fermés.