20/11/2016

Guise

guise.jpg

 

Le mot "guise" est apparu dans la langue française au XIème siècle. Il signifiait "manière, façon", notamment dans des expressions comme "en cette guise", "de telle guise" et "en nulle guise" ("en aucune façon").

 

Aujourd'hui, on rencontre le mot "guise" dans la locution "à ma, ta, sa... guise": selon le goût, la volonté propre, la manière que l'on a choisie, et non celle dictée par quelqu'un d'autre ou la société. Il est bon de laisser chacun vivre, agir à sa guise. On peut aussi dire à quelqu'un "à ta guise": comme tu voudras. Et il existe l'expression "n'en faire qu'à sa guise". Dans le langage courant, on préférera utiliser l'expression "n'en faire qu'à sa tête": se comporter selon son envie, sans se préoccuper des dérangements que cela peut causer à autrui.

La locution prépositionnelle "en guise de" signifie "à la place de, en manière de, comme": il/elle lui a donné un cadeau en guise de consolation; se servir d'un bâton en guise de canne; en guise de conclusion, je tiens à remercier toutes les personnes ici présentes.

 

Autrefois, le mot "guise" pouvait aussi revêtir le sens d'"apparence". Jean de La Fontaine nous en fournit des exemples:

Sire Guillaume, allant en marchandise,

Laissa sa femme enceinte de six mois,

Simple, jeunette, et d'assez bonne guise,

Nommée Alix, du pays champenois.

("Le faiseur d'oreilles et le raccommodeur de moules", Contes, 1665);

 

Le lendemain notre amant se déguise,

Et s'enfarine en vrai garçon meunier;

Un faux menton, barbe d'étrange guise;

Mieux ne pouvait se métamorphoser.

("La Mandragore", Contes, 1671).

 

De cet usage nous vient le verbe "déguiser", formé du préfixe "dé-" (indice de privation) et de "guise", "manière d'être". "Déguiser", littéralement "priver de son apparence", signifie en effet "vêtir quelqu'un de manière à le/la rendre méconnaissable": déguiser un homme en femme (verbe synonyme: travestir). Le verbe se décline pronominalement: se déguiser. Les enfants se sont déguisés pour la fête d'anniversaire. Par extension, le verbe "déguiser" possède aussi le sens de "modifier pour tromper; contrefaire": déguiser sa voix au téléphone; déguiser son écriture. Enfin, au sens figuré, et dans le registre littéraire, "déguiser" signifie "cacher, dissimuler": déguiser ses sentiments, ses pensées; déguiser la vérité.

En argot, le terme "les déguisés" renvoie aux porteurs d'uniforme, gendarmes ou policiers.¹

 

Le sens ancien d'"apparence" du mot "guise" se retrouve en anglais où le mot guise, "apparence de quelqu'un ou de quelque chose, surtout dans l'intention de tromper", est utilisé dans les formules in the guise of et under the guise of. Quant au verbe to disguise, composé de dis- et guise, il est issu de l'ancien français desguiser.

 

Voici deux proverbes avec le mot "guise" qui ont disparu de notre vocabulaire: "On dit proverbialement, que chacun se fait fouetter à sa guise; pour dire, qu'il dispose comme il lui plaît des choses qui le regardent. Ce proverbe est venu d'une coutume d'Espagne, où ceux qui souffrent le supplice du fouet, sont conduits sur un âne depuis un certain lieu jusqu'à un autre: & comme on se moquait d'un Espagnol, qui de peur de perdre sa gravité, ne piquait pas son âne pour le faire aller plus vite, il répondit que chacun se faisait fouetter à sa guise. On dit aussi proverbialement, chaque pays, chaque guise; pour dire, que chaque pays a ses usages."²

 

Pour conclure, relevons que le mot "guise" est aussi un nom propre, celui de la famille de Guise, branche cadette des ducs de Lorraine, qui acquit en 1504 le comté de Guise, en Thiérache, élevé en duché en 1528. En 1688, le duché passa aux Condés et, en 1832, à la maison d'Orléans.

 

¹Philippe Normand, Langue de keufs sauce piquante: l'argot des flics et des voyous, Le Cherche Midi, 2014.

²Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, tome quatrième F-JAM, À Paris, par la Compagnie des libraires associés, 1771.

10:21 Publié dans Anglais, Argot, Culture, Histoire, Jean de La Fontaine | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | |

Commentaires

Vous n'en faites qu'à votre guise et vous avez bien raison!
Quel plaisir de vous lire.
Wisa a donné Weise en allemand qui outre la manière signifie la sagesse..
A la prochaine!

Écrit par : Marmotte savante | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, chère Marmotte savante, d'être fidèle à mes billets et de mentionner l'origine étymologique du mot "guise" issu, en effet, du germanique "wisa" qui, outre "Weise" en allemand, a aussi donné "wijze", "façon, manière" et "sage", en néerlandais ;-)

Écrit par : Olivier | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Adjectif “guiscard“ en Normandie, pour une personne sage, ce qui a donnée le patronyme “Guichard“.
Equivalent de “wijzer“ en néerlandais.

Écrit par : rabbit | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Un grand merci pour toutes ces explications. J'adore

Écrit par : Isabelle | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci à vous de me lire, Isabelle !

Écrit par : Olivier | 21/11/2016

Et, lorsque Prévert utilise "guise" et "déguise" à sa guise, voilà ce que cela donne:

PROMMENADE DE PICASSO (extrait)

Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle
une pomme pose
Face à face avec elle
un peintre de la réalité
essaie vainement de peindre
la pomme telle qu'elle est
...
...
...
Et la voilà qui tourne
Dans une assiette réelle
Sournoisement sur elle-même
Doucement sans bouger
Et comme UN DUC DE GUISE qui se DÉGUISE en bec de gaz
Parce qu'on veut malgré tout lui tirer le portrait
La pomme se DÉGUISE en beau bruit DÉGUISÉ
Et c'est alors
Que le peintre de la réalité
Commence à réaliser
Que toutes les apparences de la pomme sont contre lui.
...
...
...
Et le peintre arraché à ses songes
Comme une dent
Se retrouve tout seul devant sa toile inachevée
Avec au beau milieu de sa vaisselle brisée
Les terrifiants pépins de la réalité.
Jacques Prévert / Paroles / 1946

Il est fort dommage que le peintre Degas ne se soit nommé Degaz !... Prévert aurait peut-être écrit:

... C'est un fin bec, Degaz qui mange la pomme et casse l'assiette.

Si les vers de Prévert ne devaient rien casser, et bien sachez qu'en définitive c'est Picasso qui mange la pomme et casse l'assiette.

Écrit par : L'Amertume | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, chère Amertume, pour ce passage très à propos! Et dire que j'ai "Paroles" bien en vue sur un rayon de ma bibliothèque, j'avais occulté ce poème... Prévert se révèle être une valeur sûre ;-)

Écrit par : Olivier | 28/11/2016

Un Picassiette ? Il y a en a tout plein à Mougins.

Écrit par : rabbit | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.