29/10/2016

Qu'est-ce que vous mijotez ?

magot.jpg

 

Au XVIème siècle, le verbe "mijoter" avait le sens de "faire mûrir": faire migeotter les pommes, les faire mûrir sur la paille (CNRTL). C'est de là que nous viennent les sens actuels du verbe:

- Faire cuire ou bouillir lentement, à petit feu: la soupe est en train de mijoter, du lapin mijoté, mijoter du bœuf bourguignon (le verbe est à la fois intransitif et transitif). Par extension, "mijoter" signifie aussi "préparer un mets avec soin, avec amour": il/elle aime mijoter de bons petits plats. Verbe synonyme: "mitonner", emprunté à un parler de l'Ouest, d'où nous vient également le mot "mitonnée", "panade", "mitonner" et "mitonnée" dérivant de "miton", "mie de pain" (CNRTL).¹

- Au sens figuré, "mijoter" signifie "préparer de longue main, avec soin et discrétion" en parlant d'une affaire, d'un mauvais coup ou d'une plaisanterie: mijoter un complot, sa vengeance. Verbes synonymes: manigancer, combiner, tramer, et, dans le langage familier, magouiller, trafiquer. Le verbe "mitonner" aussi possède ce sens figuré de "préparer tout doucement en vue d'un résultat": se mitonner un avenir confortable.  

- Autre sens figuré de "mijoter": dans le langage familier, et employé intransitivement, "mijoter" prend le sens de "attendre en réfléchissant, patienter", le plus souvent avec une connotation négative: on va le/la laisser mijoter (dans son jus). Verbe synonyme: mariner (au sens figuré, "rester longtemps dans un lieu ou dans une situation désagréable", par similarité avec un aliment que l'on fait tremper plusieurs heures, voire une nuit entière, dans une marinade). Laisser quelqu'un mariner (dans son jus), mariner en prison.

Autrefois, "mijoter" se comprenait aussi familièrement dans le même sens que "mignoter": traiter délicatement, de manière caressante, dorloter. Mijoter un enfant. Et l'on parlait de "mijoteries" pour désigner des "manières caressantes", des "câlineries": "Mais le père n'aimait pas beaucoup toutes ces mijoteries, et Sylvinet fut obligé d'aller au lit tout de suite après souper, sans rien dire, car la fatigue le surmontait", George Sand, La Petite Fadette, 1849.

"Mijoter" est issu de l'ancien français mijot (Petit Robert), musgode (Petit Larousse) ou migoe, migeot, "fruitier, lieu où l'on conserve les fruits; provision de vivres", l'ancien substantif migoe, migeot étant lui-même une variante de musjoe, musgot (CNRTL). "De même que les fruits placés dans le mijot y mûrissent lentement, les plats qui mijotent atteignent leur perfection à petit feu."² Tous ces mots pourraient tirer leur origine du germanique. En effet, en allemand, Mus veut dire "compote de fruits" ou "purée", un plat mijoté pouvant s'apparenter à une bouillie.³ Dans la même famille, en référence à la notion de provision de vivres, le mot familier "magot", altération de l'ancien français mugot (de musgot), par croisement avec macault, magault, "poche, besace, bourse" au XVIème siècle (CRNTL). Un "magot" est une somme d'argent amassée et mise en réserve. Dans le langage courant, on parle d'"économies". Autre terme, mais qui est aujourd'hui vieilli, le "bas de laine" désigne l'argent que l'on a économisé ou la cachette dans laquelle on l'a placé (d'après la coutume attribuée aux paysans de garder leurs économies dans un bas de laine).

Un "magot" est aussi un singe à queue rudimentaire du genre macaque vivant en Afrique du Nord et à Gibraltar. Le magot est actuellement une espèce menacée. Autrefois, il existait l'expression "laid comme un magot" pour parler d'un homme au physique très ingrat. Plus généralement, on utilisait le terme "magot" pour décrire une personne très laide, très grossière et/ou très sotte. Aujourd'hui, outre le singe, le magot renvoie à une figurine de l'Extrême-Orient en porcelaine, pierre ou jade, représentant un personnage obèse, souvent hilare ou grimaçant, nonchalamment assis. Dans ce contexte, le mot "magot" nous vient "de Magog, Magos, nom associé à Gog, Gos dans les légendes et romans du Moyen-Âge pour désigner des peuples barbares, souvent représentés comme des êtres horribles, ou leurs chefs. Ces noms sont tirés de la Bible: dans Ézéchiel, 38 et 39, Gog est le nom du roi du pays de Magog, en Asie mineure, qui devait venir à la tête de nombreuses armées pour détruire Jérusalem et la Terre Sainte; dans l'Apocalypse 20, 7-10, Gog et Magog désignent des peuples conduits par Satan contre Jérusalem" (CNRTL).

Le Littré considère l'origine du verbe "mijoter" comme incertaine, mais précise tout de même: "Le Berry a mijé, mijat, mijot, pain émietté, et mijou, mangeur de mie. Mijoter ne serait-il pas réduire comme en mie ? Mije est d'ailleurs une des formes de mie. Au Mans, on a migeoter, mûrir sur la planche, et migeot, lieu où l'on conserve les fruits."

¹&³Pour en savoir davantage sur la panade et le mot allemand Mus:  http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...

²Dictionnaire de l'académie des gastronomes, Éditions Prisma, Paris, 1962.

10:02 Publié dans Allemand, Bible, Culture, George Sand | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |

Commentaires

Hasard ou prémonition?

Le peuple des Magogs: ce peuple est-il barbare dans son entier ou ne serait-ce peut-être que les chefs démagogues des Magogs ?...

Dès lors, ce matin, au vu de certains résultats (provisoires) d'élections, pouvons-nous dire, qu'Olivier Schopfer est un meilleur pronostiqueur que tous les instituts de sondage américains ou même planétaires ?

Écrit par : L'Amertume | 09/11/2016

Répondre à ce commentaire

Hélas, chère Amertume, mille fois hélas, au moment où j'écris le résultat provisoire a été confirmé :-( Et je pressens que ce qui se mijote n'aura rien de bon...

Écrit par : Olivier | 09/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.