18/08/2016

Bagage(s)

baggage-carousel-419941.jpg

 

Un mot d'actualité puisque c'est encore le temps des vacances, et que "bagage" rime avec "voyage".

 

Le mot "bagage" nous vient de l'ancien français bagues, "paquets". Bagues serait d'origine incertaine, nous dit Le Petit Robert. Le dictionnaire de l'Académie française, quant à lui, précise que ce mot est probablement issu de baga ou bage, formes dialectales d'Italie du Nord, ou de l'ancien provençal baga, "sac".

Une autre piste se dessine si l'on prend en compte l'étymologie anglaise du mot baggage, réplique de notre "bagage" français, terme que l'on retrouve dans les aéroports sous la forme des expressions baggage claim et baggage carousel, lieu où nous récupérons nos valises sur un tapis roulant. En anglais, le mot bag, "sac", appartient à la même famille, et, selon le Douglas Harper Online Etymology Dictionary, son origine remonterait au vieux norrois baggi, mot lui-même d'origine celte, duquel notre bagues pourrait bien également découler. Le norrois était la langue parlée à l'époque des Vikings, du VIIIème au XIème siècle, l'ancêtre des langues scandinaves.

 

Anciennement, le mot "bagage" désignait le matériel d'une armée. C'est de là que nous vient l'expression "partir avec armes et bagages", c'est-à-dire avec tout l'équipement dont on a besoin. Et l'expression "se rendre avec armes et bagages", littéralement en livrant tout son matériel, signifie au sens figuré que l'on abandonne une lutte, un combat, que l'on accepte une entière défaite.

 

Plus tard, à partir de la deuxième moitié du XVIIIème siècle, le mot "bagage" s'employait exclusivement au singulier pour parler des effets, des objets que l'on emportait avec soi en voyage: n'avoir qu'une brosse à dents et une chemise pour tout bagage. Il nous reste de cette époque les expressions "bagage à main", "petit sac facile à transporter", que l'on a le droit d'embarquer à l'intérieur d'un avion, par exemple, l'équivalent d'un "bagage cabine", et "plier bagage", "s'en aller, partir": c'est la fin de la saison, les touristes plient bagage. Anciennement, on disait "trousser bagage", et, dans le même registre, l'expression "à trousse-bagage" signifiait "en toute hâte".¹

 

Aujourd'hui, nous utilisons le plus souvent le mot au pluriel. Les bagages: l'ensemble des valises, des sacs, des mallettes et des paquets qu'emporte un voyageur. Préparer, faire, défaire ses bagages; faire enregistrer ses bagages; excédent de bagages; la soute à bagages d'un avion, le filet à bagages d'un compartiment de train, le coffre à bagages d'une voiture; chariot à bagages (synonyme: Caddie, voir http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...). Mais on peut bien sûr aussi aller déposer un seul bagage à la consigne, de même que l'on peut posséder plusieurs bagages à main.

 

Au sens figuré, le mot "bagage" employé au singulier seulement désigne l'ensemble des connaissances ou des expériences acquises par une personne dans une discipline, une profession ou un art: bagage littéraire ou scientifique, bagage intellectuel. On parle aussi de "bagage familial": héritage familial, ce qui est transmis de génération en génération. Il/Elle n'a jamais réussi à se débarrasser de son lourd bagage familial.

 

La personne chargée de la manutention des bagages dans un hôtel, une gare ou un aéroport est appelée "bagagiste". Le terme renvoie aussi, depuis la fin des années 1980, à un fabriquant de bagages, d'articles de voyage.

 

Un "porte-bagage" ou "porte-bagages" est un dispositif permettant de placer des affaires sur la partie arrière d'un vélo.

 

Enfin, on ne confondra pas "bagage" avec "baguage", "action de baguer un oiseau pour le distinguer des autres", technique notamment utilisée en ornithologie pour suivre les oiseaux migrateurs, et, en horticulture, "entaille annulaire des branches d'un arbre fruitier ou de la vigne", entaille destinée à arrêter la descente de la sève pour accélérer la fructification.

 

¹François Noël et L.-J.Carpentier, Philologie française ou dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, Paris, Le Normant Père, Libraire, 1831.

11:26 Publié dans Anglais, Culture, Homonymes | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour cher Monsieur!

Bravo pour votre prestation sur le chou à la RTS.

J'aimerais vous faire partager ce que je viens de trouver au fond de mon terrier: le mot-valise...un sacré bagage me direz-vous!

Les mots composés par télescopage réunissent la tête d'un mot et la queue d'un autre. Ils sont nommés mots-valises ou mots-portemanteaux. On amalgame deux mots sur la base d'une homophonie partielle, de sorte que chacun conserve la plus grande partie de sa physionomie lexicale d'origine.

Écrit par : Marmotte savante | 23/08/2016

Merci beaucoup, chère Marmotte savante. Quelle agréable surprise d'apprendre que les terriers ont des postes de télévision :-)
Et merci pour votre complément d'information sur les mots-valises dont voici deux exemples:
- Franglais: français et anglais
- Informatique: information et automatique.
Précisons pour conclure que "mot-valise" est traduit de l'anglais "portemanteau word", une création de l'écrivain anglais Lewis Carroll.

Écrit par : Olivier | 23/08/2016

INVENTAIRE* ou Valise (petite) de mots

Ville aux canaux sans aigage
Volatile sans baguage
Voilier sans bastingage
Vin sans catalogage
Vieux marron sans débogage
Voie d’eau sans dragage
Végétal sans aucun élagage
Voie maritime sans endigage
Var, département sans flingage ?
Ville de Marseille sans dézingage ?
Va-nu-pieds sans gage
Voix sans vrai langage
Vivres distribués sans largage
Vélocipède sans porte-bagage
Venelle sans aucun taggage
Vaisseau sans le moindre tangage
Verger néerlandais sans wagage
Vis sans plus de zingage.

Voyageur sans bagage et…
Vuitton, le maroquinier: cent bagages.

*Merci à Jacques Prévert

Écrit par : L'Amertume | 30/08/2016

Merci, chère Amertume, et bravo ! Je suis un grand fan de Prévert ;-)

Écrit par : Olivier | 30/08/2016

Bonjour Olivier,

Je viens de découvrir un dictionnaire qui devrait vous intéresser :
"Dictionnaire des Mot Rares et Précieux / Domaine du Français dirigé par Jean-Claude Zilberstein". Livre de poche 10/18 (No 2782). Mais peut-être connaissez-vous déjà cet ouvrage et, dès lors, vous n'auriez aucune difficulté à "traduire" la phrase qui suit:

Dans son œnomanie, entendant une souris guiorer dans une moyette, l'homme imaginait percevoir la mélodie d’un manichordion désaccordé.

Écrit par : L'Amertume | 01/09/2016

Merci, chère Amertume, de me signaler ce livre. Je ne le connaissais pas! J'ai trouvé ce lien sur Internet:
http://golfes-dombre.nuxit.net/mots-rares/a.html. Je pense qu'il s'agit du même dictionnaire...
Très utile pour décoder votre "précieuse" phrase ;-)

Écrit par : Olivier | 01/09/2016

Bonjour,

Je viens de découvrir votre blog en cherchant des renseignements sur le mot "amertume", mot qui visiblement est très présent sur votre blog (sourire).

Je vois qu'il n'est pas possible de faire de recherche par mot. Pouvez-vous me dire si vous avez écrit quelque chose à ce sujet ?

Je suis une passionnée des mots, de leur(s) signification(s), de leur(s) origine(s), des découpages éventuels que l'on peut faire avec.... et ce que je viens de lire ici me plait énormément. Je me suis d'ailleurs inscrite à la newsletter afin de suivre vos prochaines publications.

Très belle continuation.

Isabelle

Écrit par : Isabelle | 26/10/2016

Bonjour,

Quelle belle idée ce blog.

Je l'ai découvert en cherchant des infos sur le mot "amertume". J'ai trouvé certains renseignements mais je suis restée sur ma faim et je ne sais pas où chercher.

Peut-être avez-vous étudié ce mot dans votre blog mais je ne vois pas comment le vérifier étant donné qu'il n'y a pas de zone de recherche.

Je suis ravie d'être tombée sur votre blog et je me suis inscrite à la newsletter pour ne rien manquer de vos publications.

J'adore les mots et je m'adonne de temps en temps à la poésie et à la rédaction de textes au hasard de mon inspiration.

Je vous remercie d'avance de votre réponse et je vous souhaite de belles aventures avec d'autres mots.

Isabelle

P.S.: j'adore aussi Prévert

Écrit par : Isabelle | 27/10/2016

Chère Isabelle, merci beaucoup pour l'intérêt que vous portez à mon blog. Je suis enchanté de vous avoir comme lectrice !

Je n'ai rien écrit au sujet de l'amertume. Mais voici quelques pistes. "Amertume" qualifie une saveur amère: l'amertume du café, la légère amertume des endives. Au sens figuré, l'amertume est un sentiment durable de tristesse et de déception mêlé à de la rancœur suite à une humiliation, une déception ou une injustice. Mots synonymes: découragement, dépit, ressentiment. Enfin, l'amertume renvoie aussi à une maladie des vins, responsable de leur goût amer désagréable: on parle de "maladie de l'amer" ou de "maladie de l'amertume".

Pour conclure, permettez-moi de citer Flaubert, l'un de mes auteurs préférés avec Prévert ;-) "Toute l'amertume de l'existence lui semblait servie sur son assiette, et, à la fumée du bouilli, il montait du fond de son âme comme d'autres bouffées d'affadissement. Charles était long à manger; elle grignotait quelques noisettes, ou bien, appuyée du coude, s'amusait, avec la pointe de son couteau, à faire des raies sur la toile cirée": Madame Bovary, 1857.

Bien à vous, Olivier

Écrit par : Olivier | 27/10/2016

Antoine Furetière, dans son Dictionnaire de 1690, se réfère à Charles du Fresne (dit "Du Cange") pour rattacher "bagage" au bas-latin "baga" (coffre). Dans le dictionnaire latin-français Gaffiot, rien ne permet de le confirmer. Mais, le tout moderne Wiktionnaire propose une piste intéressante:
«Bagage: de l’ancien français baguer (faire ses bagages) et -age, plus avant, de "bagues" (paquet, bagages). On note que de Eguilaz dérive le mot de l’arabe بقجة, bacache (paquets), et considère que le terme a été introduit en Europe par les Croisés. Le philologue espagnol s'appuie sur l'attestation du mot dans nombre d'auteurs arabes dont Abulfeda (Annales, IV, 230). Ce même étymon est également attesté dans Les Mille et Une Nuits selon l'italien Luigi Rinaldi. Ce dernier remarque que le mot est assez usité en Syrie mais serait d'origine persane, ce qui est aussi l'avis de Lammens, le mot n'appartenant pas à la langue classique. Toutefois, et il faut le souligner, la supposée persanité du terme ne peut se défendre du seul fait que بقجة n'est pas dans les dictionnaires de l'arabe classique».
Conclusion: les bagages étaient dans le paquetage des Croisés.

Écrit par : rabbit | 27/10/2016

Merci, rabbit, pour ce nouvel éclairage tout à fait intéressant!

Écrit par : Olivier | 27/10/2016

Les commentaires sont fermés.