10/07/2016

Davantage ou d'avantage ?

img_on_ecrit_davantage_ou_d_avantage_7465_300.jpg

Une faute d'orthographe très courante est d'écrire "d'avantage" au lieu de "davantage".  Ces deux homonymes n'ont pourtant pas le même sens. Éclaircissement.

 

"Davantage" est un adverbe qui signifie "plus", que ce soit en quantité, en intensité ou en durée.

 

Voici quelques exemples de son utilisation:

-"Davantage" peut modifier un verbe: je vous en parlerai davantage la prochaine fois que nous nous verrons; cela me plaît davantage; je vous conseille de ne pas manger davantage; il/elle en veut toujours davantage. Les trois derniers exemples montrent qu'en fin de phrase, "davantage" est généralement préféré à "plus".

-"Davantage" peut modifier un substantif: je ne vous ferai pas davantage de reproches, mais ne vous comportez plus de cette manière. Suivant la construction grammaticale, le substantif peut être repris par le pronom "en": voici de l'argent, n'en demandez pas davantage.

-"Davantage" peut modifier le pronom neutre "le" en fonction d'attribut et représentant un adjectif employé avec le verbe "être": son frère est intelligent, mais sa sœur l'est davantage; le bonheur est précieux, mais je trouve que la santé l'est davantage.

 

Il est très courant d'augmenter l'intensité de l'adverbe "davantage" en le couplant à un autre adverbe: le bonheur est précieux, mais la santé l'est bien davantage/davantage encore. "Davantage" signifie alors "encore plus".

 

Il existe aussi les locutions "davantage de" et "davantage que":

-"Davantage de" signifie "plus de": mettez davantage de lumière; il me faudrait davantage de temps.

-"Davantage que"  signifie "plus que": ce poème me touche davantage que le précédent.

 

Autrefois, il était courant d'utiliser l'adverbe "davantage" dans le sens de "plus longtemps": je vous ai demandé de ne pas rester davantage; j'ai obéi sans tarder davantage. Mais cet emploi est aujourd'hui vieilli dans le langage de tous les jours.

 

***

 

"D'avantage" résulte de l'addition de la préposition "de" et du substantif "avantage" qui a pour sens "bénéfice,  gain, intérêt, profit". "D'avantage" apparaît le plus souvent dans une phrase négative: je ne vois pas d'avantage à un tel changement; je n'ai pas tiré d'avantage de cette collaboration. Autrement dit: je ne vois aucun avantage/intérêt à un tel changement; je n'ai tiré aucun avantage/bénéfice de cette collaboration.

On rencontre aussi la forme "d'avantages", formée par la préposition "de" et du substantif "avantage" au pluriel: déménager représenterait plus d'inconvénients que d'avantages (que de bénéfices).

Attention, on peut trouver "davantage" et "d'avantages" dans la même phrase: déménager représenterait davantage d'inconvénients que d'avantages !

 

***

 

En résumé, si vous pouvez remplacer le mot par "plus (de)", il convient d'employer l'adverbe "davantage".

Si vous pouvez remplacer le mot par "de bénéfice(s)", il s'agit de "d'avantage(s)".

 

12:42 Publié dans Culture, Grammaire, Homonymes | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |

Commentaires

« Le sage se réfugie dans les livres des Anciens où il n'apprend que de pures arguties de langage. Le fou aborde les réalités et en fait l'épreuve de près ; il acquiert par là, si je ne me trompe, le véritable bon sens. C'est ce qu'Homère paraît avoir bien vu, tout aveugle qu'il était, quand il dit : "Le fou s'instruit à ses dépens." Il y a en effet deux obstacles principaux qui empêchent de parvenir à la connaissance des choses : l'hésitation, qui répand une fumée sur l'esprit, et la crainte, qui à la vue du péril vous détourne d'agir. Mais la Folie vous en délivre à merveille. Peu de mortels comprennent les nombreux AVANTAGES qu'il y a à être sans hésitation et à tout oser. »
(Érasme, Éloge e la Folie)

« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes ; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices, aussi bien que des plus grandes vertus ; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup D'AVANTAGE, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent, et qui s'en éloignent. »
(Descartes, Discours de la méthode).
(Étrange ce "beaucoup d'avantage". Non?)

« Il faut déjà passablement d'intelligence pour souffrir de n'en avoir pas DAVANTAGE. Rien de plus fat qu'un niais. »
(André Gide, Journal).

La rêverie a davantage d'avantages (ouille) que l'agitation qui semble davantage en vogue. (Hum! Atroce mon exemple. Il me faudrait approfondir davantage le sujet (*_*))

Bonne semaine Olivier.

Écrit par : Ambre | 10/07/2016

Merci, Ambre, pour ces citations. Votre exemple est excellent. En revanche, le " beaucoup d'avantage" de Descartes est en effet étrange et ne semble obéir à aucune règle... Personnellement, j'aurais écrit "beaucoup davantage": beaucoup plus...

Écrit par : Olivier | 10/07/2016

Je vous envoie ce petit message
Afin d’en connaître davantage !
Descartes avait-il vraiment avantage
À écrire «… beaucoup d’avantage» ?
Ou ne serait-ce pas davantage
Une erreur de l’éditeur, un ratage,
L’oubli d’un «s» à «avantages». ?
Ou alors un simple colmatage ?
Un presque pléonasme, pas davantage.
Et ainsi que déjà dit, si écrit «davantage»,
N’aurait-il pas alors mérité, à son avantage,
Virgule entre lui et l’adverbe «bi-étage».
Oui, «bi-étage», simple truc de bas-étage
Là pour la rime, un pauvre rattrapage
Et dire que l’adverbe «davantage»
Avait reçu synonyme en héritage.

Écrit par : L'Amertume | 17/07/2016

Merci, chère Amertume, pour votre poème qui est bien plus qu'un simple babillage ;-) Toujours un plaisir de vous lire.
Après une vérification approfondie dans plusieurs éditions différentes du "Discours de la méthode" de Descartes, il apparaît qu'il n'y a finalement aucune erreur.
Le texte dit: "ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup/bien DAVANTAGE, s'ils suivent le droit chemin, que ne font ceux qui courent, et qui s'en éloignent". Cela me semblait en effet la seule orthographe possible dans ce contexte...
J'ignore quelle édition du texte possède Ambre, mais il s'agit vraisemblablement d'une coquille...

Écrit par : Olivier | 17/07/2016

En effet, c'est bien : "beaucoup davantage". Je n'ai fait qu'un copier/coller du texte trouvé via Google et, je ne sais plus où ni donc, dans quelle édition; il s'agissait effectivement d'une coquille. Ne m'en demandez pas davantage (*_*)!

L'avantage de cette coquille est d'avoir inspiré L'Amertume "beaucoup davantage".

Écrit par : Ambre | 17/07/2016

Bonjour!

avec la fin des jeux de Rio je me suis rappelé votre chronique et voulait signaler le terme d'avantage dans le cadre de courses sportives :tel cavalier a pris l'avantage sur tel autre...bon ..je n'insiste pas davantage d'autant que je n'en tirerai aucun avantage...

Écrit par : Marmotte savante | 23/08/2016

Les commentaires sont fermés.