23/12/2015

Boule

boules de Noël.jpg

 

Après les guirlandes d'il y a deux ans, les sapins et les cadeaux de l'année dernière, analyse d'un autre mot de circonstance en cette période de fin d'année.

 

Le mot "boule" vient du latin bulla qui possède plusieurs sens: bulle d'eau; tête de clou pour l'ornement des portes; bouton de baudrier; clou qui sert à marquer les jours heureux ou malheureux; bouton ou bille mobile dans une horloge à eau; bulle [petite boule d'or que les jeunes nobles portaient au cou jusqu'à l'âge de dix-sept ans] (Dictionnaire Gaffiot latin-français, 1934).

 

"Boule" qualifie un objet façonné en forme de sphère. En cette période des fêtes, les boules de Noël que l'on accroche au sapin tiennent bien sûr la vedette. Une autre boule de saison: la boule de neige, faite de neige tassée, que les enfants aiment se jeter à la figure lors d'une "bataille de boules de neige". La boule de neige figure dans la locution "faire boule de neige": littéralement "augmenter de volume en roulant" et, au sens figuré, "grossir, prendre de l'importance": ses propos maladroits ont fait boule de neige. On ne confondra pas la "boule de neige" avec la "boule à neige": boule en verre ou en plastique transparent contenant un motif décoratif, de l'eau et des paillettes, et qui se met à neiger lorsqu'on la manipule.

 

Il existe toutes sortes d'autres boules, en voici quelques-unes:

-Boule à thé: petite sphère métallique dans laquelle on place des feuilles de thé que l'on laisse ensuite infuser dans de l'eau chaude.

-Boule de glace, que l'on dépose sur un "cornet" en biscuit, appelé aussi "tulipe" en raison de sa forme allongée.

-Boule puante: accessoire de farces et attrapes qui libère une odeur nauséabonde d'œuf pourri.

-Boules Quies (marque déposée): petites boules de cire que l'on met dans les oreilles pour s'isoler du bruit. En latin, quies est un adjectif signifiant "calme, paisible", qui a donné quietus, "qui est en repos, qui est dans le calme, qui n'est pas troublé" (Gaffiot). En français on a le mot "quiétude" et en anglais l'adjectif quiet, "tranquille, silencieux", ainsi que le substantif quietness, "tranquillité, calme". 

-Boule à facettes: boule rotative recouverte de petits miroirs qui réfléchissent la lumière. Cette ambiance lumineuse festive était très en vogue durant la période disco, à la fin des années 1970.

-En Belgique, on désigne par le terme "boule de laine" une pelote de laine.

-Toujours en Belgique, une "boule" (ou "bouboune") est aussi un bonbon, une friandise sucrée: une "boule sure", un bonbon acidulé¹; une "boule de gomme", bonbon à la gomme aux arômes de fruits. La boule de gomme a donné l'expression "mystère et boule de gomme", qui qualifie quelque chose de très mystérieux. À l'origine de cette expression, l'allusion à une autre sorte de boule: la "boule de cristal" utilisée par certaines voyantes pour lire l'avenir. Si l'on remplace la transparence du verre par la matière opaque de la gomme, la voyante ne pourra plus rien voir et le mystère restera donc impénétrable.

-En Suisse romande, la "boule de Berlin", Berliner Pfannkuchen en allemand, est un gros beignet fourré, généralement à la confiture de framboise. Cette pâtisserie aurait été créée à Vienne à la fin du XVIIème siècle à l'occasion du carnaval, avant de conquérir l'Allemagne.

-Enfin, dans le sens de "corps plein sphérique de métal, de bois ou d'ivoire que l'on fait rouler dans certains jeux", il y a la boule de billard, de pétanque, de bowling et de flipper.

 

La boule se retrouve aussi dans plusieurs expressions:

-Avoir une boule dans la gorge: avoir la sensation d'étouffer à cause d'un sentiment d'angoisse.

-Avoir les yeux en boules de loto: avoir les yeux exorbités.

-Être, se mettre en boule: être, se mettre en colère. Cette expression fait référence au chat qui gonfle ses poils et fait le dos rond en signe de menace lorsqu'il a peur.

-Avoir les nerfs en boule: être très énervé, furieux. On dit aussi: avoir les nerfs en pelote (par allusion à la pelote de laine).

-Avoir les boules (registre familier): en avoir assez, être énervé. Ici, les boules sont à comprendre dans le sens de "testicules". Expression synonyme, elle aussi dans le registre familier: avoir les glandes.

-Toujours dans le registre familier, on emploie le mot "boule" pour désigner la tête. Cela a donné lieu à quelques expressions: perdre la boule (déraisonner, devenir fou); avoir la boule à zéro (avoir le crâne rasé); coup de boule (coup donné de la tête).

En argot, "boule" est masculin: "C'est bien ici du boule et non de la boule qu'il s'agit. Le mot désigne, dans ce cas, les fesses. Origine: le langage des prisons."²

 

***

 

Une petite boule est une "boulette": de viande, de riz, de poisson ou de légumes. Et en français familier, "boulette" qualifie une gaffe, une maladresse. Faire une boulette: commettre une bévue.

La boule se rencontre aussi en verbe: "bouler", dans le langage familier, signifie "rouler par terre en se mettant en boule: il/elle a boulé jusqu'au bas de l'escalier. Et l'expression "envoyer bouler quelqu'un" a le sens de "renvoyer, éconduire une personne avec une grande brusquerie". En langage d'acteur de théâtre, "bouler" prend le sens de "parler beaucoup trop vite, avec les funestes conséquences que cela peut avoir"³: autrement dit, "bafouiller, trébucher sur ses mots".

"Bouler" a donné "boulotter", "manger" dans le langage familier, l'équivalent de "bouffer". Au XIXème siècle, au sens figuré, "boulotter" signifiait "dépenser": boulotter de l'argent. Au XIXème siècle également, "boulotter" avait aussi le sens de "se laisser vivre, vivoter, aller son train" (CNRTL et Petit Robert). Dans la même famille, le substantif "boulot", "travail", toujours dans le langage familier: aller au boulot, chercher du boulot. Synonymes: emploi, job. Précisons que l'hypothèse d'une dérivation sémantique de "bouleau", "bois difficile à travailler et qui donne beaucoup de travail aux menuisiers", d'où "travail pénible", semble peu probable (CNRTL). Enfin, citons l'adjectif "boulot, boulotte": gros et court. Adjectif synonyme: trapu. Cet adjectif est principalement utilisé au féminin pour parler d'une femme petite et rondelette: elle est boulotte. En boulangerie, un "pain boulot" est un pain court et cylindrique.

 

***

 

¹Philippe Genion, Comment parler le belge et le comprendre (ce qui est moins simple), Éditions Points, avril 2010.

²&³Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, le français argotique et familier au XXIème siècle, Éditions Denoël, 2007.

09:48 Publié dans Anglais, Argot, Belgique, Culture, Homonymes, Latin, Noël, Suisse romande, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |

Commentaires

Merci pour ce tour de boule très complet. On en est tourneboulé. A ce propos, vous n'avez pas mentionné le petit boulé, bien connu des cuisiniers et cuisinières.
C'est un des états du sirop de sucre lors de la préparation des confitures.
Le petit boulé correspond à une température de 38° ; le petit boulé est atteint lorsqu'une goutte versée dans l'eau froide forme une boule de la consistance d'une boule de gomme. On dit aussi que le sirop est au boulé.

Écrit par : Monique Tomson | 23/12/2015

Merci beaucoup, Monique, pour ce complément d'information. Je ne connaissais pas du tout ce "petit boulé", me voilà maintenant au parfum (délicieux des confitures :-)

Écrit par : Olivier | 23/12/2015

C'est un vrai régal de vous lire, je n'avais pas envie que ce billet s'arrête!
Il y a aussi le jeu de "la boule" au casino...
La boule à facettes des discothèques est aussi utilisée dans la kiné vestibulaire (l'optocinétique).
"Mystère et boule de gomme", j'avais oublié cette expression que nous utilisions quand j'étais jeune (hum!).
Joyeux Noël.. avec ou sans boules.

Écrit par : Ambre | 23/12/2015

Merci, chère Ambre. Joyeux Noël à vous aussi !

Écrit par : Olivier | 23/12/2015

La boule athée est une boule mise à l’index par la Curie romaine. Celle-ci ne doit point être confondue avec d’autres boules ayant l’oreille des Cardinaux. Des sphères qui posent la question lancinante suivante: «Et Dieu qui est-il ?». Les Cardinaux les surnomment d’ailleurs, sphères d’agnostiques ou plus prosaïquement «Boules Qui-est-ce».

Il y a fort longtemps, pour d’autres boules, après qu’un ecclésiastique au crâne chauve (la boule à zéro, la boule de billard ou encore la tonsure de chauve), ait tâté la virilité du Pape en annonçant, boule dans la gorge, «Duos habet et bene pendentes» (Traduction libre : «Il a deux boules bien pendantes), les dits Cardinaux, répondaient «Deo gratias». (Traduction libre encore: «Merci mon Dieu, beau boulot!»

Il ne s’agirait que d’une boulette de l’Histoire qui aurait «inventé» cette légende. Les légendes historiques sont de loin moins grave que lorsque celle-ci a perdu la boule à Berlin dans les années 20. Là, malheureusement, il ne s'agissait point d'une légende.
L'Histoire continuera ses «grosses conneries» dans le futur. Elles restent «mystère et boule de gomme» et pourtant, il n’est pas nécessaire de lire dans une boule de cristal pour déterminer qui pourraient être les acteurs de la prochaine de ses boulettes. Certainement une équipe qui ne sera que boule de haine faisant bouler quelques innocents. Là, la curée, ne sera pas romaine. À Rome, il n’y a ni Papesse, ni curée!

Bonne année à tous!... Espérant qu'elle reste "quies" malgré tout!

Écrit par : L'Amertume | 27/12/2015

Merci, chère Amertume, pour ce florilège de bons mots. Très bonne année à vous aussi, en espérant vous trouver toujours autant en verve en 2016 !

Écrit par : Olivier | 28/12/2015

Coucou L'Amertume : bonne année à vous aussi. Toujours plaisir de vous lire.
Et bonne santé!
(Géniale votre "boule athée", c'est à devenir maboule toutes vos trouvailles;-))

Écrit par : Ambre | 28/12/2015

Les commentaires sont fermés.