06/01/2016

Parti ou partie ?

images_justice_696933766.jpg

 

Les mots "parti" et "partie" possèdent de nombreuses significations différentes et se retrouvent dans plusieurs expressions sujettes à confusion.

 

Commençons par l'expression "prendre à partie" que l'on a tendance à vouloir orthographier "prendre à parti" sous l'influence d'une autre expression que nous verrons plus tard: "prendre parti".

"Prendre quelqu'un à partie" signifie "imputer à quelqu'un le mal qui est arrivé" et, par extension, "attaquer quelqu'un": les manifestants ont été pris à partie par les forces de police. Une expression synonyme, elle aussi avec le verbe "prendre": s'en prendre à quelqu'un, c'est-à-dire s'attaquer à une personne en la rendant responsable; incriminer, mettre en cause quelqu'un. Je n'y étais pour rien, mais il s'en est pris à moi. Il existe aussi l'expression "il/elle ne peut s'en prendre qu'à lui/elle-même": il/elle est responsable de ses propres malheurs.

Attention à ne pas confondre "s'en prendre à" avec toute une série d'autres expressions:

- Se prendre de: se mettre à avoir. Se prendre d'amitié, d'affection pour quelqu'un. Verbe synonyme: éprouver.

- Se prendre à: se mettre à faire quelque chose, généralement sans l'avoir prémédité. Se prendre à espérer, à penser. Cet usage est littéraire.

- S'y prendre: agir d'une certaine façon dans le but d'obtenir un résultat précis, être plus ou moins habile à faire quelque chose. Il/Elle voulait attirer mon attention, mais il/elle s'y est mal pris(e); je ne sais pas comment m'y prendre pour obtenir une augmentation; s'y prendre à deux/plusieurs fois: recommencer. Au Québec, on dit "avoir le tour": il/elle a le tour avec les enfants. "S'y prendre" suivi d'une précision de temps signifie "se mettre à s'occuper de quelque chose": s'y prendre à l'avance/à temps/trop tard.

- Se prendre pour: se considérer comme, se croire. Se prendre pour un héros, un génie. Péjorativement, on dira de quelqu'un qui prend de grands airs: pour qui se prend-il/elle ? Dans le même registre, les expressions "il/elle ne se prend pas pour n'importe qui/pour une merde" (il/elle a une très haute opinion de lui/d'elle-même) et "ne pas se prendre pour la queue de la/d'une poire": http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

Revenons à notre expression "prendre à partie": ici, le mot "partie" nous vient du droit. Il est à comprendre dans le sens de "personne physique ou morale impliquée dans un procès", plus spécialement la "partie adverse" par opposition à la "partie plaignante". Littéralement, "prendre quelqu'un à partie" signifie "entamer une action juridique contre quelqu'un". C'est pourquoi, dans le langage courant, comme nous l'avons vu plus haut, l'expression a pris le sens d'"accuser, attaquer quelqu'un".

Quant à l'expression "avoir affaire à forte partie", elle veut dire que l'on a en face de soi un redoutable adversaire et qu'il sera difficile de s'en sortir.

 

Le mot "partie" possède aussi, depuis la deuxième moitié du XVIIème siècle, le sens de "divertissement concerté à plusieurs; moment agréable". Une partie de chasse, de jambes en l'air, de rigolade; ce n'est pas une partie de plaisir: cela n'a rien d'agréable. C'est dans ce sens-là que l'on utilise les expressions "être de la partie" (participer à un divertissement entre amis) et "ce n'est que partie remise" (ce rendez-vous n'est que reporté à une date plus favorable). Par extension, "être de la partie" signifie également "avoir une solide expérience, notamment d'un métier": ne vous inquiétez pas, je suis de la partie et je vais pouvoir résoudre votre problème.

Toujours dans le cadre d'une activité à plusieurs, "partie" signifiait au XIIIème siècle "projet commun à plusieurs personnes". Il nous en reste l'expression "avoir partie liée avec quelqu'un": être solidaire, être de connivence avec quelqu'un; avoir un accord secret qui nous unit à quelqu'un.

 

"Prendre parti", c'est prendre position: prendre parti pour ou contre quelqu'un (lui donner raison ou tort). Verbes synonymes: "s'engager" et, dans le langage familier, "se mouiller". Ici, le mot "parti" renvoie au sens de "décision, choix". Il figure dans deux autres expressions courantes:

- Prendre le parti de: se décider, se résoudre à quelque chose. J'hésite sur le parti à prendre; prendre le parti d'en rire.

- Prendre son parti de quelque chose, en prendre son parti: accepter de manière raisonnable ce que l'on ne peut pas éviter ni changer. Je ne peux rien y faire, j'ai fini par en prendre mon parti. Expression synonyme: se faire une raison. Verbes synonymes: s'accommoder, se résigner.

Enfin, depuis la fin du XVIIIème siècle, le terme "parti pris" qualifie une opinion préconçue, un choix arbitraire. Mots synonymes: à priori, préjugé. "Être de parti pris": être partial, subjectif.

 

L'expression "tirer parti de" a le sens d'"exploiter, utiliser quelque chose à son avantage". Tirer le meilleur parti de quelque chose; savoir tirer parti de tout. Cette expression est issue du sens de "salaire d'un employé, bénéfice" que possédait au XVIIème siècle le mot "parti".

Dès le XVIème siècle, "parti" était aussi employé dans un contexte bien précis. Il servait à désigner une "personne à marier, considérée du point de vue de sa situation sociale": "Je songerai à marier ma fille quand il se présentera un parti pour elle" (Monsieur Jourdain à sa femme dans "Le Bourgeois gentilhomme" de Molière, 1670, acte III, scène III). De cet usage, le terme "beau/bon parti", encore utilisé de nos jours dans le langage courant: épouser un beau parti.

 

11:29 Publié dans Culture, Droit, Grammaire, Molière, Québec | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |

Commentaires

Les partis et le parti d’en rire

Deux partisans de partis différents eurent un différent. Le premier pris le second à partie parce qu’il avait pris parti contre un élu du premier. Il disait que cet élu n’était plus dans la partie, qu’il était hors-jeu et même franchement hors de ses pompes parties sans lui.

Le second -bien lui en pris- prit le parti de prendre, sans lâcher prise, la partie adverse par les parties avant d’avoir pris la baffe que sinon il aurait prise.
La première partie, est partie avec des cris partis du fond de la gorge, des râles ayant pris des sommets dignes des vocalises d’un castrat pris de boisson.

Mais qu’est-ce qui avait pris à ce membre de parti de prendre ainsi les parties de l’adversaire ?... Perso, dès que je l’appris, j’ai pensé que, bien lui en avait pris et que ce n’est qu’à ce prix, donc grâce à son geste que la partie adverse prit les jambes à son cou tout en s’étant pris les bijoux sans prix dans la paume des mains.

Il s’agit peut-être d’un parti-pris de ma part, mais le premier était UDC, un parti plein de partis-pris et qui ne peut que s’en prendre à lui-même s’il n’est pas pris pour démocratique par 70% des citoyens… Attention ! Ne sont pris en compte que ceux qui ont pris la peine de voter.
Question pourcentage, je me prends à espérer qu’il en restera ainsi et que nous ne verrons pas le parti étant parti vers de plus hauts sommets. Ses adversaires auront à faire à forte partie. Malheureusement que, comme c’est parti, c’est mal parti ! En plus, l’UDC se prend pour unique, selon lui, les autres auraient pris le parti de trahir nos valeurs qui seraient parties.

Oui, la politique n’est pas partie de plaisir, même si certains élus ont pris les hémicycles pour simples garden-parties, là où on papote et où il est loisible de prendre de grands airs, de l'air qu’ils nous ont pris, puisqu’ils nous le pompe. Oui, en ne se prenant pas pour la queue d’une, c’est à nous, bonnes poires qu’ils l’ont pris !

Mais que chacun garde à l’esprit que pour défendre la démocratie, il faut s’y prendre assez tôt en s’en prenant surtout aux jean-foutre qui l’ont prise en otage.
Que chacun se souvienne qu’elle n’a pas de prix et que si rien n’est fait, il faudra en prendre son parti : la démocratie sera partie !

Écrit par : l'Amertume | 07/01/2016

Il y a des "parties" qui donnent les "boules" à l'Amertume (*_*).
Fin de partie!
http://www.ina.fr/video/CAF96013767

Écrit par : Ambre | 07/01/2016

... Et, en "Fin de Partie", lorsque finira la dernière représentation du Théâtre de l'Absurde qu'est la vie... À la fin de la fin, quand, "Pour finir encore... et autres Foirades", l'Amertume sera jettée dans les poubelles de l'histoire, celle qui n'est affublée que d'un "h" riquiqui...

Lorsque, avant l'apogée du réchauffement climatique, l'Amertume finira dans les poubelles de l'histoire, sans plus faire "trop d'ski" par manque de neige et donc par les absurdités de l'homme, cet homme affublé, lui aussi, d'un petit "h", mais d'une grande hache qui lui occasionnera sa propre fin.

Écrit par : L'amertume | 10/01/2016

Du fond du terrier, voici un complément sur l'usage du mot parti:
au Moyen Age il s'agissait d'une «monnaie de compte valant une demi-maille"

Écrit par : marmotte savante | 15/01/2016

Bonjour Madame ou Monsieur Marmotte,
Vous devez être une marmotte vraiment savante, puisque, malgré le froid, la neige et les frimas, vous préférez les mots aux bras de Morphée.

Si vous n'hibernez toujours pas, pourriez-vous indiquer si "parti" est une demi-maille à l'endroit ou à l'envers?
N'étant point de constitution à supporter sans risque les températures hivernales actuelles, j'ai l'intention de vous tricoter un pull afin de vous éviter la pneumonie foudroyante.
À moins que vous ne soyez, bien sûr, à l'endroit où l'endroit vaut l'envers et même là où l'adret vaut l'ubac, donc sous le soleil exactement.

Écrit par : L'Amertume | 18/01/2016

C'est sans amertume et la mine réjouie que je vous réponds sans chercher maille à partir...
Marmota marmota se réveille de temps en temps afin de se débarasser de ses parasites et d'évacuer de façon naturelle les surplus de fleurs boulotées en été....
J'ai consulté le réseau marmonet et ai appris que les humains tricotent non seulement pour se vêtir en hiver mais aussi comme une forme de délassement ou d'ergothérapie alors merci ..le pull sera du plus bel effet comme décoration de fond de terrier...bon, je retourne me coucher!

Écrit par : Marmotte savante | 20/01/2016

Les commentaires sont fermés.