06/02/2016

Caddie, caddy

SilverTeaCaddy.jpg

Deux anglicismes homonymes qui tirent leur origine d'un mot français dont le sens a évolué au fil des siècles.

 

Le mot "caddie" désigne un garçon affecté au service d'un joueur de golf et qui est chargé de porter ou de tirer sur un chariot son étui à clubs tout au long de son parcours sur le terrain. Le mot peut aussi s'écrire "caddy". Au pluriel, on écrit des "caddies" ou "caddys".

 

"Caddie" et "caddy" sont des mots d'origine anglaise qui dérivent du français "cadet", mot lui-même emprunté au gascon capdet, "chef, capitaine", correspondant au provençal capdel (Dictionnaire de l'Académie française et Petit Robert):

http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

À l'origine de tous ces mots, le terme latin capitellum, diminutif de caput, "tête": "petite tête", d'où "petit chef".

http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

 

Dans une famille, l'enfant "cadet" est le plus jeune (par opposition à l'"aîné" qui est le plus âgé). On peut aussi employer le terme "benjamin". Jusqu'au XVIIIème siècle, on nommait les enfants cadets "puînés", mot composé de "puis" et "né", mot d'ailleurs orthographié à l'origine "puisné". "Cadet" a aussi le sens de "jeune sportif" dont la catégorie d'âge est comprise entre les "minimes" et les "juniors" (la tranche d'âge varie selon les disciplines sportives, c'est généralement autour de quinze ans).

Anciennement, un "cadet" était un gentilhomme qui servait comme soldat, puis comme officier subalterne, pour apprendre le métier des armes: les cadets de Gascogne. En effet, au XVème siècle, les capitaines qui venaient servir dans les armées françaises étaient les fils cadets de familles nobles originaires de Gascogne (CNRTL). Ce sens du mot se retrouve en anglais où le terme cadet, en plus de signifier "fils ou frère le plus jeune", qualifie un élève d'une école militaire ou d'une école de police qui étudie en vue de devenir officier. En France, on appelle "cadet(te) de la République" un(e) adjoint(e) de sécurité préparant le concours de gardien(ne) de la paix.

"Cadet" figure dans l'expression que nous connaissons tous: c'est le cadet de mes soucis (c'est le dernier de mes soucis, c'est quelque chose qui ne m'intéresse pas). Expression synonyme: ça m'est égal.

 

"Caddie/caddy" est apparu dans la langue française à la fin du XIXème siècle. En anglais, le mot prend le sens de "garçon au service d'un joueur de golf" en 1851, mais dès la première moitié du XVIIIème siècle déjà, en Écosse, caddie désignait un messager ou un garçon de courses à qui l'on confiait toutes sortes de besognes (Douglas Harper Online Etymology Dictionary). Parmi ces besognes, figurait notamment celle de transporter les clubs de golf des gentlemen d'Édimbourg, ce qui explique l'évolution de sens du mot en anglais.

Toujours en anglais, et depuis la moitié du XVIIIème siècle, le mot caddy possède également la signification de "petite boîte où l'on conserve le thé": tea caddy. Ce sens particulier viendrait du malais kati, une unité de poids d'environ 600 grammes qui avait cours à l'époque coloniale dans une bonne partie de l'Asie et qui était notamment utilisée par les compagnies britanniques qui faisaient commerce de thé. Au fil des siècles, le sens s'est déplacé de l'unité de mesure servant à peser les feuilles de thé au récipient dans lequel elles étaient transportées (Douglas Harper Online Etymology Dictionary).

 

En français, le mot "caddie" désigne aussi un petit chariot métallique utilisé en libre-service par les clients d'un magasin, les voyageurs d'une gare ou d'un aéroport, pour transporter les marchandises, les bagages. Il s'agit de l'abréviation de l'anglais caddie cart, littéralement "chariot du caddie". Ce sens, qui nous vient bien sûr du golf, est apparu dans la langue française dans les années 1950. Il s'écrivait alors avec une minuscule. Mais depuis la fin des années 1980, il s'agit d'une marque déposée. Il convient donc de l'écrire "Caddie".

Ceux que les anglicismes rebutent utiliseront les termes "chariot/charrette de supermarché" ou "chariot à provisions". Les Québécois, eux, disent "panier d'épicerie".

 

Un homonyme supplémentaire en guise de conclusion. On ne confondra pas les mots "caddie" et "caddy" avec le "cadi", emprunté de l'arabe al-quadi: magistrat musulman qui remplit des fonctions civiles, judiciaires et religieuses. Dans la même famille, le mot "alcade", de l'espagnol alcade, mot lui-même issu de l'arabe al-qadi: anciennement "magistrat municipal ayant des fonctions de police" en Espagne et en Amérique latine, mot signifiant aujourd'hui "maire" dans ces deux pays.

10:35 Publié dans Anglais, Arabe, Culture, Espagnol, Homonymes, Latin, Provençal, Québec | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

Commentaires

Très jolie tea-caddy votre photo.
Cela ravive quelques souvenirs et me donnerait envie d'y retourner au : The Tea Caddy "parisien".
http://www.the-tea-caddy.com/content/11-salon
où les scones de Devon sont divins. Photos personnelles :
http://2.bp.blogspot.com/__-Zi1hvxBHk/TJT13dZGRtI/AAAAAAAABG4/YS6Ge1aRs5c/s1600/DSC01804.JPG
http://2.bp.blogspot.com/__-Zi1hvxBHk/TJT2HTyaY3I/AAAAAAAABHA/gkpKQHH-xhQ/s1600/DSC01801.JPG

Plaisir de vous lire et encore plus si le "nouveau dictionnaire" risque personnellement de me désenchanter!
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/04/01016-20160204ARTFIG00080-la-reforme-de-l-orthographe-de-1990-fait-son-entree-dans-les-manuels-de8230-2016.php
Comme dit "l'autre" : faut vivre avec son temps.

"L'étui à clubs" s'appelle aujourd'hui : un sac de golf;-) *sourire*.

Écrit par : Ambre | 06/02/2016

Merci, chère Ambre, pour vos photos et votre lien. Je ne connaissais pas cette adresse parisienne. Il y a très longtemps, j'allais au tea-room de WH Smith rue de Rivoli, mais cet endroit n'existe plus.

Comme vous le dites si bien, il faut en effet vivre avec son temps. La langue française est vivante: elle incorpore au fil du temps des mots étrangers, son orthographe évolue... Elle évolue en même temps que la société et ne peut être dissociée de l'évolution technologique, je pense notamment au langage sms, même si cela contrarie quelques esprits chagrins qui voudraient figer la langue dans un carcan dépassé. De même que notre façon de parler actuelle n'a rien à voir avec les siècles passés, il faut accepter que l'orthographe change. Ce n'est d'ailleurs pas nouveau. Elle change depuis plusieurs siècles déjà. Au Moyen Âge, par exemple, elle était extrêmement variable. Et il ne s'agirait pas de l'estouffer, comme on l'écrivait au XVIIème et XVIIIème siècles ;-)

Écrit par : Olivier | 06/02/2016

"français "cadet", mot lui-même emprunté au gascon capdet, "chef, capitaine","
Pas tout-à-fait : "petit chef", du bas latin copitetum. Soulignons "petit"...
Le terme est issu de l'ancien Régime : l'aîné héritait de tout ou presque et il restait le sabre ou le goupillon pour ceux de sexe mâle qui venaient après...

Écrit par : Géo | 06/02/2016

Les commentaires sont fermés.