28/02/2015

Faites-vous des chichis ?

a2.jpg

 

Le mot "chichi" a plusieurs significations.


La première caractérise un comportement qui manque de simplicité. Le mot est alors le plus souvent utilisé au pluriel: il/elle fait des chichis à propos de rien; ce sont des gens à chichis. Synonymes: complications, manières, simagrées. "Chichi" serait une onomatopée exprimant l'idée de petitesse qui pourrait avoir la même origine que l'adjectif "chiche" que nous avons vu l'année dernière: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

L'expression "sans chichi" signifie que l'on se comporte de façon naturelle, sans cérémonie: recevoir des invités sans chichi. On peut aussi dire "sans flafla" et "à la bonne franquette". "Flafla" pourrait venir du redoublement du radical "fla", tiré du verbe "flatter". Quant au mot "franquette", il dérive de l'adjectif "franc", et l'expression "à la bonne franquette" signifie littéralement "franchement, sincèrement, tout bonnement" (CNRTL). Au contraire, si l'on cherche à épater ses convives, à en mettre plein la vue, on les recevra "en grand tralala", "tralala" étant une onomatopée attestée au XVIIIème siècle comme mot servant de refrain et remplaçant les paroles d'une chanson (CNRTL).

La formule "chichi-gratin" est équivalente aux adjectifs "snob" et "prétentieux" ou qualifie une personne "faisant volontiers étalage de relations, réelles ou imaginaires. L'expression s'appliquait au Tout-Paris salonnard et futile lorsque son inventeur, le danseur et chroniqueur mondain Jacques Chazot, la lança, au tout début des années 1980. « C'est tout chichi-gratin et compagnie, là-dedans ! » (C'est plein de snobinards.)"¹

Une personne qui fait des chichis est une personne chichiteuse. Dans le même registre, on trouve le terme "chochotte" que nous avons lui aussi analysé l'an dernier: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....


Le deuxième sens du mot "chichi" est une boucle frisée de cheveux postiches.


Le troisième sens, aujourd'hui désuet, est un terme de modistes et de couturières qui qualifiaient autrefois de "chichis" des fanfreluches, c'est-à-dire des petits bouts d'étoffe servant de parures à un chapeau ou à un vêtement.


Il existe un tout autre chichi qui, lui, se mange. Il s'agit d'un beignet cylindrique cannelé roulé dans le sucre, que l'on peut par exemple acheter dans les fêtes foraines. Il est proche du churro espagnol, avec lequel on le confond souvent. Le mot vient du provençal chichi-frégi, mot à mot "oiseau frit" (Petit Robert). Sur la côte méditerranéenne, on l'appelle sous ce nom-là. "Chichi [tchitchi]: mot dont les enfants se servent pour désigner les petits oiseaux, les insectes, les pous; variante: chichiou [tchitchiou]; étymologie: onomatopée du cri de plusieurs."²


On ne confondra pas "chichi" et "chichon" qui, dans le langage familier, décrit le haschich: boulette de chichon. Le mot pourrait tirer son origine de chicha, verlan de "haschich" (Petit Robert). "Le mot vit sa vie chez les consommateurs modérés depuis les années 1990 en compagnie de son petit frère « chicha » et s'entend assez couramment, dans ce même milieu, au début du XXIème siècle. Plus familier encore: « chichounet », qui donnerait presque à la résine de cannabis des douceurs de roudoudou. Plus exotique car arabe maghrébin d'origine: « zetla », dans le jargon des jeunes des cités."³

Enfin, on ne confondra pas non plus le verlan de "haschich" avec un autre mot d'origine arabe qui s'écrit et se prononce exactement de la même façon: la chicha, une pipe à eau composée de tabac et d'un mélange de mélasse et d'arômes de fruits, que l'on voit de plus en plus aux terrasses de nos cafés.


¹&³Pierre Merle, Nouveau dictionnaire de la langue verte, Éditions Denoël, 2007.

²Dictionnaire provençal-français ou dictionnaire de la langue d'oc, par S.-J.Honnorat, Digne, Imprimerie de Repos, 1846.

10:31 Publié dans Arabe, Cuisine; gastronomie, Culture, Homonymes, Jeux de mots, Provençal | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | |

Commentaires

Pour chichi, un Auvergnat dira:

Chi, chi!... Cha ch'est chûr ! chez Tamedia, un chou est un chou!... Et en parlant de de chous s'avez qu'à r'garder le billet chi-dechous... Oui, bien chur, ch’est chà, chelui qui préchède chelui-chi, quoi!

Et pis je n'chais pas, mais chur la photo chi-dechus, il est écrit "Le Chans Chichi!"... Chans déconner!... Ne cherait-che pas plutôt "Le Chan Chushi"... Un bar à chushis tenu par un asiatique du nom de Chan?

Ensuite, j'dois dire que'qu'chse d'la part du Père Chiffleur:

Chalut! Che chera ma dernière chortie! ... Après che chera un chilenche chichtématique chur che chite. Un chite où le médiateur est chans grande indépendanche, chérieuchement chous la coupe de ches chefs. Des chefs qui penchent qu’aux gros chous. Le Tamédiateur nous chante de chacrées hichtoires, il ne ch'occupe que de généralités chans ch’occuper du chpéchifique… Il penche chûrement que le chpéchifique che cherait trop diffichile !... Chauf lorchque ch'est lui qui est choumis aux chaloperies de chertains internautes

Écrit par : Père Siffleur | 28/02/2015

Monsieur Schopfer,

Il est parfois bon de seccouer le cocotier!...
... "Ou le chochotier, lorchque ch'est dit par un Auvergnat qui a un défaut de prononchiachion."

Dès après parution du premier commentaire que vous avez pu lire ci-dessus, j'ai reçu un courriel de Monsieur Ph. Cornu, Tamédiateur. Il me fait savoir que son dernier billet n'a absolument rien à voir avec les cas de diffamations dans lesquels un certain Corto c'est empêtré. Dont acte!... Et attendons la suite!

Désolé de vous avoir "embarqué" dans cette affaire, vous n'en avez aucune part et vous n'avez pas à vous excuser de ne pas l'avoir suivie... C'est même mieux... Elle pue vilain!

Mea culpa!... J'ai la faiblesse de me laissé entraîner par des inconnus et même des étrangers, surtout s'ils sont Auvergnats.

Écrit par : Père Siffleur | 28/02/2015

Peut-être serait-il bon de préciser pour ceux qui sortent de la francophonie que faire chichi, chez les Ibères rudes, cela veut dire faire pipi...

Écrit par : Géo | 28/02/2015

Autre précision utile : le "ch" des Auvergnats est une légende urbaine. Née non à Clermont-Ferrand, à Ambert ou Issoire mais bien à Paris pour se moquer des bougnats vendeurs de "ch"arbon...

Écrit par : Géo | 01/03/2015

Lors d'une promenade (Lesconil en Bretagne) en septembre dernier, en prenant cette photo, je ne savais pas encore tout ce que CHICHIS voulait dire;-)

http://3.bp.blogspot.com/-JM6KkEWNuoM/VPLm8oVPV4I/AAAAAAAAJzY/Nl12ykmmrJY/s1600/DSC00353.JPG

@ Prsflr : Daniel Cornu (pas Ph. à moins que vous ne parliez de quelqu'un d'autre?). C'est bizarre que son dernier billet n'ait rien à voir avec ce qui se passe chez vous, j'ai cru pourtant qu'il y avait un lien...
Je viens de lire votre superbe "ultime" "persif(f)lage". Je suis très triste.
Je vous fais une bise, sans chichis.

Écrit par : Ambre | 01/03/2015

Pour Ambre,
Un gand merci !
1) Sachez pourtant que les cimetières "marins" sont jonchés de rafiots qui semblaient indispensables… Avant qu'ils ne s'ensablent!

2) Je suis incorrigible ! mlgré tout, pour le prénom de «Philippe», j'ai corrigé!... Il s'agit bien de Daniel Cornu. L’autre est architecte et c’est un ami... D'où mon erreur à répétition, puisque les amis, c’est très important!
Quelle galère... naufragée! À mon âge, non seulement l'orthographe devient un casse-tête… Heu, là, je fabule... ça a toujours été la galère ou le casse-tête. Par contre, pour les noms, ça le devient vraiment!

Pour Monsieur Olivier Schopfer,
Avec mes plates excuses pour utiliser votre blog. Celui d'un grand amoureux de la langue française, langue que j'aime aussi... De manière différente! Au fait, réellement est-ce si différemment?
Vous la connaissez mieux, c'est évident!

C'est égal! Je ne suis point jaloux!... Plus nous serons à aimer le français, plus il perdurera. Moins il sera submerger par l'infâme charabia qu'est le franglais.
Une peste langagière que quelques hurluberlus...
... et tous les publicitaires portent aux nues.

Ayant fermé les écoutilles de mon rafiot, je me permets d’utiliser votre fière goélette pour dire merci… À vous et à d'autres. À tous ceux qui m’ont lu… Et il est certain que certains vont me manquer.
Je vous souhaite bon vent sur votre goélette ! Son cacatois est magnifique… Et le cacatois est au-dessus du perroquet, donc du Père OK et surtout du Père Siffleur... Même lorsque le vent siffle dans les haubans !

Écrit par : Père Siffleur | 01/03/2015

Nous ne manquerons pas de constater que jamais le PS n'a été plus productif que depuis qu'il a fermé son blog. On s'en doutait un peu, osons l'avouer...

Écrit par : Géo | 01/03/2015

Mais... Bonsoir Messire Géo,

C'est encore pire que vous n'imaginiez!... Mon blog n'est pas encore totalement fermé, ça n'est prévu que pour mercredi en fin de soirée... Mais puisque vous-même vous continuez de l'ouvrir... Tout est pour le mieux!

Je suis fort content que vous vous soyez manifesté. À un certain moment j'ai eu la vague impression que vous me faisiez la gueule! Heureusement, il n'en est rien! Ce qui me permets de vous remercier, vous aussi! Je me dois de dire que, dès le début, vous avez été le plus fidèle de mes détracteurs et de ce fait également un de mes commentateurs les plus assidus.
Alors, Encore merci!

Écrit par : Père Siffleur | 01/03/2015

Yapadekoi. Mais je continue de croire que nos numéros de pitre et contre-pitre vont malheureusement perdurer. La force de l'habitude...

Écrit par : Géo | 01/03/2015

J'espère bien! (*_*)

Écrit par : Ambre | 01/03/2015

Ambre, entièrement d'accord avec vous

Écrit par : lovejoie | 02/03/2015

Je viens ici pour écrire mon DERNIER COMMENTAIRE sur les blogs de 24 Heures.
Le blog du Père Siffleur n'existe plus, définitivement. Mais Jean-Claude Bouille, lui, existe et continuera d'exister encore longtemps je l'espère, pour lui, pour ses proches.
Je n'ai jamais pu m'empêcher de commenter dans les blogs que j'aime pour, en quelque sorte, remercier ces "auteurs" de nous offrir leurs billets mais aussi, pour ensuite partager avec les commentateurs des réflexions sur le sujet ou, bien souvent par plaisir, des blagues, de l'ironie, de l'humour, de la légèreté même si parfois empreinte de mélancolie... morbide (0_0). Des empathies se créent et quand certains disparaissent totalement de cette espèce de bistrot virtuel ils laissent un vide (je pense aussi au redbaron, à ces "ânes-abrutis", au "trio octet" frappadingues, à Barbie; des blogueurs hors normes qui ne mâchaient pas leurs mots). Le Père Siffleur a tenu le coup. Je me demande bien où je pourrais aller me prendre (comme dirait lovejoie) "une tranche de rire" dans les blogs de 24 Heures. Le Persif(f)lage était unique!
Alors je vais rester bien sage derrière mon écran à lire Gilbert Salem, Olivier Schopfer, J-P Gavard-Perret.

Adios amigos...

(Je vais croquer une tartine beurrée avec une bonne ficelle bien craquante!)

Écrit par : Ambre | 10/03/2015

Les commentaires sont fermés.