02/12/2014

Ailleurs

 

Ailleurs2.jpg


Il y a quelques semaines, nous avons analysé deux adverbes de temps: désormais et dorénavant (http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc...). Aujourd'hui, place à un autre adverbe, de lieu cette fois-ci: ailleurs.


"Ailleurs" signifie "en un autre endroit que celui où l'on se trouve": nous ne sommes pas bien installés ici, allons ailleurs; je serais mieux ailleurs que dans ce village où rien ne se passe. Cet adverbe vient du latin in aliore loco qui signifie précisément "dans un autre lieu". Synonyme: autre part. "Nulle part ailleurs" veut dire "en aucun autre endroit que celui-ci" et "partout ailleurs" "en tout autre endroit".

"Ailleurs" peut aussi faire référence à un autre auteur, un autre livre ou un autre passage d'un document écrit: un tel style ne se rencontre guère ailleurs que chez Duras; j'ai lu ailleurs que ce roman était controversé; nous avons dit ailleurs que de telles hypothèses ne seront pas prises en compte.

Enfin, "ailleurs" peut indiquer une autre origine, une autre cause que celle qui est donnée ou dont il est question: c'est ailleurs qu'il faut chercher l'origine du mal.

On dit d'une personne distraite ou qui rêve qu'elle "est ailleurs", qu'elle "a la tête ailleurs" ou qu'elle "a l'air ailleurs". "Être dans la lune" et "être dans les nioles" sont des expressions équivalentes: http://olivierschopferracontelesmots.blog.24heures.ch/arc....

L'expression "aimer ailleurs" signifie "aimer une autre personne". Elle n'est plus aussi courante de nos jours qu'elle l'était autrefois. On la rencontre notamment chez Corneille. Voici un extrait du dialogue entre Vinius, le consul, et Othon, le sénateur romain et amant de Plautine, tiré de la tragédie "Othon" (1664):


- Il ne faut plus l'aimer.

- Quoi ! pour preuve d'amour...

- Il faut faire encor plus, seigneur, en ce grand jour;

Il faut aimer ailleurs.

- Ah ! que m'osez-vous dire ?

- Je sais qu'à son hymen tout votre cœur aspire;

Mais elle, et vous, et moi, nous allons tous périr;

Et votre change seul nous peut tous secourir.


Aujourd'hui, pour dire que l'on est infidèle, on emploie couramment l'expression "aller voir ailleurs".

"Ailleurs" peut être précédé de la préposition de provenance "de": on vient d'ailleurs pour le consulter; nos amis d'ici et d'ailleurs; des extraterrestres venus d'ailleurs, c'est-à-dire d'une autre planète. À ce propos, à Yverdon-les-Bains, dans le canton de Vaud, se trouve la Maison d'Ailleurs, un musée consacré à la science-fiction, à l'utopie et aux voyages extraordinaires.

Enfin, "ailleurs" se décline en nom masculin dans le sens de "ce qui est ailleurs, différent ou lointain": la quête d'un ailleurs. Cet emploi appartient au registre littéraire.


***


On rencontre aussi "ailleurs" dans deux locutions adverbiales: "d'ailleurs" (à ne pas confondre avec "ailleurs" précédé de la préposition "de") et "par ailleurs":

1. "D'ailleurs" indique que l'esprit envisage un autre aspect des choses et permet d'ajouter une nuance nouvelle, le plus souvent avec une valeur concessive: elle ne voit jamais sa famille qui d'ailleurs ne s'en plaint pas; cette pièce de théâtre, très bonne d'ailleurs, n'a pas trouvé son public. Synonymes: du reste, au reste. Dans certains cas, "d'ailleurs" fonctionne comme "en plus" ou "en outre", apportant une confirmation, une preuve ou une conséquence logique de ce qui a été avancé: je ne vous ai pas menti; d'ailleurs, je vous en apporterai la preuve.

2. "Par ailleurs" signifie "d'un autre côté", d'autre part", "d'un autre point de vue": il est scientifique et par ailleurs féru de littérature.


***


En guise de conclusion, citons ce proverbe: l'herbe est toujours plus verte ailleurs. On l'utilise lorsqu'on a l'impression que ce qui se passe dans un autre endroit ou ce que d'autres personnes vivent est meilleur que ce qu'on l'on vit au moment même. Ce proverbe pourrait faire allusion à la verdeur des prés, signe d'abondance et de prospérité, ou souligner un effet d'optique trompeur qui donne à la couleur de l'herbe un éclat plus intense lorsqu'on l'observe de loin, mettant ainsi en évidence que nous avons tort d'envier les autres au lieu de nous satisfaire de l'instant présent.


07:36 Publié dans Adverbe, Culture, Pierre Corneille | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | |

Commentaires

Les liaisons dangereuses.

Nous porterons nos bobs ailleurs. Oui, uniquement devant nos beaux bailleurs.

En Côte d’Armor il y a plus de Cailleur* (patronyme) qu’ailleurs.
Les Gailleur* font ripaille ailleurs, en Provence. Les Hailleur*, tous tailleurs, c’est ailleurs. Sans parler des Jailleur*, qui, eux, mangent ailleurs encore.
* Il s'agit de 4 patronymes français

Même ailleurs, mes maillleurs sont des programmes informatiques de maillage très appréciés.

Le bon pailleur ne rempaille pas les chaises trop ailleurs que dans son propre atelier.

Tiens! Les railleurs se retrouvent-ils encore ailleurs?

Dix sailleurs qui nous disent «ailleurs nous dansons mieux encore» ne se mettent pas forcément en vailleur puisqu'ils ne se retrouveront que dans un dictionnaire de Moyen Français.

Écrit par : Père Siffleur | 02/12/2014

Oups!... Il faut lire:

Dix sailleurs qui nous disent «ailleurs nous dansons mieux encore» ne se mettent pas forcément en vailleur puisqu'ils ne se retrouvent ailleurs que que dans un dictionnaire de Moyen Français.

Écrit par : Père Siffleur | 02/12/2014

Cher Père Siffleur, vous avez oublié les orpailleurs ;)

Écrit par : Olivier | 04/12/2014

Cher Monsieur Schöpfer,
Si «orpailleur» manque «à la pelle», c'est que, malheureusement, je n'ai pas trouvé de liaison à faire entre «...orp» et «ailleurs». Ce qui s’en approcherait le plus serait «Il n’y a pas d'orques ailleurs», mais cela ne reste qu’un à-peu-près.

D'ailleurs, si vous deviez trouver mieux, vous, créateur allemand de billets en français, je vous en serais fort reconnaissant! Que vous trouviez ou non, je vous dois d'aillleurs un grand merci de toute manière. Je lis votre blog toujours avec grand plaisir. Ce qui, d’ailleurs, me permet de faire travailler les quelques petites cellule grises qui me restent, celles non encore disparues pour de lointains ailleurs. Oui, un poivrot en possède bien moins qu'un Poirot, d'où mon air cul... tivé!... Uniquement en surface d’ailleurs!

Écrit par : Père Siffleur | 05/12/2014

Merci à vous, cher Père Siffleur, pour vos commentaires que je lis aussi avec grand plaisir. Quant à vos cellules grises, je les trouve toujours très en verve !

Écrit par : Olivier | 06/12/2014

Et de quelqu'un qui est rejeté d'un "clan", à la satisfaction de ce dernier, on dit qu'il est allé "se faire voir ailleurs". Ce n'est certes pas très élégant mais c'est ce que je fais quand je sens que je ne suis pas - ou plus - la bienvenue... dans ce "clan".

Écrit par : Ambre | 09/12/2014

Juste ! Merci, Ambre, pour ce complément d'information. Et à quelqu'un qui se mêle de vos affaires et que vous souhaitez congédier, vous pouvez lui dire: "Va te faire voir ailleurs si j'y suis" ou "va voir ailleurs si j'y suis".

Écrit par : Olivier | 10/12/2014

Les commentaires sont fermés.